Discrète douceur

Discrète douceur,

                     Que pourtant le temps reconnaîtra comme précieuse,

                     Car jamais n’aura eu la faiblesse de se soumettre à la violence,

                     Mais aura imposé la force de la patience,de l’indulgence,de la prudence,

                     Fille aînée de l’amour,

                     Fière et noble la douceur mène ses disciples vers le bonheur,

                     La plénitude en leurs coeurs.



Les souvenirs amers

                      Les souvenirs amers sont délétères,

                      Nuisibles à notre coeur d’amour,

                      Soldats de la haine perdurée,de la jalousie entretenue,des regrets tenaces,

                      Ensemble si défavorable à l’accès de l’espérance par notre être profond,

                      Qui se meurt de cette mémoire souillée par un passé qui ne veut s’oublier,

                      Les souvenirs amers sont nés d’hier,

                      Rendons-les à l’expérience,

                      Et laissons notre conscience guider vers l’avant notre chemin,

                      Sans le frein sur des lendemains devenus incertains,

                      Par la folle omniprésence des souvenirs amers.



Honnête

                      Honnête,honnête,qui l’est vraiment,

                      Qui a sa conscience si pure qu’il peut l’affirmer,

                      Etre en vérité absolue,maître en sincérité,

                      Humble en toute circonstance,disciple infaillible de son amour,

                      Qui jamais ne saurait trahir le dessein spirituel de son âme,

                      Honnête serait-il simplement en paix en son coeur,

                      Vide de tout doute car sûr toujours de respecter ces autres destins,

                      Qui en cette existence suivent le même chemin,

                      Ces semblables en mal d’éternité,

                      Absolument honnête,quelle insolence,quelle prétention,quelle vanité.



Faut-il parler,faut-il se taire

                      Faut-il parler,faut-il se taire ?,

                      La conscience a ses interrogations,les pensées font leur oeuvre,

                      Mais agir n’a-t-il davantage d’importance,

                      Parler la bonne affaire,

                      Quand les mots ne sont posés et souvent dépassent la sincérité de notre vérité,

                      Se taire est lâche,est faiblesse,

                      Mais parler peu et bien et surtout être le soldat des actes,

                      Est tellement plus salutaire,

                      Et fidèle à l’exigence du meilleur promis à notre être profond,

                      Lors de cette éternelle naissance.



Mes mots publiés

Mes mots publiés billets-d-humeur-spirituelle-par-chasseur-d-images-spirituelles-loic-pean1                               Amis fidèles de mon blog,visiteurs de passage,

                       Retrouvez mes mots sur quelques pages d’un livre,

                       Suivez le chemin de cette adresse,

                       http://www.leseditionsdunet.com/poesie/529-billets-d-humeur-spirituelle-par-chasseur-d-images-spirituelles-loic-pean-9782312003887.html

                       Il vous attend en cette virtuelle librairie des Editions du Net.



Etre seul

                       Etre seul,s’imposer la solitude,

                       N’avoir peur de sa vérité,

                       Lui raconter ses doutes et quémander tant de réponses,

                       Investir le vaste monde de nos pensées,

                       Finalement s’y trouver bien et dialoguer avec l’évidence,

                       Incroyable logique qui régit notre existence,

                       Et bien plus sans doute encore,

                       Oui entendre l’éternité qui par son divin amour nous interpelle,

                       Nous dit qu’aimer est l’ultime importance,

                       Notre chance en cette existence,

                       Oui l’amour agent promoteur de notre âme.



L’art de la mesure

                     L’art de la mesure,

                     Est en cet artiste qui connaît son bonheur,

                     Point d’abus en ses plaisirs,

                     Un zeste pour chaque jour nouveau,

                     Et son amour s’accroît en son coeur qui fuit l’oubli,

                     L’art de la mesure se complaît en la patience,

                     Dessine les contours de son espérance,

                     Trouve au fil du temps faisant son oeuvre,

                     Les certitudes qui vernissent les toiles de cet espoir,

                     L’art de la mesure est une fréquence sincère et humble,

                     Est offrir à ses sens le beau de l’existence,

                     Le meilleur du savoir,retiens des aïeux leur expérience,

                     Le bonheur d’avoir la force de ne se soumettre à l’excès,

                     Fait la grandeur de l’art de la mesure.



N’avoir peur

                       N’avoir peur,croire en la volonté de notre coeur,

                       En ce qu’il sait,ce qu’il retient,notre mémoire originelle,

                       Lui qui connaît la vérité de notre amour,

                       L’affirmer,le sublimer telle est notre promesse initiale,

                       Nous avons reçu la vie,héritiers de ce don nous sommes,

                       Alors oui avancer sans crainte,s’orienter vers notre bonheur,

                       Mais être libre de le construire,

                       Débrider nos dons et entreprendre cette édification,

                       Avoir une foi totale en notre valeur et en nos pouvoirs,

                       Finalement aimer et n’oublier cet essentiel,

                       N’avoir peur.



L’oubli

                       L'oubli dans litterature poesie religion spirituel sans-titre4

 

                       L’oubli est cruel,combien d’instants met-il entre parenthèses,

                       Mais bien heureusement la mémoire sait les retrouver en d’émouvants rappels,

                       Moments de partage,d’amitié,de sincère amour,

                       Car les pénibles instants,trahison,colère,si nocifs à notre bonheur,

                       Qu’ils restent en cet oubli,nul besoin de les rappeler,

                       Souvent ils s’imposent sans même que notre volonté les invite en notre présent,

                       L’oubli a ses failles,quel cruel.



Celui qui parle fort

 

 

                             Qui parle fort a le pouvoir,

                             Qu’il n’est la vérité en sa bouche,la sincérité en son âme,

                             N’a davantage d’importance,

                             Le grand nombre n’entend que lui,

                             Serait-il rassuré par cette assurance,

                             Folle insolence qui guiderait ses pas,

                             Pourtant l’arrogance de celui qui parle fort est souvent dictatoriale,

                             Qui ne supporte la controverse,

                             Trop sûr de lui,il mène vers l’abîme,

                             Vers des terres bien stériles,

                             Vides d’humanisme et d’humanité,

                             Ecouter plutôt celui qui parle avec le coeur,

                             Dont l’amour rejaillit de tout son être,

                             Car lui connaît son précieux destin,

                             Et a sans doute beaucoup moins peur des éternels lendemains.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie