Le défi de la vie

                     Le défi de la vie,elle qui s’offre à chacun,

                     Serait-elle maîtresse de notre spirituel acquis,

                     Guide de notre éternelle destinée,

                     Instant de jours au sein de ce perpétuel présent,

                     Grande volonté est-elle de ne renier ce divin fait,

                     Nous sommes bien au-delà d’elle,héritiers de l’amour,

                     Grand voile tombe sur notre mémoire lors de notre naissance,

                     La vie nous propose de le faire tomber et rencontrer pas à pas notre vérité,

                     De mettre à l’épreuve des circonstances,par un grand travail en notre conscience,

                     Cette faculté de pardonner,de donner sans regrets,

                     D’aimer encore,et ne jamais douter de la force et la puissance de cet amour,

                     D’estimer la réelle valeur de son être,

                     Le défi de la vie n’en est un,

                     Mais un souhait au plus profond de notre coeur,

                     De se faire une place au soleil de l’éternité.



La mort

                       L’ami s’en va,le proche impose son absence,

                       La mort nous entraîne à son habitude,

                       L’amour se conjugue au passé,

                       Pourtant en notre mémoire impose son éternel présent,

                       Dit leur présence bien ailleurs que dans leur corps,

                       Oui nos sentiments parlent encore,

                       En eux nos aimants,nos amants s’expriment,

                       Nous les entendons,ils sont là,si proches,

                       Notre coeur les voit,

                       La mort n’est que soumise à l’amour.



L’amour à l’aide

                     L’amour à l’aide se rappelle à nos souvenirs

                     Oubli fut-il,

                     Espérance demeurait-il,

                     Réalité de ses bienfaits devient-il,

                     Quand les doutes et les peines onf fait leurs basses besognes,

                     Comme ils ont entrepris de mettre l’être à l’épreuve,

                     L’évidence alors du pardon,de l’oeuvre sincère en nos jours,

                     Des sentiments partagés en pleine sincérité,

                     Guident l’être vers la réalité de ses voeux enfin exaucés,

                     L’amour en toute connaissance du bonheur,

                     Offre la confiance des lendemains certains.



Parler

                     Parler beaucoup,parler bien répliquera le sage,

                     Pourtant Dieu que la parole libère,

                     Témoigne les doutes d’une âme en mal de réponses en toute son intime solitude,

                     Seule croit-elle être,ignore-t-elle son bonheur de vivre,

                     Pour s’exprimer par ses mots avec tant d’ardeur,

                     Rompre par cette vive expression une envahissante ignorance,

                     Sourde est-elle aux confidences de son amour,

                     Folle timidité de sa vérité,

                     La sagesse n’a ce grand besoin de s’exprimer,

                     Elle rend d’un simple regard,toute sa certitude,

                     Toute son entière et humble sérénité.



Quel inconnu

                     Quel inconnu en nos doutes et incertitudes,

                     Non-savoir en notre existence,

                     Destinée qui n’avoue sa vérité,

                     Seul l’amour affirme sa bienfaisance,

                     Son exigence pour tant d’allégresse en toute sagesse vécue,

                     Alors point tant d’inconnu,

                     L’évidence se dévoile,une divine beauté se dessine,

                     Les lendemains montreront son visage,

                     Par tout l’éclatant de l’éternité.



L’esprit vif

                     L’esprit vif trace son existence d’instantanées pensées,

                     Réalise que l’instant est un précieux présent,

                     Mais Dieu qu’il doit être juste,

                     Reconnaître la bienfaisance de la patience,

                     S’aider des conseils de sa conscience,

                     L’esprit vif peut être le guide zélé de l’amour,

                     Et emmener son disciple vers un bonheur quasi certain,

                     Car l’espérance lui rend déjà de bien réelles certitudes.



Que donner à son enfant

                     Que donner à son enfant,

                     Si ce n’est un métier,tel le souhait de nos aïeux,

                     L’essentiel de la passion de vivre,

                     D’exulter son amour,

                     Lui rendre l’évidence de pardonner,

                     De ne jamais perdre le fil de l’espérance,

                     Puisse-t-il découvrir tout le potentiel de ses dons et talents,

                     Ainsi rencontrer toute la confiance garante du bonheur en son existence,

                     Et comprendre que cette somme de jours peut faire toute l’avancée de son éternité,

                     Quand disciple de la sincérité et de l’humilité sera-t-il reconnu,

                     Oui rendre à son enfant toute l’évidence de sa richesse en son coeur établie.



Rendre le plaisir

                     Rendre le plaisir,

                     Comme l’artiste l’offrir,

                     Créer cet émerveillement en tous les sens,

                     Déclencher le sourire intérieur,

                     Au profond de l’âme ouvrir la voie au bonheur,

                     Devenir le porteur du plaisir par les mots de l’espérance,

                     Se rappeller au souvenir de la conscience,

                     A autrui lui dire que la richesse est en lui,

                     Son amour ne demande qu’à luire,

                     Oui clamer la grandeur du noble plaisir.



Que dire du futur

                     Que penser du futur,le passé saurait bien en dire,

                     Car en lui,que de graines semées qui trouveront leur apogée en cet avenir,

                     Le présent lui se rend à son évidence,

                     L’essentiel est déjà programmé,

                     Nombre d’envies et de désirs imposent leur volonté,

                     Les talents et dons se sont révélés,

                     Depuis longtemps sont-ils nés,

                     Au-delà de notre naissance connaissent-ils notre éternité,

                     O combien ne doutent-ils de notre destinée,

                     Et l’amour,notre amour,lui ne s’étonne du temps qui passe,

                     Passé ou présent,au futur il se conjuguera,

                     Notre égo peut en douter,

                     En notre coeur toujours il saura nous retrouver.



Passion et jeunesse

                       La jeunesse a la passion pour compagne,

                       Mais aussi l’impatience comme mauvaise guide,

                       Conseillère ignorante des valeurs du temps,

                       L’amour doit-elle connaître en toute relation,

                       L’oeuvre sincère et humble de tout l’être,

                       Qui s’adresse à l’espérance pour marquer pour toujours,

                       Cet attrait entier de l’âme en son éternelle mémoire,

                       Que l’inutile ou le futile ne soit ces autres passions qui nuisent à la jeunesse,

                       Oui aimer doit-elle,vivement,de toute la puissance de son coeur,

                       Sans peur des lendemains incertains.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie