Se dévoiler

                              Se dévoiler,

                      Dire,raconter sa vérité,

                      Témoigner sa réelle personnalité,

                      Alors soudain rencontrer,

                      Voir la coïncidence offrir l’amitié,

                      Nouer les liens des âmes qui se reconnaissent,

                      Plus de réticence à s’ouvrir,

                      Quand l’attrait de l’autre s’affirme,

                      Devient une évidence qu’il ne faut refuser à l’existence,

                      Faire fi de sa folle timidité,

                      Raconter l’étonnant de sa pensée,

                      Laisser oeuvrer la sincérité,

                      Oui se dévoiler en toute  confiance,

                      La vie est l’égérie de l’amour,notre amour,

                      Notre vive conseillère,

                      Tout lui dire,ne rien lui cacher,

                      A l’amitié,à la confidence,

                      Tout lui raconter sans réticence,

                      En toute conscience,étonner notre confiance.

                     



La tourmente

                     Faut-il connaître la tourmente,

                     S’emplir de tant de doutes,

                     Pour enfin découvrir l’évidence de l’espérance,

                     Et s’engager sur l’océan de son existence,

                     Toutes voiles de certitudes tendues aux vents du bonheur,

                     Plaisir de vivre alors,de peu mais bien,

                     Quand même l’erreur ne touche l’inestimable valeur de notre coeur,

                     Lui qui a vaincu les plus virulentes dépressions de nos angoisses,

                     L’expérience fait parler sa voix,notre être profond enfin l’entend,

                     Adieu tourmente et doutes,

                     Déjà les eaux calmes de l’amour proposent leurs rivages d’allégresse.



Les limites de la volonté

                       Repousser les limites de sa volonté,

                       Les découvrir et connaître ses priorités,

                       Faut-il s’imposer les souffrances du corps pour pénétrer les secrets de l’âme,

                       Nombre ont ce besoin,beaucoup d’autres ne l’ont,

                       A chacun sa quête de vérité,

                       Sa sensibilité aux secrets de la vie et à ses beautés,

                       Ou à chacun son goût de l’effort,ses vitales nécessités,

                       L’espérance a ses nombreuses interprétations,

                       Au sein de la conscience,ses mytérieuses félicités.



Le bonheur en nous

                       Le bonheur est en nous,

                       Pourquoi donc si souvent nous l’oublions,

                       Lui qui sait admirer les rouges et bleus des aubes et crépuscules,

                       Rencontrer l’étonnante émotion dès le printemps revenu,

                       Lui qui rassemble tous les plaisirs des sens en une évidence,

                       Que la conscience approuve,

                       Si heureuse pour cette âme enfin en harmonie avec sa destinée,

                       Qui ose aimer,fait de cet amour son précieux guide,

                       Sur ce parcours qui jusqu’à lors,s’emplissait de tant de doutes,

                       Eux-mêmes créateurs de si pesants regrets,

                       Oui le bonheur connaît la vérité de notre naissance,

                       Seulement il se tait,tel le sage,

                       Ne répond que si humbles et sincères,

                       Nous quémandons le juste conseil,la juste connaissance,

                       Offre sa divine expérience,

                       Lui qui sait tant de vies,lui qui est amour.



Déraisonner pour dire l’amour

                     Déraisonner pour dire l’amour de notre coeur,

                     Quand la trop raisonnable lucidité s’évertue d’afficher le mensonge de l’apparence,

                     Faut-il blâmer la folie qui s’empare de notre être,

                     Elle n’est démence,mais tant de pleurs envahissent notre conscience,

                     Profonds regrets de n’avoir davantage aimé,

                     Retrouver toute la vérité,tout l’essentiel,

                     Toute la priorité de ce maître de notre sagesse,

                     Guide vers l’ultime allégresse,

                     Notre amour,en toute extravagance le proclamer,

                     En cette existence l’exalter désormais en première vérité,

                     Qui trop longtemps l’a oublié,

                     Non point de déraison pour dire la beauté,la divinité de l’amour.



L’empreinte des mots

                       L’empreinte des mots est une trace laissée par les pensées,

                       L’ami de la vie dévoile  ses certitudes,

                       Le poète pose les images de son imagination,

                       Le sage offre toute la précieuse logique de son espérance,

                       Le philosophe décrit tout son bon sens,

                       Quand le conteur romance la légende de nos aïeux,

                       L’empreinte des mots guide les êtres sur le long chemin de l’existence.



Tout le savoir

                    Tout le savoir,

                    Quelle insolence pour dire tout l’avoir,

                    Le plus sage dira toujours,je ne sais pas,

                    Posséder la certitude d’une seule part,

                    Est déjà un précieux essentiel,

                    La connaissance est si vaste,

                    Qu’une seule vie ne saurait clamer ses contours,

                    Sans doute est-elle sans limites,son nom est amour,

                    L’éternité nous est proposée pour approcher,bien seulement approcher,

                    La grandeur de tout le savoir.



Le bon goût

                       Le bon goût,

                       Cette étonnante faculté d’inviter l’harmonie en toute expression de notre être,

                       En toute trace laissée par chacun de nos jours,

                       Le bon goût ne se définit,

                       Il est évidence accordée par les sens,

                       Il ne clame sa science,n’affirme aucune connaissance,

                       Il s’impose au disciple de l’existence,

                       Comme un savoir qu’il possède depuis longtemps,

                       Depuis des ans que le présent ne saurait connaître,

                       Le bon goût dessine la vie avec les couleurs de l’amour.



Les Hommes de paix

                     Les Hommes de paix gardent la mémoire de l’oeuvre fraternelle,

                     Connaissent la puissance créatrice de l’amour,

                     Leurs pensées,guides de leurs paroles et de leurs actes,

                     Sont humbles et sincères,

                     Jamais travesties par une folle recherche de gloire,

                     Qu’ils savent n’être qu’éphémère,

                     Les Hommes de paix ignorent l’utopique,

                     Leur patience a la volonté de l’éternité.



Craint ou aimé

                      Craint ou aimé,

                      Prévaloir sa force ou sa sensibilité,

                      Haï ou adulé,

                      Imposer son intransigeance ou suivre le laxisme,

                      Dire la vérité ou l’ignorer,

                      Vivre d’exigeance ou suivre le fil de l’existence,

                      Plutôt être craint de la force de son amour.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie