Mes mots publiés

       412qTWmXo9L__BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-arrow-click,TopRight,35,-76_SX385_SY500_CR,0,0,385,500_SH20_OU08_

 

Amis fidèles de mon blog,visiteurs de passage,

                     Retrouvez mes mots sur quelques pages d’un livre,

                     Suivez le chemin de cette adresse,

http://www.amazon.fr/Billets-dHumeur-Chasseur-dImages-Spirituelles-ebook/dp/B00IXRBATC/ref=sr_1_2?ie=UTF8&qid=1394721160&sr=8-2&keywords=loic+pean

                     Il vous attend en ce vaste magasin virtuel,

                     Merci à tous.

           

 

 

                      

 



Retrouvez mes mots sur Amazon

                      Chers amis,

                      Retrouvez mon nouveau recueil de billets d’humeur,

                      ou les nouveaux mots de Chasseur d’Images Spirituelles,

                      sur le site Amazon.

                      Voici le lien :

                 

                      http://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_noss?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85Z%C3%95%C3%91&url=search-alias%3Dstripbooks&field-keywords=loic+pean&rh=n%3A301061%2Ck%3Aloic+pean

 

                      D’avance,merci à tous !!.



Chasseur sans fusil

Chasseur sans fusil,je cherche,je débusque et saisis au vol l’image spirituelle qui fait deviner ou voir l’essentiel,l’évidence de la vie.



Toi l’animal,toi l’être en toute innocence

                     Toi l’animal,toi l’être en toute innocence,

                     Toi mon compagnon,l’animateur pour un temps de mon existence,

                     Es-tu pourtant l’éveilleur de ma conscience,

                     Nul hasard en ces jours,ta rencontre est le voeu de mon amour,

                     Mon âme soeur elle-même reconnaît la valeur de ta présence,

                     Toi l’animal,toi l’être en toute innocence,

                     Tu es la vie,l’enfant des énergies,

                     Par toi s’évaluent notre compassion,

                     L’éminente vérité de notre pardon.



Ne négligeons ce corps

                     Ne négligeons ce corps support de notre âme,

                     Densité choisie par notre vérité,

                     Projection instantanée de notre éternité,

                     De ce corps notre divinité alors en partage,

                     Qu’il offre la passion,qu’il témoigne la plus sincère promesse,

                     Qu’il présente la plus humble attitude née de notre intime sagesse,

                     A cet autre,à ce semblable,à l’âme soeur,en vérité à l’être reconnu,

                     Revenu lui aussi du royaume de ses pensées,

                     En quête,à son tour,d’amples certitudes en ces jours,

                     Pour elle,pour lui ne négligeons ce corps,

                     Qu’il soit plaisir,qu’il soit jouissance au  nom de notre conscience,

                     Au nom de notre amour,

                     Pour cet honneur qu’il ne soit donc jamais l’image de notre trahison,

                     Pour notre bonheur qu’il soit la digne apparence associée à notre nom.



Je veux taire ma colère

                     Je veux taire ma colère,

                     Certes,je dois nommer l’injustice en ces jours,

                     Pourtant la joie demeure maîtresse de mon amour,

                     Je veux taire ma colère et ne voiler les formes de mon pardon,

                     Le visage de ma compassion,

                     Je veux témoigner de ma conscience son harmonie,

                     Rapporter de cette existence mille plaisirs,

                     De ce temps compté mille certitudes à mon éternité,

                     Aurai-je tu ma colère,

                     N’aurai-je rendu à mon coeur le chagrin de tout esprit délétère,

                     Aurai-je nommé l’injustice en ces jours,

                     L’aurai-je combattu par toutes les divines vertus de mon amour.



L’instant offert par l’espérance

                     Cet instant a changé ma vie,

                     Quelques secondes dura-t-il,

                     D’apparence futile fut-il fort utile,

                     Si nourrisseur de ma conscience,

                     Court moment d’allégresse mais a-t-il guidé ma sagesse,

                     Jamais ne sera-t-il oubli,

                     Demeurera-t-il d’un éternel présent,

                     Le don du temps à mon évidence,

                     Le secret soudain révélé par l’espérance,

                     Elle gardienne des précieux mystères,

                     Je ne dois trahir sa confiance et traduire sans fin le message de sa divine parole,

                     En vérité se nomme-t-elle Providence.



Dévoile ton coeur

                     Dévoile ton coeur,

                     Témoigne tes humbles valeurs,

                     Le sens inné de ta sincérité,de ton pardon sa vérité,

                     Dévoile ton amour,fais-le roi de tes jours,

                     Sois-toi,résous-toi à ta joie,

                     Vis et retrouve la divinité de ton éternité,

                     Dévoile ton coeur,

                     Libère-le de ces regrets,de ces doutes et de ces folles peurs,

                     Oui,dévoile ton coeur,

                     Sois l’artiste toujours inspiré de l’oeuvre de ton bonheur.



Aux âmes affamées

                     Aux âmes affamées la nourriture des jours,

                     Toute cette succulence pour le goût de leur amour,

                     Que les mets de l’existence satisfassent ce si grand appétit,

                     Mais que cette faim assouvie n’offre l’ignorance d’une folle jouissance,

                     D’excès tueurs de tout plaisir,de toute envie de vivre,

                     Aux âmes affamées le repas des évidences,

                     Les aliments des certitudes finement assemblés par l’oeuvre de l’espérance,

                     Que sans peur et sans doute mangent les âmes affamées les délices de l’existence.



La confidence du silence

                     Parce que le néant n’existe tant révèle le silence,

                     Qu’il se nomme en notre conscience,

                     Que viennent à notre évidence les mots de son espérance,

                     Ainsi le miracle de l’existence,

                     Nous offrir ses jours pour élever à son apogée notre amour,

                     Le silence a reçu tout pouvoir de l’éternité,

                     Il attend notre volonté en cette réalité,

                     En ce temps compté que recevra la mémoire de nos passés,

                     Se pourrait-il que ce présent soit le dernier,

                     Entendons la confidence du silence,

                     Saura-t-il nous dire quelques secrets de notre vérité.



Notre coupe

                     Notre corps est cette coupe tendue par notre âme à la source des jours,

                     Que s’emplisse notre conscience des certitudes de l’espérance,

                     Que cesse la soif de notre coeur,

                     Qu’il s’abreuve de tant de bonheur,

                     Si haut peut être l’obstacle de la souffrance,jamais ne tombera notre coupe,

                     Pleine des eaux de sérénité elle s’offrira à notre éternité,

                     Grandira l’océan de notre amour,

                     Notre coupe alors versée par notre âme élevée,

                     Ne sera plus que lumière,que souvenirs de ce dernier passé.



A coeur pur

                     A coeur pur l’offrande de la providence,

                     Le mérite de changer le cours de l’existence,

                     Elle,lui,cette âme parvenue sait alors sa chance,

                     A elle,à lui la force de l’amour,l’amour avec force,

                     Tout chemin s’ouvre à sa clairvoyance,

                     Tout guerrier cesse d’être cet opposé,

                     Mais lie à cet élu sa destinée,

                     Nul hasard pour qui retrouve le désir de son éternité,

                     A coeur pur le pouvoir d’éveiller à grand nombre de ses semblables,

                     Leur amour à l’évidence de tous ces jours.



En ce lieu

                     En ce lieu sont nées nombre de pensées,

                     De cet être à l’écoute de sa vérité,

                     En ce lieu rencontrait-il l’amie espérance,

                     Que plaisir envahissait sa conscience,

                     En ce lieu perdure son souvenir,

                     En cet espace sont gravés mille et mille plaisirs,

                     Longtemps perdurera-t-il cette mémoire,

                     En fera-t-il un lieu propice à tout savoir,

                     Dépositaire d’une harmonie ou créateur d’un intime bonheur,

                     En ce lieu tant comprendront que le ciel est frère de la terre,

                     Enfants du divin créateur,hôtes de nos amours en mal d’évidences,

                     De vérité pour chacun de nos coeurs,

                     Dieu que ces pensées,en ces âmes enfin libérées,rendront ce lieu tout à son éternité.



12345...202

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie