Précieux cristal

                     Le bonheur,précieux cristal à la brillance incroyable,

                     Il est là en notre être,

                     Faut-il pourtant le découvrir,

                     Rendre tout l’enthousiasme possible de notre coeur à son pur éclat,

                     Par lui l’amour magnétise d’une vive espérance,

                     Rend le plaisir de vivre,

                     Le pouvoir des sentiments devenus guides de l’existence,

                     Influe l’énergie créatrice aux mille vertus,

                     Précieux cristal,oui se rendre à l’évidence de notre grand mérite,

                     Par lui la vie offerte,l’éternité accordée,

                     Puissions-nous être dignes de posséder sa divine richesse.



L’abus

                      L’abus est responsable,responsable de nuire à l’usage,

                      Fol excès d’une si funeste influence,

                      Devenu geôlier de la conscience,il afflige sa prédominance,

                      Prend le désir en otage,tue pas à pas l’envie de vivre,

                      D’exulter l’amour,voile le bonheur de son épais brouillard des regrets,

                      Vite l’abus n’a plus de limites,

                      Rencontrer l’évidence de sa nuisance devient une vitale importance,

                      Car l’abus oeuvre pour la mort,

                      Fin d’un corps libérant une âme qui n’a eu que le seul tort,

                      De renier son éternité.



Les soldats de l’amour

                     Les soldats de l’amour combattent le malheur,

                     S’affligent de la solitude,regrettent l’absence de l’espérance,

                     S’arment de toute confiance en notre conscience,

                     Ont pour nom sincérité,humilité ou pardon,

                     Se veulent les guides de notre destinée,

                     Grand est leur courage dans les doutes de l’existence,

                     Précieuse est leur clairvoyance vers les certitudes de notre bonheur,

                     Les soldats de l’amour n’ont de maître que l’évidence de leur divinité,

                     Si grande et véritable est leur influence aux vérités de notre coeur.



Retenir la joie

                     La joie,comme on aimerait la retenir,

                     Pourrait-elle ne plus être soumise aux velléités du chagrin,

                     Quelle grande plénitude s’offrirait alors à nous si en toutes circonstances,

                     Elle emplissait notre être de son unique importance,

                     L’absence est lourde,le regret est fort,le doute envahissant,

                     Mais la joie connaît les secrets de l’espérance,

                     Guide peut-elle devenir sur le chemin de notre meilleure destinée,

                     Où notre amour s’épanouirait de subtiles vérités rencontrées,

                     La joie est une précieuse conseillère,

                     L’éternel secret retient-elle,

                     La vie est bien au-delà du temps.



Quelle grande joie n’est-ce pas

                    L’innocence s’est évanouie mais l’espérance n’a-t-elle grandi,

                    L‘évidence ne fait-elle son oeuvre en la conscience,

                    L’adulte sait Noël être symbole en son existence,

                    L’amour est son guide,son précieux conseil,le devin en lui,

                    Serait-il cet inexpressif divin,qui pas à pas se dévoile à mesure de sa volonté,

                    En cette date étinceler les plus belles lumières,

                    Dire,rendre l’éclatant,le plaisir et la jouissance à l’espérance,

                    Quelle grande joie n’est-ce pas .



Optimisme et pessimisme

                     Pessimisme et optimisme ou le combat des êtres face à leurs doutes,

                     Quand l’optimisme de toute sa volonté dégage les voies de l’espérance,

                     Le pessimisme de toutes ses peurs,retient le présent,

                     Baisse le regard à la simple évocation de l’avenir,

                     Dieu que l’optimisme doit s’imposer en cette âme qui le reçoit avec tant de confiance,

                     Dire les pouvoirs divins certains de l’amour,

                     Lui offrir la plénitude en toute conscience pour recevoir tous ses nouveaux jours,

                     Tels de précieux présents créateurs de son éternelle richesse,

                     De sa vie en lui bien au-delà de son corps,

                     Le pessimisme se rendra à ses faiblesses,

                     S’évanouira,ne se réveillera qu’au funeste retour du doute,

                     Mais la force de l’optimisme sera telle,qu’il se taira pour toujours.



Les gens bien-portants

                     Les gens bien portants se plaignent encore,

                     Ignorent leur trésor,

                     Cette vie bienheureuse qui s’offre à leur amour,

                     Ces jours bienfaisants,

                     Comme des présents rendus en garantie d’un héritage spirituel évalué à sa juste valeur,

                     Les gens bien portants ont toute la richesse d’une bonne santé pour témoigner évidence à leur éternité,

                     Quand nombre de leurs semblables n’ont cette chance,

                     Cette volupté en leur corps,

                     Et pourtant rendent à leur existence,une évidente reconnaissance,

                     Une large et puissante conscience de leur bonheur en leur coeur établie,

                     Les gens bien portants n’ont ce courage de faire bien davantage,

                     D’éviter de se plaindre,ô combien doivent-ils signifier l’espérance,

                     Dévoiler le sourire en leur âme,pour le plus grand bien de l’Oeuvre de Vie.



L’ami véritable

                      L’amitié véritable ne s’enfuit quand arrivent les heures difficiles,

                      Elle soutient de toute sa sincérité cette âme qu’elle accompagne,

                      Aucun doute en sa démarche,

                      Mais elle sait n’être envahissante,

                      O combien elle n’oserait pénétrer cette intimité,

                      Ou se taisent les peurs et angoisses de l’ami aidé,

                      Soulagé par l’humble et infaillible soutien,

                      De cet autre que déjà l’éternité reconnaît.



Le temps

                     Le temps,illusion de notre présent,

                     Car viendra l’instant où l’éternité taira sa raison d’être,

                     Lui offert pour une vie,unique parenthèse de quelques âges,

                     Témoin d’un amour mis à l’épreuve d’une existence,

                     Le temps est exigence,dépositaire de la sagesse,

                     Mais aussi des regrets,

                     Procureur de nos mérites ou de nos fautes,

                     De nos faiblesses ou de notre exacte capacité d’aimer auprès du divin créateur,

                     Jamais juge,juste éveilleur de notre conscience,

                     Guide infaillible de notre éternelle destinée.



Lumière de l’espoir

                       L’espoir,

                       Cette éternelle lumière en notre être,

                       Dieu qu’elle ne s’impose,

                       O combien notre volonté doit l’intensifier,

                       Lui offrir l’espace grandissant de notre amour,

                       Oh oui qu’elle envahisse de toute sa divine brillance,

                       Notre évidence en cette existence,

                       Elle mémoire de toutes nos naissances,

                       Puissions-nous ne l’oublier,

                       Et nous laisser guider en toute confiance vers notre destinée,

                       Par toutes les certitudes de sa spirituelle vérité.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie