Croire,la bonne affaire

                      Croire,la bonne affaire,

                      Que beaucoup n’en ont que faire,

                      Que croire en ce qui ne se définit devant nos yeux,

                      En l’utopique d’un probable avenir,

                      Voire d’une possible éternité,

                      Pourtant en l’être profond,une intime conviction,

                      Comme une mémoire refoulée,

                      Une indicible vérité attend la naissance de notre espérance,

                      L’évidence d’un bonheur qui fut et veut retrouver sa gloire,

                      D’un amour qui voudrait tant exulter sa force,

                      Oui la force de l’amour,

                      Suffirait-il qu’elle fasse place sûre en notre conscience,

                      Pour définir enfin la noblesse de croire.



Richesse de l’esprit

                      Richesse de l’esprit fait le bonheur de son être,

                      Héritier de la connaissance,disciple de l’espérance,

                      Il avance sans peurs sur le chemin de son existence,

                      Offre l’amour par toute l’expression de son apparence,

                      Richesse spirituelle comme une évidence,

                      Dit sa science,en l’éternité toute sa confiance,

                      Ses certitudes ne sont de cet unique présent,

                      Mais de tant de temps.



Les esprits semblables

                     Les esprits semblables s’attirent,se rencontrent,

                     Parfois foin de leur ignorance,

                     Aiment-ils connaître la différence,

                     Et nourrir leur existence d’une autre expérience,

                     D’un autre savoir,d’une autre richesse ou d’une autre sagesse,

                     Faut-il entretenir cette volonté,ce désir de chercher,

                     De trouver,de rencontrer cet autre semblable,

                     Témoin d’une inédite amitié,autre univers,autre connaissance,

                     Ou grand bonheur soit-il,

                     Autre amour.



Qui décèle ta douleur

                     Qui décèle ta douleur,

                     L’exprime par son regard apaisant,

                     La dévoile par quelques mots de sa confidence,

                     Sans davantage d’intrusion tapageuse en ton intimité,

                     Sois sûr qu’il est animé de la véritable amitié,

                     De cet amour pur en son coeur qu’il ne serait trahir,

                     Guérison de tes doutes,atténuation de tes angoisses veut-il,

                     En toute humilité,en toute la grandeur de sa sincérité espère-t-il ton bonheur,

                     Pour ces jours et la vive éternité,

                     Combien est-il d’un amour qui vibre intensément en ta vérité.



La fortune du mensonge

                      Combien en notre beau monde n’ont le talent qu’exige leur fonction,

                      Le don en la pratique de leur art,

                      Ainsi pourtant savent-ils se vendre,

                      Offrir toute beauté à leur mensonge,

                      Le rendre ainsi irrésistible,

                      Précieuse fortune que le temps ne retiendra,

                      Quand le disciple vrai du savoir-faire,

                      Verra les ans construire pas à pas sa gloire,

                      Sa juste reconnaissance.



Poésie et prière

                     Poésie et prière,vous seriez d’un autre temps,

                     Vous ne seriez d’aucune modernité,

                     Vous les chantres du bonheur,

                     Artisans de l’amour,artistes de la passion,

                     Combien sont vos adeptes sans se l’avouer,

                     Car en vous,avec vous l’intense émotion,

                     Le rire intime d’un être heureux de vivre,

                     Tout guidé par l’espérance,

                     Accompagné en toute confiance par les précieux amis appelés poésie et prière.



Etre bien avec soi

                     Etre bien avec soi,apprécier son être,

                     Admettre son bilan,posséder la certitude de l’améliorer,

                     D’élever sa personnalité vers sa spirituelle apogée,

                     S’offrir alors en toute volonté aux félicités de son bonheur,

                     Retrouver l’essence de sa promesse originelle,

                     Quand voeu de rendre son amour première priorité fut accordé à son intime vérité,

                     En toute harmonie,en toute confiance,

                     En toute plénitude en cette éternelle réalité,

                     Mère des suprêmes destinées,elle témoin de notre divinité,

                     Unique souhait veut-elle,notre perpétuel bonheur,

                     Alors oui enfin,en cette vive joie retrouvée,

                     Etre bien avec soi.



La victoire sur soi

                      Grande fut alors sa joie,

                      Cette victoire était sienne,

                      Oui la victoire sur soi,ou le ravissement du coeur,

                      Quand accorde-t-il une profonde reconnaissance,

                      D’avoir vaincu les peurs,terrassé les doutes,

                      Envoyé à l’oubli tant de regrets,

                      Instants d’un passé,geôliers de l’être,aujourd’hui libéré,

                      Grande est toujours sa joie maintenant,

                      Sans doute aucun pour toujours,

                      L’éternité est son évidence,

                      Guidé vers le plus intense bonheur par l’espérance,

                      Héros de sa destinée est-il,

                      Oui la victoire sur soi.



Dire et faire

                     Combien d’incertitudes,de remises en cause,

                     De doutes,de lâcheté,

                     D’hypocrisie ou de simple renoncement entre dire et faire,

                     Les paroles ont le pouvoir de persuasion,d’indication

                     Mais sont si souvent dénuées de cette volonté,

                     Première qualité de faire,

                     Dire est léger,parfois utopique quand faire n’ignore la réalité,

                     Et n’exclut de se soumettre au temps,

                     Ainsi confiance,honneur et patience peuvent unirent dire et faire.



Quelle réalité rendre au hasard

                     Quelle réalité faut-il rendre au hasard,

                     Ne viendrait-il à notre rencontre du plus profond de nos souhaits,

                     Comme une puissance insoupçonnée de notre volonté,

                     Quand est-il malvenu ou indésiré,

                     Ne voudrait-il nous réveiller,

                     Nous rendre à l’évidence de notre espérance,

                     Ou  nous emplir d’une joie de vivre que l’être toujours retiendra,

                     Quand l’amour se présente tout à notre bonheur,

                     Tout au plaisir de notre âme qui offre en retour toute la richesse de son coeur,

                     Le hasard alors a fait son oeuvre,

                     A rempli sa mission d’étonner le disciple de la vie.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie