Le pouvoir du SI

imagescakpt8tk.jpg                Comme ses pouvoirs sont prodigieux,

                Quel monde d’une parfaite symbiose,

                D’une harmonie qui ne dirait son intérêt,

                D’une telle félicité,

                Serait le nôtre en ce présent parfois tourmenté,

                SI voit toujours les choses autrement,

                Car SI aurait fait différemment,

                Connaissons-nous le bonheur pour le définir qu’avec des SI,

                Laissons les aléas nous donner leurs leçons de vie,

                Ne sommes-nous,en ce précieux corps,censés apprendre,

                Le sage ne laisse SI repeindre son existence,

                SI n’existe,il n’est qu’illusion,

                Ne se réfère qu’au passé qu’il lui est si facile de réécrire,

                SI n’est qu’un lâche qui ne savait être là quand le destin imposait son heure.



On aime comme on a été aimé

                L’enfant à qui on a très peu dit qu’on l’aimait,

                Dit je t’aime avec parcimonie,

                Celui qui n’a jamais entendu ces mots,

                Ne les dit davantage,

                Faut-il les dire,plutôt prouver cet amour,

                S’y fier,y accorder son honneur,

                S’y engager corps et âme,

                Donner son amour,témoigner ses sentiments,

                Exalter sa passion,

                Enfin dire je t’aime,

                Et pleurer d’avoir eu ce courage,

                Ces mots sont trop purs pour les trahir,

                On aime comme on a été aimé,

                En tous les cas,

                Aimer,juste aimer,

                Et connaître la part essentielle de son bonheur.



El Condor Pasa

images11.jpg                  Précieuse mélodie péruvienne,

                Devenue emblème des Andes et ses mystères,

                Davantage universelle,

                Ici chantée,sur un nouveau texte,par Simon et Garfunkel,

                Simplement jamais touchée par le temps.



Freddy Nock,l’homme d’exploit

imagescaajm51z.jpg                L’homme d’exploit est un fou,

                Fou au grand coeur,

                Folie de tutoyer la mort pour la vie de tant d’autres,

                Rendre possible l’impossible,dit-il,

                Simple grande âme qui offre ses défits au plus noble soutien,

                Aux enfants pauvres,à nos jeunes semblables abandonnés,

                Justes éloignés de notre richesse gaspillée,

                L’homme d’exploit ne craint le vide,ignore le vertige,

                Serait-il déjà un ange,survolant le monde,

                Porté par ses ailes d’amour.



Résister et obéir

                Résister à l’envie,

                Et obéir à sa vertu,

                Résister à la tentation,

                Et obéir à sa fidélité,

                Résister à l’injustice,

                Et obéir à l’ordre,

                Résister à la bêtise,

                Et obéir à sa sagesse,

                Résister aux pulsions du corps,

                Et obéir aux devoirs de l’âme,

                Faut-il être un saint pour réussir ce nécessaire équilibre.



Le coeur du poète

untitled2.bmp                Le poète n’a de mérite,

                Son coeur parle pour lui,

                Tout son art y puise l’inspiration,

                Sa vérité en mots traduite,

                Par une forte et vaste émotion,

                Qui l’envahit avant de se déposer sur le papier,

                Et la projeter vers ceux qui sauront l’apprécier,

                Car le coeur connaît le langage universel,

                Du puissant moteur de la Vie,

                L’essence essentielle de l’éternel,

                L’amour.



Tyran

images8.jpg                Ah tyran,

                Comprends-tu que tu n’es plus grand,

                Ces autres grands t’abandonnent,

                Nul doute que tu aimes ton peuple,

                Mais sa liberté,qu’en as-tu fait ?,

                Ta main ferme ne fait plus peur,

                Cette main que tu n’as su passer,

                Certes le tapis rouge,il y a encore peu,on te déroulait,

                Au sein même de la patrie des droits de l’Homme,

                Quelle insolence tu affichais,

                Que de liens inavouables tu entretenais,

                Ces contrats signés ne te protègent plus,

                Sont-ce ces nombreux morts victimes de ton despotisme,

                Qui fomentent une vaste et destructive énergie occulte à ton égard ?,

                Ce terrorisme fou que tu dirigeais,

                Fou est le mot,

                La folie t’a fait prisonnier,

                Et t’offre maintenant le bilan de tes actes,

                Tyran,quelle est la valeur de ton âme ?.

               



Pourquoi anticiper ?

images51.jpg                Prévoir,planifier,se projeter dans l’avenir qui ne serait être que tracé,

                Est très fréquent en nos temps incertains,

                Anticiper rassure,

                Les voyants ou autres médiums très courtisés,

                Le meilleur de notre existence ne devrait-il ne plus surprendre,

                Et nous nourrir ainsi de cette vivifiante espérance soudaine,

                Car c’est bien le meilleur que nous voulons connaître à l’avance,

                Qui pourrait s’inquiéter des aléas à venir !!,

                Notre présent nous offre suffisamment d’indices pour le conjuguer au futur,

                N’est-il la traduction de notre passé,

                N’a-t-il déjà posé les jalons de l’avenir ?,

                Ne soyons de sempiternels inquiets,

                Mais soyons sûr d’être les acteurs d’une éternité,

                Elèves assidus de cette session corporelle,

                Parenthèse entre autres de cette vaste aventure spirituelle.

                                



L’Homme de parole

untitled1.bmp                L’Homme de parole,

                Ne transige avec sa conscience,

                Promesse dite voit sa réalisation,

                Honneur accordé n’est repris,

                Quand il rencontre la trahison,

                Aussitôt il coupe les ponts,

                L’accès à sa confiance est alors utopique,

                Seuls les ans peuvent effacer sa rancune,

                Mais du pur caractère inflexible,

                L’Homme de parole est d’une telle exigeance d’âme,

                Qu’il lui est follement difficile d’accepter la faiblesse spirituelle,

                De ces semblables plus enclin à leur richesse matérielle,ou leur petite jouissance,

                Qu’aux réelles valeurs qui font la noblesse de l’être,

                Qui évaluent l’âme parvenue.



L’encombrant inutile

                Il est des êtres qui aiment perdre leur temps,

                Ignorer l’essentiel et retenir le futile,

                Sans doute s’ignorent-ils déjà tant,

                Feintent de deviner leurs doutes,

                Pour éviter la précieuse recherche de la vérité,

                Belle découverte qui dévoile l’éternité,

                Ils préfèrent établir le bilan de l’illusoire,

                Accumuler les plaisirs ou plutôt en abuser,

                Comptent les plumes de leurs ailes,

                Tout en ayant aucun courage de s’envoler,

                Ils déploient leurs couleurs vives,

                Mais refusent de les froisser du poids de l’air,

                Snobent leur conscience,

                Privilégient l’illusion d’un corps sans cesse jouissant,

                Au réel plaisir d’une âme découvrant sa sagesse.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie