En ton coeur

                     En ton coeur,la sagesse,

                     Les racines de ton éternel,

                     La vérité de ta divinité,

                     Accorde à ton guide intime toute sincérité,

                     Présente-lui toute ton humilité,

                     Ainsi dialogue en ton coeur en toute confiance par tes prières,

                     Te surprendras-tu d’obtenir nombre de réponses à tes essentielles questions,

                     Elles de prime abord existentielles,

                     Oui en ton coeur,ton amour.



A cet instant

                       A cette seconde,

                       A cet instant en notre monde,

                       Deux êtres s’unissent tout en partage des attraits des sens,

                       Deux âmes fusionnent leurs désirs,

                       Echangent le plus précieux plaisir,

                       Pour la plus grande gloire de cette naissante jouissance,

                       A cet instant,deux êtres font l’amour,

                       Puisse une bienheureuse passion toujours tisser les plus solides liens entre ces deux existences,

                       Puissent les sentiments enfants de cet échange,

                       Créer le bonheur de deux destinées unies par la même vérité.



La sage prudence

                     La sagesse est prudente,

                     La vieillesse sait en témoigner,

                     Elle qui retient les jours,

                     L’instant pour prolonger le temps,

                     Elle ne provoque la patience,

                     S’en fait l’amie d’une existence qui déjà découvre l’horizon de ses certitudes,

                     Quelle majesté en l’âme faut-il être,

                     Pour en sa jeunesse connaître la même sage prudence.



En l’animal comme en son semblable

                     L’Homme dévoile des trésors d’amour pour l’animal,

                     Une affection pour lui parfois vitale,

                     Où quand la fidélité et la confiance s’échangent contre l’envie de vivre,

                     D’offrir un amour qui ne saurait être plus longtemps retenu en ce coeur,

                     Qui autrement ne s’exprime,enfoui dans la peur,

                     Peur de l’autre,ce semblable,cet étranger aux mêmes vertus,

                     A la même richesse spirituelle,à l’identique origine éternelle,

                     Qu’il ne reconnaît plus,l’a-t-il déjà reconnu,

                     Aimer oui,mais aussi échanger,

                     Retrouver l’amour en toutes formes de vie,

                     En l’animal comme en son semblable.



Le marcheur

                       C’est alors que l’évidence s’empare du marcheur,

                       Tout regard levé vers les cieux,

                       En toute harmonie avec cette Terre qui le porte,

                       La loi des binômes se nomme à sa vérité,

                       A  sa quête offre ses réponses,

                       Oui découvre-t-il l’union du couple éternel,

                       Terre nourricière,ciel protecteur,

                       Ou amour avec force et force de l’amour,

                       Esprit de certitudes et d’espérance,

                       Le marcheur entre en transe en sa conscience,

                       Il est vie,il est amour,il est tellement plus que cette somme de jours,

                       Se nourrit-il du mélange des couleurs en tous les bleus du père céleste,

                       En ce vert dominant mère nature,

                       Le marcheur ouvre tous ses sens à son plaisir de vivre,

                       Oui par ses pas l’existence lui est urgence,

                       Lui est un don dont il doit jouir.



Rien n’est oubli

                     Nous surmontons nos peines parce que ça en vaut la peine,

                     Rien n’a de fin,tout est renouvellement,

                     Passage,changement,rien n’est oubli,

                     Une grande mémoire embrasse l’immensité des existences,

                     Ne point défier le temps,

                     Ne point insulter la vie,

                     Ne point trahir notre amour,

                     Ne point renier notre vérité,

                     Rendons l’espérance,

                     De vives certitudes viendront à nous alors,

                     La mort elle-même s’inclinera.



L’être heureux ne cherche à le devenir

                     L’être heureux ne cherche à le devenir,

                     Ne se soucie de savoir s’il vit ce réel bonheur,

                     Simplement sourit-il à son existence,

                     Saisit les nombreux signes de l’espérance,

                     Se souvient-il né de l’amour,

                     Se sait conscient d’en posséder l’intime trésor,

                     L’éternité de cet amour,

                     A ce coeur de vérité rend-il grâce de lui offrir chacun de ces jours,

                     Ainsi même l’objet de la souffrance ne saurait ternir son plaisir de vivre.



Que sais-je d’eux

                       Cet être ou cet autre,que sais-je d’eux,

                       Sont-ils heureux,

                       Ils passent sans laisser de traces,

                       Inconnus en mon existence,

                       Quelle est la force de leur amour,je l’ignore,

                       Déjà l’oubli m’impose bien d’autres importances,

                       Parfois un regard quémande un sourire,

                       Confierait volontiers sa confidence,

                       Ou dit sans parole aucune toute sa formidable espérance,

                       Mais l’instant passe,le temps est sans pitié,

                       Je n’en saurai plus d’eux.



Les grands humanistes

                      La parole de ces grands humanistes,

                      Sont les mots des âmes pures,

                      Des âmes témoins de l’amour divin,

                      Qui accordent le pardon malgré l’enfer vécu,

                      Grands sont-ils,grands vraiment,

                      Pureté spirituelle au service de l’Oeuvre de Vie,

                      Comme leurs pensées visionnaires sont précieuses,

                      Voient-ils notre éternelle destinée,

                      Sont-ils les gardiens de notre originelle mémoire,

                      Rapporteurs de notre vérité,

                      Suivons leurs dires,leurs prophétiques messages.



Mais tu es là

                      Amour je te cherche mais tu es là,

                      Suis-je aveugle en ma mémoire,

                      Moi qui t’ai déjà rencontré,

                      Oui tu m’as offert ton sourire,le charme de ta présence,

                      L’évidence de ton être,

                      Ton talent ou ton don,les deux m’ont subjugué,

                      La surprise t’avait présenté,mon espérance t’avait tant appelé,

                      Aurais-tu entendu mon désir affectif,

                      En toute ma volonté spirituelle,

                      Guidé par une inédite étoile,je fus sur ton chemin,

                      Puisses-tu toujours me rappeler ta présence en mon coeur,

                      Ne sommes-nous unis au-delà de ces jours par l’éternité.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie