Il était ce vieux en ma jeunesse

imagesca81rmd4.jpg                Il était ce vieux en ma jeunesse,

                Il vivait de peu mais de sagesse,

                Son confort était rudimentaire,

                Pourtant en ma mémoire demeure une précieuse sérénité,

                Un perpétuel sourire émanait de son être,

                Car il savait la véritable richesse,

                Non il ne savait,il avait,

                Il était riche d’apprécier,de connaître,

                De fabriquer avec peu tant de choses,

                D’apprécier ce végétal qui étend ses branches sur ce fond céleste,

                Cet immaculé bleu que seuls les nuages,peuvent agrémenter de leur légèreté,

                Il avait cette noire expérience de son passé,

                Cette folle boucherie appelée guerre,

                Souffrance en silence au fond de son être,

                Qu’il savait un jour complètement anéantie par son sincère amour,

                Il donnait,partageait,simplement il aimait,

                En ce plaisir de vivre,il exorcisait ce lourd passé,

                Source de sa puissante volonté d’apprécier chaque parcelle d’énergie,

                S’offrant à tous ses sens,

                Il vivait de peu ce vieux,

                Pourtant je veux être aussi heureux.



Cet exceptionnel en chaque exception

imagesca0v9piw.jpg                Qui aime son semblable,

                Finit toujours par voir cette exception qui fait que chacun est unique,

                Au service du tout,

                Cet ensemble géré quoi qu’on en pense,

                Par cette énergie follement créatrice et rédemptrice,

                Ce véhicule que beaucoup n’osent emprunter,

                Qui facilite tant notre parcours de Vie,

                Et bien après,cette autre élévation,

                Cette puissance chacun la possède,

                L’ignorer est d’une telle hérésie,

                Faire cet effort offre tant de réconfort,

                Une sublime récompense qui honore l’âme,

                Qui lui dévoile cette éternité,

                Qui rend fou le sceptique,

                Insensible au bonheur emprisonné en son coeur.



M’emmèneras-tu

                M’emmèneras-tu dans tes souvenirs,

                Toi qui a juste croisé mon regard,

                Rendu ce sourire comme une promesse,

                L’évidence d’un on se reverra un jour,

                Etait-il trop tôt,tu as vu mes liens d’amour,

                Cet autre bonheur qu’ils retiennent,

                Es-tu un signe,

                Un ange de passage,complice d’une autre vie,

                Mais quel était ton message,

                Je ne peux effacer ton visage,

                En ma folle mémoire,je t’emmène,me suis-tu ?.



Ils ont faim

imagescaotu50i.jpg                Pendant que nous nous complaisons en notre confort,

                Que certes nous payons,chaque année davantage,le prix fort,

                Que nous consommons à foison,

                Cette nourriture que pourtant,en grand nombre,nous jetons,

                Blasés,rassasiés,peuples en déroute,car peuples gâtés,

                Pourtant si endettés,

                Par qui et comment,nul ne le sait,

                Mais devenu esclaves,esclaves des multinationales,

                Qui régulent,anticipent les envies,imposent leurs produits,

                Pendant ce temps dis-je,

                Cet autre continent,cet autre pays,en cette Afrique noire,

                Cette Somalie meurt,de faim,de soif,

                Pour elle,point de milliards,

                Meurs,tu n’as point de valeur,

                Aurais-tu les moyens d’acheter le vent,

                L’espérance on te vendrait,

                Voici nos miettes via nos associations,

                Somalie on pense à toi,mais comprends,

                La faillitte nous guette,

                Honte à nous !!!,

                L’Oeuvre de Vie pleure,pleure encore.



Définir la liberté

                La liberté est douter,

                Penser sans directeur de conscience,

                Est apprendre et retenir l’essentiel sans les encombrants dogmes,

                Convaincu qu’il n’est de vérité absolue,

                Si ce n’est la vérité du coeur,

                Ce raisonnement largement influencé par l’amour,

                Car la liberté est aimer,

                Ces précieux sentiments si proches d’une possible éternité,

                Qui ne bride son amour est libre,

                Aucune hypocrisie n’entrave son pardon,

                Il a cette précieuse intelligence qu’accabler son semblable,

                Lui serait tout autant nocif qu’à lui-même,

                Etre libre est surtout ne jamais trahir son bonheur.



Le passé meurt à petit feu

imagesca2cmf30.jpg               Le passé meurt à petit feu,

               Nous voulons l’oublier,

               Mais il agit encore sur ce présent,

               De son expérience,lui le révolu,

               Est toujours d’une telle influence,

               Et ce,au plus profond de notre mémoire,

               A la genèse de ce parcours,

               Auprès de notre enfance,

               Il rapporte cette joyeuse et regrettée insouciance,

               Mais souvent,par le vécu de la souffrance,

               Encore et encore il influence,

               Les années croient l’avoir tué,

               Quand la vieillesse le rappelle,

               Et le rend plus que jamais vigoureux,

               Meurt-il vraiment un jour,

               J’ai bien peur qu’il soit là pour toujours,

               Les grandes annales savent garder trace de notre chemin de vie.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie