L’intense souvenir de l’histoire

                       L’histoire a cet intense souvenir,

                       Grande fut la joie de punir,

                       Jouissance indéniable d’infliger la souffrance,

                       Au service de l’arriviste,du cupide,

                       De l’insolent fou,du traître à son âme,

                       L’amour et sa vérité au coeur des êtres,

                       A rendu tant de larmes,

                       Que plus que jamais clame-t-il son espérance,

                       Que via ses certitudes nous dit-il l’éternité,

                       Ne plus se mentir,ne plus jouir et voir souffrir,

                       Offrons le progrès de notre amour à l’histoire.



La faute chez l’autre

                    Cette faute chez l’autre,

                    De combien d’habits sommes-nous capables de la recouvrir,

                    Quelle insolence nous rend le mensonge d’en être épargnés,

                    Quelle puissante conviction pour rendre le pardon qu’en dernier ressort,

                    Cette faute chez l’autre,rendue à nos primordiaux commentaires,

                    A nos innocentes conversations,quand la vérité n’est importance,

                    Puisqu’il faut bien parler,partager,

                    Echanger les mots entre esprits qui ne sauraient commettre la faute,

                    Qu’ils se méfient des circonstances de l’existence,

                    Quand la faute,malgré la conscience,surprend l’être en toute sa confiance,

                    La faute chez l’autre,

                    Est celle-là même que nous ne devons connaître.



La nécessité

                     La nécessité ne tergiverse,

                     Elle s’impose de toute son importance,

                     Point d’appel en la conscience,

                     Il faut agir de toute urgence,

                     Se fier alors à la seule prudence,

                     La nécessité ordonne son besoin,

                     Sa puissante envie de vivre,

                     De prolonger ce chemin au plus loin,

                     Puisse-t-elle n’oublier ces autres désirs en l’être profond réfugiés,

                     Ce souhait ou bien plus encore,

                     Cette volonté d’aimer,

                     De dire,d’avouer,de témoigner sa vérité,

                     Puisse la nécessité ne trahir l’éternité.



L’orage des doutes

                     Suffit-il d’un orage de doutes,

                     Violents instants d’inconscience,

                     Pour détruire,rendre à néant toute une moisson de vive espérance,

                     Fruit tant espéré de pures certitudes,

                     L’amour alors abandonné,

                     Reclus en son coeur devenu muet,

                     Impuissant face à tant d’ignorance,

                     Pleure-t-il son oubli,

                     Se nourrira-t-il de cette souffrance rencontrée,

                     Rendra-t-il force aux semeurs de sa vérité,

                     Pour cultiver de nouveau la terre de leur espoir,

                     Par tout le savoir-faire de leur intime divinité,

                     Oui cette évidence que nombreuses seront les moissons garantes de leur éternelle richesse.



L’âme en toute sa beauté

                     L’âme en toute sa beauté,

                     N’a nul besoin d’un quelconque subterfuge pour rendre évidence à son spirituelle charme,

                     Point de maquillage,sincérité est-elle,

                     Une intense humilité révèle sa vérité,

                     L’âme en toute sa beauté dit le bonheur d’aimer,

                     Impose l’évidente force de cet amour,

                     Alors guérison ultime de tous les doutes,

                     Rend les regrets à leur unique passé,

                     Jamais n’est-elle mensonge,

                     Elle sait son éternelle reconnaissance déjà de ce présent,

                     Grande est sa divine connaissance,

                     Ainsi sa beauté révèle son précieux savoir.



Un amour retrouve son royaume

                     Un amour retrouve son royaume,

                     Le cocon de sa spirituelle naissance,

                     Près du divin,près des maîtres de l’exigence,

                     Près des sages de l’évidence,

                     Gardiens du temple de l’éternité,

                     Ange chez les anges,

                     Un amour en toute sa vérité maintenant dévoilée,

                     Retrouve sa mémoire sans plus les saisons du temps,

                     Le perpétuel présent offre ses secrets,

                     Point de doutes,plus de regrets,hors de tout pleur,

                     Un amour en toute plénitude de son bonheur.



Négligence

                     Pouvons-nous en vouloir à négligence de s’immiscer en nos vies,

                     Ne savons-nous si bien l’accueillir,

                     Lui offrir tout l’espace de notre impatience,

                     Toute la folie de notre inconscience,

                     Comment s’étonner que négligence devienne d’une redoutable influence,

                     Rendons-nous à notre volonté,à notre courage,

                     Laissons le temps au temps,

                     Faisons en sorte que notre imagination oeuvre dans les meilleures conditions qui soient,

                     Puisse négligence retrouver l’oubli qui lui va si bien.



La vérité du guerrier

                     Viendra l’instant où le guerrier déposera les armes,

                     Car une autre force lui aura rendu toute son évidence,

                     En son coeur jusque-là enfouie,elle de son amour,

                     Tout aussi capable fut-elle de lui accorder la naissance,

                     Lui laissant le souvenir d’une vive espérance,

                     Comme un voeu éternel,tout le pari d’une existence,

                     S‘emplira-t-il de tant de certitudes,

                     Le guerrier ne pourra qu’aimer,

                     Plus d’autres importances,

                     Plus de combats,ou que celui de ne pas renoncer,

                     Mais de toujours s’élever vers sa vérité.



La vie est si importante

                     La vie est si importante,

                     Incontournable car issue de notre intime vérité,

                     Par elle l’évaluation de notre spirituelle connaissance,

                     Toute la reconnaissance de notre amour,

                     Est-il fou d’affirmer que la vie est le voeu exaucé,

                     Le désir ultime de notre personnalité de voir enfin l’apogée de sa sincérité,

                     Par toute l’évidence de son humilité,

                     Puisse-t-elle enfin témoigner son incroyable divinité,

                     Et ne trahir encore ce pouvoir d’aimer.



La force

                     Faire l’apologie de la force,

                     Fait d’elle la primordiale,la seule issue,

                     L’unique réponse aux si nombreuses questions,

                     Son adepte se trompe tant et tant,

                     La force et sa violence,

                     Son impertinence ou sa folle insolence,

                     La force trouve son salut quand elle s’associe pour le meilleur de l’existence,

                     Pour le plus grand bonheur de tous,

                     A l’amour,

                     Oui la force de l’amour qui terrasse les doutes,

                     Qui élève l’espérance,

                     Qui offre mille et mille certitudes,

                     Qui révèle cette intime vérité comme issue de l’éternité,

                     La force de l’amour ou toute l’expression de notre divinité.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie