Le plus sage

                      Le plus sage se tait mais n’en pense pas moins,

                      En sa vérité sa liberté,

                      Qu’importe les liens sur ses poignets,

                      Le plus sage en son âme vit en toute sincérité,

                      Toujours grande sera la force de son amour,

                      Quand sa patience vaincra,sans doute aucun,la folie ambiante,

                      Disparaîtrait-il,que ses mots,ses paroles,

                      Témoigneraient encore la grandeur de sa richesse spirituelle,

                      La noblesse de son coeur,

                      Jamais le plus sage n’oublie son éternité.



Les fruits de la vie

                     Soyons les cueilleurs,

                     Les récoltants de ces fruits offerts par la vie,

                     Ces vives joies qui se proposent à notre volonté,

                     Près desquelles notre égo passe sans autre intérêt,

                     En toute son ignorance,

                     Nous faut-il pourtant les saisir,

                     Les laisser mûrir en notre être intime,

                     Savourer leur délice,

                     Oui sont-elles fruits de la vie,

                     Ces vives joies qui en toutes saisons de notre temps,

                     Se proposent au bonheur de notre plus précieux sens,

                     Lui l’amour.



L’ennui et la connaissance

                     L’ennui n’aime la connaissance,

                     Elle infinie qui ne cesse de nous émerveiller,

                     De nous offrir sa science,d’éveiller nos sens,

                     D’interpeller notre conscience,

                     Une vie,ah quelle évidence,ne suffirait pour s’emplir de toute sa sagesse,

                     Car la connaissance,elle aussi près du cœur,

                     Sait l’intimité de notre amour,

                     La connaissance peut nous ramener vers la réalité de notre bonheur,

                     L’ennui alors déjà si loin,rend son oubli,

                     Vraiment n’aime-t-il la connaissance.



Notre fortune

                     La fortune change ou peut changer,

                     Mais il ne faut douter et encore s’émerveiller,

                     Garder vivace sa curiosité,

                     Enrichir sans fin sa connaissance,

                     Elle est science qui pénètre notre conscience,

                     Nous rend-elle le plaisir de vivre,

                     L’envie d’aimer,grande bienfaisance alors,

                     La fortune toujours revient-elle,

                     En cette âme qui sait toujours la retrouver,

                     Qui la sait proche de son cœur,

                     Car son éternelle fortune est son bonheur,

                     Est la volonté de son amour,sa force,sa précieuse énergie,

                     Qui se sait riche d’un perpétuel pouvoir d’aimer.



L’impossible

                     L’impossible vient à nous,

                     Quand les barrières du doute,

                     De l’ignorance se présentent sur le chemin de notre espérance,

                     L’impossible se propose à notre volonté,

                     A notre désir de découvrir le royaume de l’évidence,

                     Sous ses cieux les terres des certitudes,

                     Les temples de l’amour partagé,

                     Les jardins de la compassion et des sentiments premiers,

                     L’impossible voit déjà cet horizon du bonheur se dessiner,

                     Sa mémoire est infaillible,

                     Il sait le temps se plier aux désirs de l’éternité,

                     Accordons-lui toute confiance,

                     Puisse-t-il être guide de notre destinée.



Ma chère destinée

                     Belle enfant de mon présent,

                     Oui toi ma destinée,

                     Je te veux fruit de mon amour,

                     Par la grâce de mes certitudes,

                     Par la volonté de mon espérance,

                     Grande seras-tu,

                     Sereine vivras-tu,

                     Forte et sans doutes  avanceras-tu vers mon dernier jour,

                     Témoigneras-tu mon éternelle jeunesse du haut de ma vieillesse,

                     Ma chère destinée,

                     Avoueras-tu de mon cœur toute sa vérité.



La raison

                     La raison a ses certitudes,

                     Mais que fait-elle des peines,

                     Des regrets qu’elle feinte d’ignorer,

                     Que dire des doutes dont son insolence n’avoue l’existence,

                     La raison juge,la raison argumente,

                     Mais quelle est l’exacte somme de sa connaissance,

                     Combien pourrait-elle pourtant joindre sa logique,

                     L’héritage de son intelligence,

                     A la vive conscience de son amour,

                     Pour la plus grande joie de son être,

                     En son cœur le véritable bonheur.



L’éveil

                     Puisse chacun connaître l’éveil,

                     Puissent tous rencontrer l’évidence,

                     Trouver la voie de l’espérance et proclamer la gloire de leur amour,

                     Chacun a le don d’aimer,

                     Puissent tous devenir les artistes de l’existence,

                     Parlons-nous d’une vie bien au-delà de la mort,

                     Mais ces jours ne sauraient connaître notre spirituel sommeil,

                     Non s’agit-il bel et bien de vivre l’éveil,

                     De rendre bonheur et ultime valeur à notre cœur.



La place de l’Homme

                     La place de l’Homme dans la vie ou son intime défi,

                     Retrouver sa promesse originelle,

                     Rendre bilan sincère à sa mémoire,

                     A personne n’en vouloir,

                     Mais  accepter ce pardon et trouver enfin la voie du bonheur,

                     Agir,parler en toute humilité,

                     Alors vivre en toute sérénité,

                     En toute joie de rencontrer la connaissance,

                     Maintenant évidence en conscience,

                     De se savoir héritier de l’amour,

                     Enfant de l’éternité,

                     Ainsi la place de l’Homme dans la vie.



Plus on sait

                     Plus on sait,plus grand devient le désir de connaissance,

                     Le besoin de certitudes,

                     Plus grande est la volonté d’entendre l’espérance,

                     Plus grande est l’envie de vivre,

                     Plus fort est le pouvoir d’aimer,

                     Plus on sait,plus l’évidence se fait entendre en cette conscience,

                     La vie est un passage transitoire,

                     Le perpétuel propose cet intermède,

                     Cet espace de jours pour un zeste de savoir éternel.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie