L’Homme possède tout

                     L’Homme possède tout,

                     Que veut-il de plus,

                     N’est-il héritier de la création,

                     Lui le penseur,l’artiste doué de mille dons,

                     Porteur de l’espérance,

                     Suffirait-il qu’il s’ouvre aux vérités de son cœur,

                     Qu’il proclame son bonheur,

                     Qu’il rende à son existence sa vocation première,

                     De consacrer l’ensemble de ses évidences,

                     Ces certitudes qui disent,qui affirment son éternité,

                     L’Homme possède le trésor premier,

                     L’inestimable bien car divin,

                     L’amour.



Le savoir commun

                      Il est un savoir que chacun possède,  

                      Combien le rapportent,le traduisent,

                      Le partagent,l’expliquent,le transmettent,

                      Cette connaissance ou notre intime science,

                      Ce spirituel acquis que l’expérience rend évidence,

                      Faudrait-il plusieurs vies pour en être le divin savant,

                      A tous ce savoir,comprendre ce fait et se rendre à son bonheur,

                      Oui en notre cœur,

                      L’amour.



Le zèle du sage

                     Le zèle du sage est prudence,

                     Point de timidité en sa retenue,

                     La folle initiative du fanatique lui est erreur de l’instant,

                     Grand honneur rend-il aux saisons de l’existence,

                     Grande est sa sensibilité à l’expression diverse et variée de l’amour,

                     Ainsi son courage,ainsi sa spirituelle volonté,

                     Ainsi sa noble initiative,

                     Le zèle du sage est confiance en toute patience exprimée,

                     Nombre de doutes passe-t-il au filtre de son espérance,

                     Le sage ne connaît les regrets.



L’être de pouvoir

                     Ainsi le plus puissant des êtres,

                     Lui avide de gloire et de puissance,

                     Ne serait le plus heureux des Hommes,

                     Quelle douleur de son âme voile-t-il par cette recherche perpétuelle de reconnaissance,

                     Parfois pourtant,en de rares exceptions,

                     Sa force spirituelle fait de lui le guide infaillible,

                     L’élu d’une génération,

                     Le providentiel d’un instant humain,

                     Celui qui doit changer le cours de l’histoire et terrasser le diabolique,

                     Cet autre qui renie son intime souffrance,

                     Qui la masque par une folle domination sur ses semblables,

                     L’être de pouvoir a beaucoup à justifier auprès de son éternité.



L’instant où l’amour nous saisit

                     Vient le précieux instant où l’amour nous saisit,

                     Nous envahit d’une folle timidité,

                     D’une inédite maladresse,

                     Pourtant la joie est énorme,si présente en notre être,

                     La magnificience de Sir bonheur en personne se présente à notre évidence,

                     L’amour offre ses certitudes au centuple de notre espérance,

                     Notre mémoire sait alors ce présent jamais rendu à l’oubli,

                     Dieu faut-il être digne,

                     L’amour nous fait élu de la passion,

                     Puissions-nous jamais le trahir.



Espérance

                     Espérance,

                     Toi le précieux conseil,

                     Toi la connaissance d’une mystérieuse science,

                     En notre coeur toute sa révélation,son évidence,

                     Toi qui tend ta main pour nous sortir de l’antre de nos doutes,

                     Qui entend la confidence de nos souffrances,

                     Toi qui indique la beauté céleste,

                     L’horizon des certitudes,

                     Serais-tu devin par le droit divin,

                     Compagne en chacun,

                     Guide vers la félicité promise par notre éternité,

                     Espérance,en toi la beauté de notre amour.



En nombre de mots

                     En nombre de mots,une force,une puissance incroyable,

                     Quand ils précèdent ou accompagnent la violence,

                     Affirment ce que la conscience ne cautionne,

                     Mais que l’égo rend incontournables,

                     Ainsi pénètrent-ils pour toujours la mémoire de toute âme témoin de cette folle insolence,

                     Puissent-ils rencontrer leur grandeur,

                     Tout leur honneur en la noble expression,

                     La divine traduction de l’amour,

                     Quand pouvoir ont-ils alors de guérir,

                     D’offrir l’étonnante émotion,

                     De lever le voile de l’ignorance,

                     De rendre toute sa majesté à l’évidence,

                     Quand les mots guident alors vers l’horizon de l’éternité,

                     Via les chemins de la vérité.



Quand l’ami se tait

                     Quand l’ami se tait,rend silence,

                     Quelle est la cause qui ose rompre ces liens fraternels,

                     Imposer ce poids en nos consciences,

                     Serait-ce sa souffrance,

                     Dois-je proposer ma confidence,

                     Un seul mot de lui,oui,

                     L’amitié est cet autre amour,

                     La vérité doit-elle connaître.

 



Devoir

                     Devoir ne transige,devoir impose,

                     Devoir dicte sa loi,

                     Mais devoir sait une autre mémoire,

                     Se souvient de l’originel vœu,

                     Volonté d’aimer que devoir rappelle en ce cœur parfois en pleurs,

                     Devoir accepte sa mise au silence,

                     Mais sa présence seule hante la conscience,

                     Devoir n’est ennemi de la liberté,

                     Mais sait aussi le bonheur porté par nombre d’exigences,

                     Devoir est guide sur le chemin de l’amour.



L’intolérance

                    Qui vit sous la tutelle de l’intolérance doit-il s’offusquer de ne connaître son bonheur,

                    Cette constante méfiance est sa geôlière,

                    Car prisonnier est-il de sa peur,peur de l’autre,

                    En son semblable aucune richesse ne décèle-t-il,

                    L’intolérance bride toute initiative de son intime être,

                    Voile le regard de son amour,

                    Combien refuse-t-il d’obéir à la volonté de son espérance,

                    Elle,guide suprême de son éternité,

                    L’intolérance retient son existence sur le chemin d’une possible,

                    D’une évidente destinée.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie