A tous le pouvoir d’aimer

                     Le plus invraisemblable n’est-il que tous nous pouvons être heureux,

                     A tous le bonheur car à tous le pouvoir d’aimer,

                     Tous nous sommes héritiers de l’éternité,

                     Car nous sommes vie,

                     Par notre conscience,par nos pensées,nos créations,

                     Nos certitudes,notre infinie espérance,

                     Cette force intime que parfois nous renions,

                     Qui pourtant sans cesse nous guide,

                     Cet espoir comme porteur de notre mémoire,

                     Ou serait-ce un mystérieux pouvoir,

                     Capacité innée d’aimer oui,

                     En vérité nous sommes d’amour composés,

                     Quand ce fait est acquis en notre être,

                     Plus de peur,plus de doute,

                     Nous sommes heureux.



De l’imagination

                     De l’imagination,l’intime vérité,

                     Ou cette passion accordée au talent des sens,

                     Toute dévouée aux velléités de la volonté d’aimer faire,

                     Créer son art,oui artiste de son amour,

                     L’imagination a ce message,

                     Se souvient des premiers désirs,

                     Des souhaits les plus purs de l’être,

                     Quand ce corps ignorait ces jours,

                     L’imagination affirme témoigner un éternel héritage.



La connaissance

                     Ah la précieuse connaissance,

                     Puissions-nous rendre tant de jours pour s’emplir de sa vérité,

                     Serait-elle capable de nous guider sur les chemins de plénitude,

                     Nous dire les secrets de l’amour,

                     Comme sa science est divine,

                     Elle qui possède la mémoire de notre origine,

                     Puissions-nous toujours avoir ce désir de découvrir,

                     D’entendre ses dires,en notre cœur les retenir,

                     La connaissance,bien au-delà de l’évidence,

                     Peut tant éblouir notre conscience,

                     La connaissance,compagne éternelle de l’espérance.



Mon seul conseil

                     Je n’ai de conseil à te donner si ce n’est d’aimer,

                     De pardonner et d’entendre la confidence,

                     De nouer l’amitié en toute sincérité et humilité,

                     De ne trahir cette confiance accordée,

                     Oui l’ami est aussi amour,

                     Doit-il connaître ton indulgence,ta confiance,

                     Pourrais-je te dire de n’oublier la découverte de tes dons et talents,

                     Accorde leur ta passion,ta joie de vivre,

                     Non je n’ai  l’insolence d’être maître en conseil,

                     Puisses-tu ne retenir tes doutes,

                     Ne garder tes regrets en mémoire,

                     Qu’ils ne soient les geôliers te tes plaisirs ou de tes envies,

                     Je veux simplement te dire que ton amour est ton infaillible guide.



En vive liberté d’aimer

                     Puisse l’habit de notre corps n’être un uniforme,

                     En tout point conforme à la règle commune,

                     Car à chacun l’héritage de son amour,

                     Dons spécifiques qui doivent tant exulter,

                     A chacun l’envie d’en découdre avec ses doutes,

                     Ainsi les rendre inexpressifs,

                     A chaque la volonté de rencontrer les précieuses certitudes,

                     Les vertueuses amies,

                     Guides infaillibles vers l’horizon de vérité,

                     A chacun le choix du chemin vers les terres de plénitude,

                     Oui,puisse notre cœur s’exprimer sans peine,

                     En vive liberté d’aimer.



Où notre passion s’accorde

                     Où notre passion s’accorde,

                     Notre amour s’éveille,

                     L’envie en appelle au plaisir,

                     L’existence rend son évidence,

                     Les talents répondent à l’appel des sens,

                     Plus d’exigence mais ravissement de l’être,

                     Tout en harmonie retrouvée en ces jours offerts par sa destinée,

                     Seraient-ils voeu de son éternité,

                     La passion semble l’affirmer par cet amour qu’elle manifeste,

                     Qu’elle témoigne,

                     Qu’elle élève en vive priorité de notre existence.



Point de comparaison entre les êtres

                     Point de comparaison entre les êtres,

                     Car en chaque une destinée liée à un unique passé,

                     Serait-ce nombre de prérogatives imposées par l’éternité,

                     Notre intime conscience semble l’affirmer,

                     Notre amour doit s’élever,

                     Se rendre à sa divine évidence,

                     Mais à chacun ses propres certitudes,

                     Sa propre croyance en l’incroyable espérance.



Fragiles certitudes

                     Quand le vrai peut se faire faux,

                     Ou quand le faux peut se faire vrai,

                     Nos certitudes sont fragiles,

                     Combien doivent-elles s’évaluer à cette présente réalité,

                     Notre existence propose son évidence,

                     Saurons-nous la rendre à notre conscience,

                     Le vrai et le faux alors complices,

                     Liés en pure amitié,

                     Guidés par l’espérance.



Faut-il avouer son amour

                      Faut-il avouer sa souffrance,

                      Cette vérité intime de son être,

                      Faut-il témoigner son espérance,

                      Dire les mots de ses certitudes,

                      Exulter plutôt cet amour,

                      Cœur de l’être,

                      Le libérer d’une inutile timidité,

                      Qu’il pardonne,

                      Qu’il entende sans trahison la confidence,

                      Qu’il noue  les précieux liens des sentiments forts,

                      Que jamais la mémoire n’oubliera,

                      Qu’il fasse de ces jours la somme de sa richesse,

                      Qu’il affirme sa divinité,

                      Par toute l’évidence de son éternité,  

                      Alors oui avouer la beauté de son amour.



Notre fluide

                     Serions-nous cet émetteur d’ondes,

                     Quel précieux fluide doit proposer notre être,

                     Quand ses émotions si sincères,

                     Si humbles témoignent les plus purs sentiments,

                     Grand bonheur alors à ce magnétisme qui les reçoit,

                     Qui les rencontre en vive joie,

                     Quel incroyable invisible prolonge notre évidence,

                     Notre vérité bien au-delà des sens,

                     Les énergies  se mélangent,

                     Fusionnent nos envies,nos plaisirs,

                     Le corps ne serait-il que transitoire,

                     Lui survit un tel état vibratoire.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie