Saluons cette nouvelle année

                     Saluons cette nouvelle année,

                     Offre-t-elle son espérance,

                     Nombre de jours pour nourrir notre existence,

                     Soyons dignes de son excellence,

                     Elle est vie,elle est amour,

                     Telle sa sœur s’en allant,

                     Elle sera à son tour reine en notre mémoire,

                     Elle ne terrassera la souffrance,elle n’en a le pouvoir,

                     Mais elle sait la vérité,

                     Elle se sait née du temps et sa mystérieuse volonté,

                     Tout au service d’un nouveau cycle des saisons,

                     Voyons son flambeau,elle annonce la lumière,

                     Du perpétuel renouveau,toute sa gloire.



Le silence rendu à l’injure

                      Le silence rendu à l’injure sera toujours la meilleure réponse,

                      Dieu que nous en doutons,

                      Grande est la tentation de saisir les mots violents,

                      Pour les brandir en ultime menace,

                      Tels sont-ils pour former une autre injure,

                      Ainsi ne créons-nous que nombre de regrets en l’œuvre de notre mémoire,

                      Faisons peser le poids de l’injure sur les seules épaules de son auteur,

                      Par notre silence témoignons tout l’acquis de notre sagesse,

                      Par notre regard toutes les certitudes de notre être intime,

                      Si nous devons prononcer les mots,

                      Qu’ils soient ceux de l’universelle vérité,

                      Posture naïve dira le fou sûr de sa force,

                      Pourtant l’injure s’évanouit d’elle-même face au silence,

                      Comme retenue par le temps,

                      Revient-elle vers sa source emplie de tant de doutes,

                      Que l’auteur de l’injure en retient la vive leçon.



Vouloir et tant recevoir

                     Etre heureux ou le vouloir,

                     Offrir le bonheur à nos jours,

                     Toutes certitudes à notre amour,

                     Saisir ce temps offert,

                     Il n’est ennui mais terreau des plantes de notre évidence,

                     A chacun la passion,la possible création,

                     A chacun l’opportunité de l’essentielle richesse,

                     De vivre d’allégresse,

                     A chacun cette divine volonté,

                     Vouloir alors et tant recevoir.



L’appétit d’aimer

                     L’appétit d’aimer vient en aimant,

                     Combien l’éveil du cœur nourrit de l’être son bonheur,

                     La croissance spirituelle de l’âme ne peut cesser,

                     Aimer encore,telle est sa divine destinée,

                     Connaît-elle les doutes,

                     L’insouciance créatrice de ses regrets,

                     Tôt ou tard vient à elle son intime vérité,

                     Nombreuses sont les victuailles de la connaissance,

                     Mais le temps impose sa patience,

                     L’appétit d’aimer ne saurait trop vite être rassasié,

                     Le plaisir est son premier désir,

                     En toute constance,sans folle inconscience.



Que vois-je

                     Je te regarde,

                     Mais que vois-je,

                     Que seule ton apparence,

                     Ton regard voudrait en dire un peu plus mais vite se détourne-t-il,

                     Dis-moi tes doutes,je devinerai tes certitudes,

                     La force de ton espérance,

                     Toute l’évidence en ta conscience,

                     Les plaies de ton intime souffrance peuvent se proposer à l’amie confiance,

                     Tel peut être mon message,

                     Une part de vérité en notre confidence,

                     Vois ton amour mon ami,

                     Il t’attend patiemment en ton cœur,

                     Combien peut-il devenir ton précieux guide en cette existence,

                     Te reverrai-je sous un autre œil mon frère.



La tendresse

                     La tendresse s’offre tel un élan du cœur que la conscience ne peut retenir,

                     La tendresse est libre,

                     Témoigne l’amour de l’être en toute sincérité,

                     Son instantané,sa soudaineté disent sa vérité,

                     Ailleurs si souvent retenue par le fol égo et les peurs de son apparence,

                     La tendresse n’en a que faire,

                     Elle aime et n’en subit aucune honte,

                     Elle le démontre,

                     Dit la grandeur,la divinité du pouvoir d’aimer,

                     La tendresse libère les émotions,

                     Les rend aux gestes,aux mots,à tous les sens,

                     A cet autre si digne de les recevoir.



Toute la connaissance de notre amour

                 Toute la connaissance de notre amour nous rend l’identité de notre personnalité,

                 Dévoile de notre intimité toute sa vérité,

                 De notre cœur ses réelles possibilités de pardonner,

                 De s’émouvoir d’un infini savoir,

                 Oui saisir en cette existence la moindre certitude de sa science,

                 Par la connaissance de notre amour,

                 L’indispensable confiance guide vers l’horizon de plénitude,

                 Sur les plages de l’océan de sagesse s’allonger de toute son âme,

                 Et s’offrir le temps non compté de l’allégresse,

                 Connaître son amour et avancer sans peur,

                 Sans doute vers son éternel bonheur.



Le rêve ne serait illusion

                     Le rêve ne serait illusion,

                     Il saurait les certitudes cachées de notre vécu,

                     Traduirait la science de notre conscience,

                     Souffrirait des incertitudes de notre cœur,

                     Ainsi tient-il à le rendre éveillé à son intime vérité,

                     Voudrait-il lui rappeler ses divines promesses,

                     Rendre superbe la réalité de son amour,

                     Le rêve n’est le rebelle de nos jours,

                     Mais l’étonnant guide vers notre incroyable destinée.



Les solutions de l’existence

                     Naissons-nous en ce royaume des quatre saisons avec nombre de problèmes,

                     Mais cette vie nous réserve tant de surprises,

                     Sont-elles au prime abord de subtiles solutions,

                     Les réponses à nos intimes questions,

                     A nous la volonté de les résoudre,

                     En cette existence un guide nommé espérance sait toujours entendre l’appel de notre souffrance,

                     Lui confier la somme de nos doutes,

                     Saura-t-il la réduire par tout le pouvoir d’une joie retrouvée,

                     Comme un fil renoué avec notre éternité,

                     Ainsi le rôle premier accordé à ce qui deviendra notre précieuse expérience.



Aucun ne dit l’exacte vérité

                      Ainsi en cette existence aucun ne dit l’exacte vérité,

                      Toute parole serait pervertie par un égo,

                      Telle insolence,telle inconstance,

                      Telle intime souffrance,

                      Le plus sage en subit un zeste d’influence,

                      L’être capable d’une telle prudence n’est de ces jours,

                      Que pourrait-il y apprendre,

                      Lui déjà en l’éternelle vérité,

                      Lui qui connaît maintenant les pouvoirs créateurs de l’amour.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie