Les gens bien-portants

                     Les gens bien portants se plaignent encore,

                     Ignorent leur trésor,

                     Cette vie bienheureuse qui s’offre à leur amour,

                     Ces jours bienfaisants,

                     Comme des présents rendus en garantie d’un héritage spirituel évalué à sa juste valeur,

                     Les gens bien portants ont toute la richesse d’une bonne santé pour témoigner évidence à leur éternité,

                     Quand nombre de leurs semblables n’ont cette chance,

                     Cette volupté en leur corps,

                     Et pourtant rendent à leur existence,une évidente reconnaissance,

                     Une large et puissante conscience de leur bonheur en leur coeur établie,

                     Les gens bien portants n’ont ce courage de faire bien davantage,

                     D’éviter de se plaindre,ô combien doivent-ils signifier l’espérance,

                     Dévoiler le sourire en leur âme,pour le plus grand bien de l’Oeuvre de Vie.



3 commentaires

  1. jcn54 23 décembre

    Mieux vaut faire envie que pitié !
    Et comme tu le dis que ceux qui ont des kilos en trop arrêtent de se plaindre, mais qu’ils pensent à ceux amaigris faute au manque de nourriture…
    Bonne journée Loïc.
    Amicalement.
    JC

    Dernière publication sur Jean Claude's news : Un ange parmi les anges

    Répondre

  2. jijimagiccinqsept 23 décembre

    Salut Loïc,

    :P Tu prêches un converti !!! :D

    J’ai été bien-portant pendant un demi siècle : j’aurais dû me méfier de cette phrase du célèbre Dr Knock :

    « Tout homme bien-portant est un malade qui s’ignore… »

    Au Boulot, j’avais précisé que lorsque j’aurai un arrêt de travail, « ça en vaudrait la peine » !
    Je n’ai pas été déçu, les collègues non plus du reste… :(

    La bonne santé est une bénédiction.
    C’est en la quittant qu’on en prend conscience, comme de la valeur de notre jeunesse lorsqu’elle s’enfuie et ne nous laissent que des artères bien lourdes et fragiles !

    Même si l’on sait comment le parcours va inexorablement se terminer, on se doit de remercier la nature (Dieu pour les croyants) pour la vie déjà vécue… Et considérer que chaque jour à vivre encore est un « bonus »…

    Amitiés,

    Jean-Jacques.

    Dernière publication sur  : Adieu Manitas...

    Répondre

  3. Le Marginal Magnifique 25 décembre

    Aucun bien plus précieux que celui décrit ici..

    a bientôt.

    Répondre

Laisser un commentaire

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie