Penser et aimer

                     Penser et aimer,

                     L’être libre de ces deux capacités,

                     Est heureux et sait l’être,

                     L’amour inspire ses pensées,

                     Combien pense-t-il par la vive inspiration de l’amour,

                     Ses paroles,ses mots donnent vie à l’espérance,

                     Offrent la précieuse influence,

                     Guide est ce génie du bonheur,

                     Oui il pense,il aime,il vit,

                     L’éternité est son royaume.



Quand soudain

                      Quand soudain la réalité comme issue de toute la magie de nos pensées,

                      S’harmonise pour le plus grand bonheur de notre présent,

                      Manifeste l’inédit,l’étonnant,

                      Souhait si fort,si intense en nos plus intimes prières,

                      Que même les mots ne sauraient témoigner la fabuleuse vibration,

                      Quel ange alors exauce ce voeu,

                      Dirige ainsi la main de l’espérance,

                      Ordonne au temps d’entendre cette sincérité,

                      Non point de hasard,mais force et puissance de notre prodigieuse volonté.



Les jours

                       Les jours tels les enfants du temps,

                       Attendront pour devenir année,

                       Combien devront-ils apprendre des semaines,

                       Retenir le meilleur de l’instant,

                       Quand bien même paraîtrait-il futile,

                       Un sourire discret en toute innocence peut y révéler toute une humanité,

                       Toute la richesse d’une âme,

                       Toute la volonté de l’amour,

                       Les jours doivent savoir que la mémoire retiendra chacun d’eux,

                       Divisera tous ces ans pour ne retenir que leur vérité révélée,

                       L’effort qu’ils auront accordé à l’envie de l’être,

                       Dont ils formèrent par leur ensemble,

                       La précieuse vie.



L’humour et sa noblesse

                    L’humour a sa noblesse,son exigence,

                    Il n’ignore la brillance de l’intelligence,

                    Le don inné de fraternité,

                    Du plus précieux partage de sentiments,

                    Il rit,se moque,le bougre,

                    Pourtant grand talent faut-il pour en être son digne disciple,

                    Car l’humour impose la finesse d’esprit,

                    Jamais ô grand jamais il ne doit nuire à ce semblable,

                    Auprès duquel il offre le plaisir de vivre,

                    Combien doit-il rendre les jours de l’existence,

                    Précieux et plaisants instants de sourires que la mémoire saura mieux retenir,

                    Oui l’humour est un don que le plus grand comédien dramatique aimerait tant posséder.



L’apparence

                     Quelle vérité chez l’apparence,

                     Connaît-elle l’essentiel de l’être qu’elle habille,

                     Qu’elle démontre en toute évidence,

                     Ou qu’elle cache davantage,cette vérité de l’intimité,

                     Cet amour embelli par les années ou les vies,

                     Sincèrement élevé en vive priorité,ou plus souvent mis à l’écart des premiers regards,

                     Souffrance du coeur alors qui ne dit sa peine,

                     Que l’apparence retient comme une folle,

                     Elle qui n’accorde d’importance qu’à l’habit de son mensonge,

                     Ou voudrait-elle cacher les souffrances de cette âme qu’elle accompagne,

                     Mais ne sait-elle cette apparence,qu’un grand bonheur elle pourrait créer,

                     Si plus souvent elle voulait rimer avec espérance,

                     Et suivre la route voulue par la promesse de sa naissance,

                     N’être mensonge mais exact amour jour après jour vécu en toute transparence.



A chaque âge

                      A chaque âge son intérêt,

                      Ses idoles,ses modes,ses croyances,

                      Ses vices,ses folies,ses excès,ses intolérances,

                      Oui son esprit,sa gloire,sa reconnaissance,

                      Le bilan de son histoire,le résultat de son espérance,

                      Mais à tous le même bonheur,l’identique nostalgie du coeur,

                      La volonté de l’amour moteur de toutes les générations,

                      Recherche perpétuelle de la divine vérité.



L’âme désespérée

                      L’âme désespérée demande sa guérison,

                      Voudrait tant retrouver la voie de son éternité,

                      Entendre de nouveau la subtile mélodie de l’espérance,

                      Se laisser porter par les douces voix célestes,

                      Retrouver la force de son amour,

                      L’âme désespérée s’en remet à toute la bienfaisance de sa sincérité,

                      La vérité de son humilité,

                      Elle pleurt mais sait la joie accessible,

                      Elle défie le temps de presser le pas,

                      Elle veut nourrir son présent de toutes les promesses de sa naissance,

                      Que toutes ces années ont rendues au fol oubli,

                      L’âme désespérée veut aimer.



Le tableau de notre existence

                    Comme l’oeuvre est mouvante,

                    La vie ne se pause,nous sommes ses artistes,

                    Quel effort pour retenir notre inspiration,

                    Car la belle n’a de patience en sa pose,

                    Pourtant quel modèle est-elle,

                    Quelle grâce,quelle élégance,quel charisme,

                    Mille couleurs habillent son être,

                    Intense divinité en son regard,

                    L’éternité veut-elle nous faire voir,

                    A nous pourtant la gloire,

                    Quand le tableau de notre existence saura sa reconnaissance.



L’évidence et l’âme parvenue

                    Comme l’évidence se révèle sans peine à l’âme parvenue,

                    Qui entend les douces paroles de la vie,

                    S’emplit des vérités de l’amour,

                    Rencontre l’allégresse d’une précieuse sagesse,

                    Suit le chemin de l’existence sans doute et sans peur,

                    Pardon,partage et attention guident ses pas,

                    L’être alors élu révèle la beauté de l’évidence par toute sa plénitude vécue,

                    Bonheur parfait se traduit en son regard,

                    Une élégance somme toute divine habille son corps,

                    Quand jamais la vieillesse et ses douleurs n’entament la grandeur de son bonheur,

                    L’éternité est déjà de son présent.



Le mépris

                     Le mépris sème son indifférence,

                     Quelle vérité chez cet autre connaît-il,

                     N’aurait-il un zeste de doute,de compassion,

                     De saine retenue avant d’étaler son dédain,

                     S’en remetre au mépris est déjà trahir son amour,sa vérité,

                     Est s’oublier en une folle ignorance,

                     Davantage mainmise de sa propre souffrance sur la réelle ambition de son âme,

                     Vers l’excellence de son élévation.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie