Le moment où les pensées se taisent

                     Vient le moment où les pensées se taisent,

                     Où la plénitude s’impose de toute sa majesté,

                     Où la sérénité dit sa divinité,

                     Où l’évidence ne cherche plus ses mots,

                     Où le présent retient l’instant,

                     Pure allégresse envahit alors les sens,

                     Les regrets se rendent au silence,

                     Les doutes voilés et la peur recluse en un salutaire oubli,

                     L’éternité ose l’immersion en ces jours,

                     Serait-ce œuvre de l’amour,

                     Précieux moment où les pensées se taisent.



Jeunesse et sagesse

                     La jeunesse ne saurait ignorer la sagesse,

                     Du moins se préparer à l’accueillir,

                     Se surprendra-t-elle un jour de faire fi de la vieillesse,

                     Car la sagesse a cet incroyable pouvoir d’offrir l’éternelle jeunesse,

                     De dire les mots de l’amour,

                     Oui lui qui ne reconnaît le temps,

                     Enfant du perpétuel présent,

                     La sagesse a cette possibilité de ne compter les jours,

                     Pour tous clame-t-elle sa vérité,

                     N’attend-elle l’éventuelle expérience d’une tardive vieillesse,

                     Non la jeunesse peut sans crainte se présenter à la sagesse.



L’amour n’est folie

                     L’amour n’est folie,

                     Qui en fait guide suprême de son être,

                     Suit la voie du bonheur,

                     Sait déjà les secrets de son cœur,

                     A son disciple,l’amour révèle les mystères éternels,

                     N’est-il que sincérité et humilité en ses actes et paroles,

                     Vit-il en toute sérénité,

                     Point de peurs en ses jours,

                     La mort même n’est-elle que transition,

                     Point davantage de regrets,

                     L’amour alors si évidence,rend son pardon,

                     La clef du temps à son porteur de vérité,

                     Non l’amour n’est folie,

                     Mais pure expression de notre divinité.



Les secrets de l’âme

                     L’âme a ses secrets qu’il nous convient de découvrir,

                     Une étonnante et intime conviction nous dirait même,les redécouvrir,

                     L’âme connaît l’ambition de notre être,

                     Ce désir inavoué de lui rendre toute reconnaissance,

                     De pouvoir enfin dire la force et la noblesse de notre amour,

                     L’âme sait ces jours offerts par l’existence une chance,

                     Qu’il serait fou de gâcher,

                     De n’évaluer la première importance,

                     Elle qui se souvient,oui qui sait les promesses d’une autre naissance,

                     D‘où elle vient et où doit-elle aller,

                     Par quel fol égo faut-il être habité,

                     Pour n’avoir volonté d’entendre les secrets de l’âme.



Diffamer ou témoigner sa propre faiblesse

                     Diffamer et renier sa vérité,

                     Tout ce mal rendu à son semblable,

                     Reviendra sans faillir à l’évidence de notre conscience,

                     Diffamer ou semer les graines des regrets,

                     S’emplir de vils doutes alors,

                     Quelle espérance pourrait guider une destinée toute vouée à diffamer,

                     Entendons le cri de notre amour,

                     Il sait notre bonheur,notre valeur,

                     Combien ne se reconnaît-il plus sous cet affreux masque de la calomnie,

                     Le pardon nous tend encore la main,

                     Saisissons-la,il n’est jamais trop tard,

                     L’éternité ne compte le temps,

                     Diffamer ou témoigner sa propre faiblesse.



Le chemin du sage

                     Ainsi le sage élague son chemin,

                     Suis sa voie,toute plénitude surprendra ton bonheur,

                     L’éveillera dirais-je,

                     Son plaisir de vivre sera tout aussi tien,

                     Offre au sage ta volonté,ton entière sincérité,

                     Ton humble désir d’aimer la vie,simplement d’aimer,

                     Oui le sage te rendra les secrets de l’amour,

                     Voudra-t-il que tu prennes sa suite car long est le chemin,

                     Son souvenir t’accompagnera,sa mémoire sera ton courage,

                     Ses paroles t’habiteront au-delà de tes jours,

                     Serez-vous sûrs alors de partager votre sagesse sous les cieux éternels de la vérité,

                     Serez-vous au bout du chemin.



Une bonne parole

                     Une bonne parole peut renverser une montagne,

                     Affronter et rendre à l’oubli la peur,

                     Par la vérité de ses mots,

                     Eveiller le plus intime d’un être vers l’évidence de sa divinité,

                     Ouvrir un cœur vers la plénitude de son amour,

                     Une bonne parole rend le sourire sur ce visage prisonnier de la souffrance,

                     Dévoile les secrets de l’indulgence,

                     Prouve l’importance de l’amitié la plus pure,

                     La bonne parole subjugue nombre de ses entendeurs,

                     Retient l’instant de ce présent,

                     Car elle ne saurait être conjuguée à un autre temps.



Regretter le passé ou ne plus avancer

                     Regretter le passé ou ne plus avancer,

                     Faire des regrets ses maîtres,

                     Dictateurs de son présent,

                     Incapable alors de considérer les premiers jours de son avenir,

                     Dieu que l’espérance ne saurait naître en cet être soumis à son temps révolu,

                     Combien doit-il considérer l’éternité de son amour,

                     Ne plus regretter le passé,

                     Et rendre à son existence l’importance de son bonheur.



Nos émotions

                     Nos émotions ont tant à nous dire,

                     A nous dévoiler,

                     Elles près de notre vérité,enfants de notre amour,

                     Tant de réponses possèdent-elles aux si nombreuses questions de notre égo,

                     Tolérance,effervescence et indulgence sont-elles,

                     Voudraient-elles nous mettre en garde quand elles accompagnent nos peurs,

                     Laissons-nous guider par nos émotions,

                     Combien sauront-elles n’être envahissantes,

                     Mais en notre coeur si sécurisantes.



Cette naissance qui nous rend l’existence

                       Ah cette naissance qui nous rend l’existence,

                       Qui nous propose nombre de jours pour évaluer nos certitudes,

                       Quelle espérance devons-nous conserver pour n’oublier cette évidence,

                       Notre naissance issue de l’amour,en éveille un autre,

                       Cet autre est nôtre,

                       Comme un devoir de se rencontrer,

                       De prendre connaissance de notre véritable personnalité,

                       Enfin approcher cette vérité,

                       Serait-ce voeu en notre éternité,

                       Cet intime désir,qui n’ose dévoiler sa divine beauté,

                       Aimer enfin,aimer encore,

                       L’amour est notre essentielle révélation,

                       Serait-ce le message premier de notre naissance.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie