L’envoyé de l’espérance

                      Arriva l’humble,

                      L’être visionnaire ou empli de la plus pure clairvoyance,

                      Comme envoyé par l’espérance,

                      Soldat de l’oeuvre fraternelle,

                      Un cri lança-t-il,combattit-il la souffrance,

                      La pauvreté par toutes les armes de sa sincérité,

                      Une icône devint-il,point d’ancrage des évidences,

                      Partage est la première,mais l’amour les domine,

                      Oui aimer disait-il,dit-il encore en tous les coeurs,

                      Sa trace laissée a le sceau de l’éternité,

                      Une balise qui jamais ne s’éteindra,

                      Guide permanent de nombre d’existences.



Celui qui rend vérité

                    Celui qui par ses honnêtes mots déclenche tes pleurs,

                    Touche le point sensible de ta vérité,

                    Connaît le besoin premier de ton bonheur,

                    Cet autre qui t’offre le rire,

                    Rendent heureuse ton âme le temps d’un instant,

                    Sois davantage sûr pourtant de recevoir le précieux conseil,

                    Par ce premier qui te fait don de toute sa sincérité,

                    Sa franchise,de son inaltérable amitié,

                    Ton coeur alors,en toute confiance retrouvée,

                    Rira de toute sa vive volonté d’aimer.



La solitude et les jeunes années

                     La solitude ne saurait se complaire en la jeunesse,

                     Quand chez le vieux sage elle apporte l’allégresse,

                     En ces jeunes années elle n’est que sorcière,

                     Ennemie du plaisir de vivre,urgence est-il alors de la fuir,

                     De s’emplir des savoureux plaisirs,les sens doivent jouir,

                     L’expérience prend racine en ces envies assouvies,

                     La solitude s’accorde la patience,

                     Elle guette aux coins des rues de notre vie,

                     Quand l’amitié s’éparpille sur tant de chemins de vie,

                     Pour d’autres destinées,autres nécessités,

                     Pourtant ne craindre de rencontrer cette funeste solitude,

                     Elle sait ces vérités que notre âme n’ignore,et veut retrouver,

                     Désir caché,inavoué,mais si conscient en notre intimité,

                     Combien faut-il laisser notre amour nous guider vers cette plénitude inédite,

                     Mais si intense en notre bonheur,

                     La solitude change de visage en cette révélation,

                     Grand primordial est-il de l’accueillir sans réticence,

                     Elle saura en nos jours nouveaux ne trop nous envahir.



Heureux artistes sommes-nous

                      Heureux artistes sommes-nous,

                      Quelle belle oeuvre accomplissons-nous,

                      Ame se nomme-t-elle,inspirée par l’espérance,

                      Par toutes les certitudes de notre volonté prend-elle vie,

                      Par les mille couleurs de l’amour façonnons-nous son image,

                      Précieux aspect que l’éternité recevra,

                      Quelle imperfection alors se fera jour,

                      Ne serait-ce qu’une touche finale,

                      Que la vie nous sera rendue pour enfin apposer notre signature,

                      Puissions-nous n’oublier les heures et les jours,les années d’introspection,

                      Ces puissants jets d’inspiration,sûrement divins,

                      Quand l’amour impose toute son évidence première,

                      Taire ces autres instants de doutes,

                      De colère toujours si nuisibles à notre réel génie.



Qu’importe la position

                     Qu’importe la position,le rang,le grade,le privilège sociétal,

                     Le coeur,maître de notre éternelle destinée,a ses autres critères,

                     A l’amour les mesure-t-il,

                     Cette vérité matrice de notre conscience,

                     Bien davantage en notre humilité,en notre sincérité,

                     En notre capacité de pardonner,

                     De rendre pure passion,

                     De créer par le don de l’espérance notre oeuvre spirituelle,

                     Savoure-t-il notre exacte valeur,notre ineffable bonheur.



La rêverie

                     La rêverie et son précieux instant,

                     Détachement plaisant des prérogatives,

                     Des obligations d’un égo toujours menteur,

                     Les pensées alors libres s’envolent vers l’important ailleurs,

                     Vers l’évidence du meilleur,

                     En cet autre présent les rêveries voient,

                     Devinent les signes que l’amour sèment à satiété,

                     Les sens alors,non plus en alerte par une urgente réalité,

                     Unissent leurs facultés pour une pure allégresse,

                     Offrent les certitudes d’une bienfaisante sérénité,

                     Quelle jouissante priorité de retenir en la mémoire,

                     Les sereins moments de la rêverie.



Les désirs et l’oeuvre du temps

                       Sommes-nous parfois prisonniers de désirs qui demandent l’oeuvre du temps,

                       Pourtant impatients demeurons-nous,

                       Vexés,frustrés,insensibles aux vérités de notre bonheur,

                       Aveugles à son éclat,lui trésor d’amour constamment en notre coeur,

                       De tout son précieux,sa divinité,

                       De toute la valeur de son éternité,

                       Gardons le cap de notre essentiel,

                       Eminente importance à notre espérance,

                       Une juste harmonie surprendra le fil de notre existence,

                       Comme une juste récompense,

                       Pour cette saine patience accordée à nos jours.



L’ennemi ami

                      Mon ennemi pourrais-tu être mon ami,

                      Les doutes sont de ce présent,

                      Mais l’éternité a ses certitudes,

                      En notre coeur les dévoile-t-elle,

                      Mais grand mal s’empare de notre volonté pour nier cette vérité,

                      Quand l’égo brandit son honneur,

                      Ennemi es-tu,ennemi resteras-tu,

                      Pourtant puisses-tu rencontrer ton amour,

                      Ainsi tu auras mon pardon,

                      Saurais-je m’engager dans la réciproque,

                      L’avenir témoignera.



Qui donc suivre

                      Qui donc suivre,

                      Le suiveur n’est dans le vrai,

                      N’est-il libre de sa propre vérité,

                      Ne peut-il trouver par sa volonté la voie de l’espérance,

                      Par ses sens se sublimer,

                      Toucher de son coeur les douceurs des précieux sentiments,

                      Oui se fier à l’instinct de son amour,

                      Lui son unique maître dont il ne sera jamais esclave,

                      Mais le bienheureux disciple,

                      Empli de cette évidence,quelle sagesse guidera ses pas,

                      Quel bonheur nourrira ses jours,

                      Les peurs anciennes se rendront aux seuls souvenirs,

                      Quand la confiance offrira toute son harmonie à chacun des instants de cette vie,

                      Un être heureux alors que nombre voudront suivre.



La science de l’amour

                       Il n’est plus grande science que celle de l’amour,

                       Ultime réponse à toutes les plus profondes interrogations,

                       Source de notre réalité,

                       Inspiratrice de notre volonté de vivre,

                       De nous élever par les fils de l’espérance,

                       Vers les cieux de certitudes de nos plus vives passions,

                       Esprit guérisseur de nos maux nés de vils doutes,

                       Tenaces regrets ancrés en notre mémoire,

                       L’amour par l’essence du temps les ignore,

                       Les refoule au précieux oubli,impose l’essentiel d’une joie retrouvée,

                       Tout l’éclatant de l’évidence éternelle,

                       Par les couleurs de la compassion,du partage,

                       Du sourire permanent d’une âme toute offerte à l’oeuvre de vie,

                       Bien au-delà de ces jours,de ce temps,hors des saisons,

                       Témoin pour toujours du divin amour.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie