Plus on sait

                     Plus on sait,

                     Plus grand devient ce besoin de connaissance,

                     D’approcher toujours plus de cet horizon de vérité,

                     Moins est-on avides d’insolence,

                     Car cette évidence grandissante propose l’humilité,la sincérité,

                     Alors guides vers cette félicité.

                     Oui notre fierté se fait intime,

                     Notre joie est en notre cœur,

                     Elle s’affiche par une inédite élégance,

                     Sourire spirituel de tout notre être.

                     Plus on sait,

                     Plus rend-on grâce à la vie de nous offrir tant de jours.



A chaque jour

                      A chaque jour la joie de l’existence,

                      En chaque saisir l’instant parfois futile,

                      Souvent rapide du petit bonheur,

                      Nouvelle pierre à l’édifice de notre temple d’amour,

                      En notre conscience cette capacité de rendre nos plus nobles sentiments,

                      Enrichir notre mémoire des images de partage,de don de soi,

                      Réalité en chaque jour nous est accordée d’être membre éminent de la création,

                      Héritiers de l’amour sommes-nous,

                      En chaque jour l’évidence de ne trahir notre vérité.



L’éphémère

                     En cette somme de jours,que d’éphémère,

                     Que d’initiatives ne verront leur aboutissement,

                     Que de pensées semées ne verront leur moisson,

                     Ephémère sans pitié nous révèle l’urgence,

                     L’essentielle importance,le primordial en notre conscience,

                     Que cette existence nous soit,en notre coeur,

                     En cette mémoire qui nous survivra,

                     L’exaltation de notre amour.

                     Oui,lui mis à l’épreuve en cette réalité,

                     Lui que l’éphémère peut oublier,

                     Combien n’ose-t-il affronter cette force de partager,

                     De pardonner,de soutenir,de ne trahir,

                     Juste d’aimer,

                     L’éphémère s’incline devant la force de notre amour.



L’amour blessé

                       Comme il faudrait,

                       Comme nous devrions ne blesser l’amour,

                       Notre passion du jour ne serait donc pour toujours,

                       Non,seul son oubli,sa trahison,

                       Notre insolence,notre imprudence nous mènent vers cet affront,

                       Ultime regret en notre mémoire,

                       Amour perdu doit se retrouver,

                       Aucune guérison de l’âme sans cette bienheureuse volonté,

                       Oui devons-nous renouer les fils qui nous unissent à la vérité,

                       L’amour connaît notre gloire,

                       Offrons-lui notre entière confiance,

                       Serons-nous surpris de rencontrer son pardon,

                       Renaîtra-t-il en notre conscience,

                       Guidera-t-il notre envie,notre plaisir de vivre.



Les nouvelles

                     Quelle vérité derrière ces nouvelles qui ne s’annoncent,

                     Quelle peur les retient prisonnières,

                     Quelle insolence se joue de leur absence,

                     Ou quel mépris leur rend bien trop d’importance,

                     Pas de nouvelles,bonnes nouvelles dit le proverbe,

                     Mais n’attendent-elles notre volonté de les quérir,

                     De leur offrir notre amour,notre pardon,

                     Notre ambition de ne plus les rendre à l’oubli.



Ce que l’on juge

                     Ce que l’on juge requiert le meilleur de notre être,

                     La plus noble de nos certitudes,

                     Les mots de notre vérité,notre entière sincérité,

                     Nous n’avons le droit de nous tromper,

                     Car combien pourrions-nous devenir coupables,

                     Porteur d’un vil jugement annonce les tourments de la conscience,

                     L’amour,grand juge en notre coeur,

                     Emplit alors l’existence de doutes pesants,

                     Tortionnaires du plaisir de vivre,

                     D’un bonheur,à pas lents,s’évanouissant,

                     La vérité ainsi réclame son dû,

                     Oui,ce que l’on juge doit avoir le sceau de l’amour.



Ce que tu donnes

                     Ce que tu donnes rend compte de ta véritable richesse,

                     Ce don de partage nourrit tes certitudes,

                     Dit la force de ton espérance,

                     L’évidence et la spirituelle valeur de ton amour.

                     Ce que tu donnes par toute la conviction de ta noblesse intérieure,

                     Rend vie à ce bonheur que les mémoires n’oublieront,

                     L’éternel présent dira sa reconnaissance,

                     Pour tant d’humilité et sincérité,

                     Vive et précieuse sera ta sérénité.



Un jour tu verras

                     Un jour tu verras,

                     Par toute l’évidence de ton amour,

                     Tu ne connaîtras aucun mal,

                     Aucune souffrance ne perturbera ta conscience,

                     Même les souvenirs ne peupleront ton éternel présent,

                     Combien n’auras-tu besoin de mémoire,

                     Oui,tu suivras l’instinct de ton amour en toute confiance,

                     Tout sera révélation,la vérité s’affichera par toute sa divinité,

                     Dès cet instant,sois prêt,digne en cette bienheureuse perspective,

                     A tous cette merveilleuse destinée,

                     Ne l’ignorer,ne la retarder par une folle imprudence,

                     Un jour tu verras,l’exact amour tu vivras.



Croire en ses rêves

                     Croire en ses rêves ou rencontrer sa destinée,

                     A nos passions tant désirées,

                     La volonté intime de notre personnalité,

                     Nos rêves ne sont nés de l’innocence,

                     Voeux cachés de notre conscience,

                     En cette réalité onirique tentent-ils de nous rendre évidence de leur existence,

                     Ainsi notre amour avance-t-il à pas feutrés,

                     Sans bousculer nos puissantes habitudes,

                     En nos rêves exorcise-t-il nos peurs,nos angoisses,

                     Propose-t-il sa divine vérité,

                     En nos rêves,entendons,retenons ses précieux messages.



Cet autre sens

                    En notre âme,cet autre sens,

                    Voit-il,touche-t-il,entend-il,

                    Sent-il,goûte-t-il le subtil de notre existence,

                    Cet essentiel point toujours primordial,point toujours évidence,

                    Notre amour est cet autre sens,

                    Quelle étonnante émotion offre-t-il à notre être,

                    Dès qu’il rencontre le plaisir de notre intime désir,

                    Pause-il ainsi le temps,dévoile un instant de l’éternel présent,

                    Notre être alors en toute allégresse,

                    Retient cette plénitude vécue tel un don divin,

                    Révélation de la plus grande importance,

                    Qui emplit ses jours du véritable amour,

                    Est sûr de connaître pure félicité en sa destinée.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie