L’amour renié,brisé,torturé

                      L’amour manipulé,

                      Trahi,renié,brisé,torturé,

                      Il s’offrait à tous par les mots de sa vérité,

                      Dénigrements,insolents sourires,

                      Rires diaboliques,profondes insultes reçut-il,

                      Plaisirs sadiques,souffrance extrême endura-t-il,

                      Pourtant son regard seul disait sa divinité,

                      Cette intense richesse de l’être commune à tous,

                      Que tant ignorent,

                      Il savait cette folle destinée,

                      Bientôt il serait le témoin ultime de l’éternité,

                      En ces derniers instants d’une seule densité,

                      Ses pensées vont à sa mère,à son épouse,

                      A cette féminité si sensible à l’exceptionnel de sa personnalité,

                      Premières seront-elles quand la mort dévoilera son vrai visage,

                      Grand bonheur vivront-elles alors,

                      Mais qui les croira,qui les reniera,

                      Aujourd’hui encore le doute et le mensonge font leur oeuvre,

                      Pourtant l’amour est là,attend patiemment la gloire,

                      La résurrection de notre originel bonheur.



Touché par l’amour

                     Touché par l’amour,

                     L’être s’éveille à son bonheur,

                     A son essentiel,sa raison de vivre,

                     Concrétise son voeu originel,

                     Rend ses jours pour saluer son éternité,

                     Il aime et s’emplit d’une pure joie créatrice de son meilleur,

                     L’harmonie habille son corps,

                     Chacune de ses expressions témoigne sa sagesse retrouvée,

                     L’évidence éveille sa conscience,

                     Se surprend-il de traduire les nombreux signes de l’existence,

                     Touché par l’amour,

                     La vérité dit son nom en son coeur.



Notre joie première

                     Ah cette joie en nous,parfois oubliée,

                     Refoulée aux intérêts d’un égo toujours fourbe,

                     Quand rend-il cette folle mélancolie,

                     Nostalgie d’une éminente vérité,

                     Matrice de notre évidence qu’il nous faut retrouver,

                     Oui notre joie première d’être amour,d’être divin,

                     Offrons-nous au bonheur de la rencontrer de nouveau,

                     Toute insolence alors vaincue.



En l’extrême solitude

                     En l’extrême solitude l’abîme des doutes,

                     Plus de point d’ancrage de l’existence,

                     Le désert alors,

                     La peur maîtresse de l’être,

                     La folie rampante attend l’instant tragique,

                     Combien l’âme doit se révolter,

                     S’éveiller à sa vérité,

                     S’ouvrir à l’espérance,

                     Chercher et trouver nombre de certitudes,

                     S’offrir le sourire et dire oui à la vie,

                     Débrider ses sentiments,

                     Rendre son amour à son instinct premier,

                     Guide infaillible vers l’oasis de son bonheur.



L’art de plaire

                     L’art de plaire ne serait la comédie de notre égo,

                     Mais bien notre volonté d’afficher la vérité de notre être profond,

                     De notre amour sa sincérité,

                     L’art de plaire ou l’art d’aimer,

                     De partager une richesse toute de vérité composée,

                     L’art de plaire ne serait duper,attirer pour mieux détruire,

                     Pour imposer une souffrance toute à une jouissance d’un seul présent,

                     Quelle conscience alors devra souffrir d’un tel mensonge,

                     Non l’art de plaire est témoigner son bonheur,

                     Est offrir le sourire de l’espérance.



A ce symbole d’espérance

                     Elague le chemin de ton existence,

                     Puisses-tu alors lever ton regard vers les bleus célestes,

                     Rendre ton être intérieur sensible à ce symbole d’espérance alors dévoilé,

                     Emplir ton corps d’une vivifiante lumière,

                     Porteuse de l’étonnante énergie,

                     Toute en harmonie avec cette autre qui te compose,

                     Oui élève ton âme à la vie,

                     Oublie cette ombre pesante de tes doutes,

                     Franchis les barrages de tes regrets,

                     Ne vois-tu déjà l’horizon de ton éternel bonheur,

                     L’amour est ton précieux outil,

                     Ta volonté est si riche de dons et talents,

                     Elague le chemin de ton existence,

                     Et aime sans faillir mon ami.



Le coeur et ses plus belles pensées

                     Et le coeur alors dirige l’être vers ses plus belles pensées,

                     Pour son âme vers son apogée,

                     Pure plénitude d’une vérité qui la pénètre en douceur,

                     Sur un subtile rythme caressant ses vibrations pour son plus grand bonheur,

                     Le coeur brave artisan par l’amour inspiré,

                     Oeuvre en paix et sagesse en notre conscience,

                     Celle-ci abandonne l’autorité de la raison,

                     Seul réceptacle de l’affection,

                     Le coeur va tellement plus loin,

                     En toute confiance,en toute espérance,

                     Construit pour l’éternité une pyramide des sentiments,

                     En son point culminant,

                     La lumière accaparée en plaisir ultime offerte par sa majesté divine.



Nous étonner encore

                     Puissions-nous toujours nous étonner,

                     En l’habitude même,rencontrer encore notre surprise,

                     Apprendre de chaque jour,

                     En toute chose nous emplir sans cesse de ce permanent amour,

                     En tout être rendre notre pardon,

                     Saluer l’existence de toute notre gratitude,

                     Oui nous étonner sans cesse,

                     Saisir le prodigieux en toute part de la création.



Refuser de tuer

                     Refuser de tuer,ainsi déserter,

                     Là le plus grand courage,

                     Volonté de prévaluer et ne trahir la richesse de son âme,

                     L’évidence ancrée en elle,

                     La vie ne se joue au jeu des armes,

                     Elle la précieuse,le don offert lors d’une naissance,

                     Désir choisi de vivre,

                     D’exulter son amour en cette somme de jours,

                     Refuser de tuer ou obéir à sa vérité.



Le plaisir

                     Le plaisir dit le nom du bonheur,

                     Sans regrets et sans remords,

                     Mais plus sûrement sans excès,

                     S’ouvrir aux vérités du plaisir,

                     Ainsi honorer l’oeuvre de vie,

                     Se laisser guider par l’attrait des sens,

                     Mais aussi s’accorder l’effort de retenir le temps,

                     S’imposer l’instant de pause,

                     Poser sa patience sur le cours des choses,

                     Voir,entendre et se souvenir,

                     Accorder son sourire,

                     Se soumettre à sa passion,

                     Connaître alors les joies de la création,

                     Le plaisir maître en nos jours,

                     Guide infaillible vers le sublime de notre amour.

                    



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie