La course du fou

                      Le fou court derrière les étoiles,

                      Parfois contre elles s’énivre de toute son illusion,

                      Il court,il court encore,ne retient le présent,

                      Fuit-il son passé,voudrait-il déjà rejoindre son futur,

                      Aurait-il peur de s’affronter,de voir sa vérité,

                      Connaît-il sa véritable personnalité,

                      Sait-il aimer,entend-il les voix de ses pensées,

                      Il ne veut se rendre à leur bienfaisance,il court oui,

                      Rend aux étoiles une importance folle,

                      Le fou s’ignore,un jour un mur stoppera sa course,

                      Un mur d’évidence,prise de conscience soudaine de sa véritable destinée,

                      C’est alors qu’il apprendra à aimer.



Maître superficiel

                      Superficiel devient maître en notre présent,

                      Talents légers,chroniqueurs professionnels font la pluie et le beau temps,

                      Absolvent ou non l’artiste bientôt ou déjà oublié,

                      Aimer est une perte de temps,

                      Jouir dans l’immédiat est l’essentielle importance,

                      Le génie doit agir dans l’urgence ou taire ses dons,

                      Il est interdit de s’ennuyer,

                      Vite es-tu has been si tu ne possèdes la nouvelle machine,

                      La fraternité,la communauté sont virtuelles,

                      Pourtant tôt une autre réalité s’impose,

                      Solitude se nomme-t-elle,pourquoi vivre demande-t-elle,

                      Retrouver l’espérance est l’ultime urgence,

                      L’âme a ses intérêts,ses priorités,

                      Promesses d’une autre naissance,

                      Retrouver la force de son amour,

                      Et oublier enfin la peur.



La lumière

                        La lumière qui nous guide,

                        Que les yeux ne voient mais que l’âme ressent par son coeur,

                        La clarté de l’éternel que nos souvenirs retiennent,

                        Sans pourtant en dévoiler l’entière évidence,

                        Clarté divine qu’il nous faut retrouver en chaque portion de vie qu’Il nous donne en gage,

                        Découvrir,redécouvrir l’immaculée brillance,

                        Lumière première témoin de notre spirituelle naissance.



Père et fils

                      Il a tant à prouver,car il n’a les mots de l’amour,

                      Son rôle est masculin,cette aisance des sentiments est féminin,

                      Il aime mais ne le dit,il est père,je suis son fils,

                      Il conseille,il guide et ne trahit,

                      Ces sentiments sont évidence en nos consciences,mais nul ne les dit,

                      Le temps dévoile nos faiblesses,nos maladresses et nos différences,

                      Je ne suis plus l’enfant,il n’est plus mon héros aux mille pouvoirs,

                      Sa sagesse maintenant je vais quérir,

                      Son expérience,son savoir encore me subjugue,

                      Cet acquis qui fait le sel de sa science,

                      Il est père,je suis son fils,

                      Ou deux âmes à jamais liées sur ce chemin de vie.



Les injures

                     D’où viennent les injures,de nos pensées,de notre conscience,

                     En aucune manière notre intime vérité ne les approuve,

                     Elles s’invitent en notre être,explosent en notre langage,

                     Tels de vils parasites en quête de profonde nuisance à nos acquis spirituels,

                     Soldats diaboliques combattant la sincérité de notre âme,

                     O combien doit-elle se protéger de ne subire leur folle influence,

                     Les retenir et réduire à néant dans l’océan de l’oubli,

                     Rendre notre amour si fort et ultime importance en soi,

                     Que jamais les injures ne trouveront une quelconque prédominance en nos paroles,

                     Car malgré leur innocence,les mots dits ne s’oublient.



Le sage doute

                      Le sage doute,

                      Se remet en cause,

                      En sa vérité rien n’est acquis,tout se découvre,se redécouvre,

                      Il comprend l’oeuvre de vie comme infinie,

                      Il la sait divine,en son absolu inaccessible,

                      Le sage est humble,sincère en sa démarche,

                      Jubile de ne tout savoir,

                      D’être l’élève assidu de l’existence,

                      S’abreuve de sa précieuse connaissance,

                      Pure science de l’évidence qu’il sait emporter en son éternité.



Persévérance

                     Persévérance,puisses-tu garder la cadence,

                     Offrir toujours à mes nouveaux jours,la précieuse confiance,

                     Me faire adorateur de l’existence,

                     Eveiller sans cesse au plaisir tous mes sens,

                     Persévérance,guide-moi vers l’éternelle espérance,

                     Ouvre-moi encore au bonheur de vivre,d’aimer,

                     Oui fidèle à la volonté de mon amour.



De son temps

                    Etre de son temps,quelle importance,

                    Vivre simplement,rencontrer son bonheur,

                    Le reconnaître en ce présent et ne créer ainsi aucun doute,

                    Qui saurait trop s’accaparer notre passé,

                    Et nous rendre de l’avenir prisonnier,

                    La vérité du coeur ne se soucie des modes et habitudes de quelques années,

                    L’amour qui l’anime est juste de tous les temps.



Faire son devoir

                    Faire son devoir,qui saurait le connaître,

                    Qui devrait l’imposer,aucun si ce n’est soi-même,

                    Ce maître intime de notre destinée,

                    Au plus profond de notre être demeure-t-il,

                    Il n’intime l’ordre d’obéir,

                    Lui notre volonté que souvent la peur retient,

                    Non il n’impose le devoir,il le sait,

                    Gardien de notre vérité,dépositaire de notre éternelle mémoire,

                    Oui maître mais pourtant soumis à cet égo appelé apparence,

                    Cette personnalité illusoire qui elle a ce devoir,

                    Ecouter son coeur d’amour,lui rendre l’ultime priorité,

                    Là est notre essentiel et réel devoir.



Ne doute de toi

                       Ne doute de toi,exulte tes dons et talents,

                       Fais de ta vie ta meilleure amie,

                       Affirme ta vérité,ta personnalité,

                       Dévoilées par la sincérité de ton amour,

                       Elles témoignent ta volonté,cette envie de vivre qui dit ton éternité,

                       Oh oui avance sur ce chemin de l’existence,

                       Un éternel présent t’attend quand cet avenir t’annoncera l’arrivée,

                       Laisse l’espérance t’animer,

                       Ce précieux espoir est un appel,

                       Une évidence en ta conscience que le bonheur se propose à toi,

                       Alors dis-lui oui,

                       L’amour est maintenant ton guide qui jamais ne te trahira.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie