La vérité de nos rêves

                     Les rêves connaissent tant,

                     Maîtres de notre vérité,

                     En notre nuit ils s’expriment,

                     Gravent mille et mille messages en notre inconscience,

                     En cet inconnu de notre intimité,

                     Puissent-ils dire davantage en notre existence,

                     Nous guider vers une précieuse confiance,

                     Vers toute la connaissance de nos dons et talents,

                     Devons-nous traverser l’ignorance en tout oubli de notre naissance,

                     Pour mieux évaluer la force,la puissance de notre amour,

                     Les rêves font le bilan de notre héritage,

                     A nous toute la volonté de le découvrir,

                     De rendre les rêves à notre réalité.



Heureux

                     Heureux,le vouloir est déjà l’être,

                     Surprendre son existence des vertus incroyables de cet état,

                     Quand au-delà de la douleur,des doutes de la peur,

                     L’âme heureuse sourit de toute la force de son amour,

                     A cette vie qui lui propose ces nouveaux jours,

                     Comme alors le bonheur prend les habits de l’habitude,

                     Etre heureux et retenir le beau,le merveilleux,

                     L’agréable,le précieux sous ces cieux et bien ailleurs.



Semeurs

                     Semeurs sommes-nous,semeurs nous devons être,

                     Des graines d’amour que nous possédons en grand nombre,

                     En la besace de notre âme,

                     Ne tardons notre semis,

                     Précieuses seront nos moissons de fraternité,de pardon,

                     De reconnaissance,d’espérance rendue,

                     De tendre passion que notre coeur préservera pour bien d’autres récoltes,

                     Ne craignons l’ampleur possible des herbes folles,

                     Notre sincérité saura préserver la croissance des plantes de notre confiance,

                     Porteuses des vigoureux épis du don de soi,

                     Oui semons la vérité de notre divinité.



Innover

                     Innover,faire vivre les idées,

                     Elles filles des pensées,

                     Oeuvrer en cette existence,lui offrir le progrès,

                     L’initiative créatrice guide vers le plaisir de vivre,

                     D’exister,oui innover et se découvrir,

                     Nourrir son être d’une vive espérance,

                     Partager les fruits de son intelligence à la communauté fraternelle,

                     Par la connaissance affirmer ses dons et talents,

                     Et rencontrer la reconnaissance.



Beauté

                       Beauté sans grâce,sans charisme,

                       Sans cette autre attirance d’une âme qui sait son bonheur,

                       Habille l’être d’un seul attrait physique,

                       Habit parfois d’une souffrance qui n’ose se déclarer,

                       D’une insolence disciple de la violence sournoise,

                       Qui ne dit son nom,

                       Comme la beauté peut être diabolique,

                       Mais tout aussi l’embarrassant héritage,

                       Ou avantage indésirable architecte d’une prison dorée,

                       Où l’amour est retenu,ne sait même plus s’exprimer,

                       Oui,la beauté ne doit oublier d’aimer.



Harmonie soudaine

                     Soudain l’harmonie pause notre être,

                     Le retient en ce présent,

                     Converge toutes les pensées vers l’idéal intérêt,

                     Guidées par notre regard vers ces cieux infinis,

                     Beauté céleste muse de notre espérance,

                     Notre âme retrouve son inspiration,

                     Par les pinceaux de son éternité,

                     Emploie les couleurs de ce ciel étonnement changeant,

                     Pour créer ce tableau d’allégresse,

                     Que notre bonheur certifie déjà oeuvre en notre coeur.



Penser est-il déjà se tromper

                       Penser est-il déjà se tromper,

                       Les pensées ont cette faculté de rendre nombre de réponses,

                       Mais combien ont le sceau de la vérité,

                       L’existence fait le tri et rend l’évidence à chacune,

                       Ainsi se trace le chemin de vie,

                       Quand beaucoup de ces pensées sont éphémères,

                       Où se traînent lamentables aux basques de l’expérience,

                       Mais quand d’autres,les plus nobles,les plus sincères,les plus humbles,

                       Saluent l’espérance,vantent les divins mérites de l’amour,

                       Ah les précieuses pensées sont-elles alors,

                       Guides infaillibles de notre destinée.



Mouton et lion

                      Le mouton a bon dos,

                      Il serait fou de le suivre,fou de l’imiter,

                      N’est-ce lui qui entretient la prairie,

                      Qui offre par sa laine la précieuse chaleur,

                      O grand certes,il ne se bat,il est un indécrottable suiveur,

                      Quand le lion s’impose de toute sa force,

                      De sa puissance établit la majesté de sa superbe,

                      Mais il n’a le monopole de l’importance au yeux de l’existence,

                      En chacun le précieux rôle nécessaire à son spirituel épanouissement,

                      L’étonnante découverte de son amour,

                      Mouton ou lion,

                      L’éternité saura faire tomber les masques,

                      Et reconnaître ses élus.



Le feu de l’espérance

                       Qui veut connaître le bonheur,

                       Sait allumer un feu,

                       Le feu de l’espérance,

                       Connaît alors toute la chaleur de l’amour,

                       Sait s’emplir de toute l’allégresse que lui inspirent ces flammes,

                       Laisse son imaginaire suivre ces précieuses pensées,

                       Oublié alors le froid des doutes et incertitudes,

                       Il sait ce feu ne plus s’éteindre,

                       L’éternité ne manquer du bois de la volonté.

                      



Combien de richesses

                      Combien de richesses pour connaître le bonheur,      

                      Pour satisfaire tous les désirs,

                      Combler toutes les envies,

                      Peu dirait le sage,ou plutôt une seule affirmerait-il,

                      Richesse du coeur que chacun possède,

                      Mais que peu illuminent,ou souvent bien tard en leur vie,

                      Que l’expérience dévoile pas à pas au gré de ses évidences,

                      Trésor de volupté en notre être,

                      Non plus plaisir des sens mais de la conscience,

                      En pleine lumière de son amour,

                      Oui véritable et essentielle richesse accordée par l’éternité.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie