Notre choix

                     Notre plus précieux don n’est-il notre choix,

                     Par cette éminente liberté,

                     Tant de possibles pour notre intime personnalité,

                     Peut-elle rendre jouissance en sa conscience,

                     Plaisir de vivre par son désir d’aimer,

                     De s’emplir sans fin de vive connaissance,

                     Trouver les clés de l’existence,

                     Comprendre le plus de sa science,

                     Oui avons-nous le choix de pouvoir,

                     Pour peu de s’accorder le vouloir,

                     Rendre tant de richesses en son cœur,

                     Les partager alors en une intense évidence que vivre est aimer,

                     Point de doute,le choix avons-nous,

                     Le choix d’aimer ou renier le plus pur de notre pensée.



Au-delà du handicap

                      Comment médire du handicap,

                      Ce corps différent,ce corps qui souffre,

                      Est aussi cette âme sur la voie de sa gloire,

                      Est cet être qui dévoile la fortune de son coeur,

                      La richesse de son être intérieur,

                      Comment ne voir cette éternité tout aussi nôtre,

                      Cette irrépressible envie de partager,

                      Oui ce besoin d’aimer,

                      Comment ne point découvrir l’amour,

                      Le grand,le puissant,

                      L’incroyable pouvoir de chacun en ce semblable malgré ce mal,

                      Sa seule différence en son apparence.

                     

                     



Le chant de la Liberté

                     Entends-tu le doux chant de la Liberté,

                     Quelle vibration déclenche-t-elle en ton cœur,

                     La pureté de sa voix éveille l’essentielle fraternité,

                     Son art rassemble les êtres emportés sur les flots de ses notes,

                     Divine est sa mélodie,

                     Artiste des premiers temps,

                     Révèle-t-elle en notre intimité notre joie originelle,

                     Chante-t-elle notre naissance,

                     Quand l’amour nous fut accordé,

                     Oui en nos jours,

                     Le doux chant de la Liberté nous offre la précieuse émotion,

                     Comme un retour vers tous les possibles par notre pouvoir d’aimer.



Notre histoire

                     En notre cœur,notre histoire,

                     Notre mémoire,

                     Nés de l’amour,nous devons la retrouver et la magnifier,

                     L’élever au plus haut de nos priorités,

                     Divine est notre légende,

                     Rendons-lui son éminente vérité,

                     Qu’elle retrouve son aspect sacré,

                     Ainsi le grand bonheur en notre cœur,

                     Plus une espérance mais la certitude que nous sommes les élus de l’éternité,

                     Oui enfants de la vie,

                     Héritiers de l’amour.



Soldats du général Temps

                     Ainsi sommes-nous les soldats du général Temps,

                     Armés des jours et des années devons-nous combattre l’ignorance,

                     En toute terre de nos victoires,hisser l’étendard de l’espérance,

                     Notre devise ne quitte notre volonté,

                     Amour toujours,aimer encore,

                     Point de prisonniers à notre suite,

                     Mais tant de nouveaux disciples,

                     Amants,amis de la vie,

                     Oui le général nous demande d’exulter notre existence,

                     Viendra tôt la fin de nos campagnes,

                     Nous faudra-t-il alors rendre tout le bénéfice de notre courage,

                     Grande sera notre joie à l’instant de recevoir les décorations éternelles,

                     Le divin sait apprécier ses vaillants combattants,

                     Qui sans violence,sans rancœur,

                     Sans vengeance ont apporté confiance fraternelle en tant de consciences,

                     Par le même fait,ont créé tant de certitudes en leur être,

                     Pour cela sommes-nous les soldats du général Temps.



L’enfer n’existe

                     L’enfer n’existe si ce n’est en l’imaginaire de cet être sans espérance,

                     Jamais trop sûr de ses certitudes,

                     N’élève-t-il son âme,

                     Retenue par le poids de tant de doutes,

                     Dieu que sa mémoire est envahie par une telle somme de regrets,

                     Son amour s’exprime certes,

                     Son amitié peut être solide,

                     Mais il a peur,si peur de la mort,

                     Il compte les jours,voudrait retenir le temps,

                     L’enfer devient sa création,sa propre prison,

                     Qu’il se libère de ces folles craintes,

                     Qu’il s’accorde le plaisir de rencontrer,de partager,simplement d’aimer,

                     Comprendra-t-il enfin l’importance de son existence,

                     Ses jours évaluent l’exacte valeur de son amour,

                     Ainsi la vérité de cette réalité,

                     Verra-t-il son enfer s’évanouir,

                     En ce présent comme en sa probable éternité.



Le grand Homme

                     Le grand Homme n’avait de rancune,

                     Il savait son pardon témoin de sa vérité,

                     En son âme tant de certitudes,

                     En son cœur tant de valeur,

                     Ou cette incroyable sérénité enfant de son humilité,

                     De sa sincérité,

                     La prison de ses geôliers n’enfermait que son corps,

                     Il voyait déjà sa liberté bien au-delà des années,

                     Telle une évidence guidée par son infaillible espérance,

                     Car le grand Homme avait la mémoire de son éternité,

                     La force de sa divinité,

                     Ces richesses qu’il savait en chacun,

                     Combien voulait-il ouvrir les consciences,

                     Avertir qu’il n’y a de différences,

                     Tous les êtres sont semblables,

                     Tous héritiers de la vie,

                     Tous ouvriers de la paix,

                     Tous disciples de l’amour,

                     Le grand Homme laisse une indélébile trace qu’il nous convient de suivre,

                     Sûr est maintenant notre chemin,

                     Le grand Homme était un guide,

                     Voyons maintenant son étoile.



Se connaître

                     Se connaître,

                     Savoir la valeur de notre être,

                     Prendre conscience de notre intime science,

                     Par notre conscience s’ouvrir à tant de connaissance,

                     S’éblouir alors de tant découvrir,

                     Notre cœur est si riche,

                     Il est une évidence qui peut nourrir notre existence,

                     Nous possédons un trésor,

                     Ne laissons les pirates du doute s’en emparer,

                     Notre amour est si convoité,

                     Qu’il nous est urgent de l’avoir sous bonne garde de notre volonté,

                     Se connaître oui,

                     Et aimer alors,

                     Elever notre don divin en première priorité,

                     L’embellir toujours de tant de sérénité,

                     Plaisir de vivre,de partager et d’aimer encore,

                     L’être empli de bonheur se connaît,

                     N’ignore rien de toutes les vérités de son âme.



Service reçu,service rendu

                     Service reçu,service rendu,

                     Ainsi va l’entente entre semblables qui se savent héritiers de l’existence,

                     Disciples de l’espérance,

                     Aussi échange des valeurs du cœur,

                     L’entraide est-elle utile,

                     Elle s’impose sur ce chemin de vie,

                     Voudrait-elle témoigner sa noblesse fraternelle,

                     Rapporter cette autre facette de l’amour,

                     Par l’échange des dons et talents,

                     Bien plus que le service reçu et rendu,

                     Aimer est partager son savoir,

                     Et aimer le recevoir.



Nombreux sont les chemins

                     Nombreux sont les chemins en ces jours,

                     A chacun de trouver le plus opportun,

                     Celui de la direction vraie,

                     Celui-là qui mène vers les terres de plénitude,

                     Vers les temps de sagesse,

                     Ainsi tous possèdent l’intime boussole,

                     Le divin sens de l’amour,

                     Faut-il en avoir la volonté,

                     L’indispensable confiance,

                     Savoir que nul ne se perd,

                     Mais qui se fie à son instinct nommé espérance,

                     Gagne son temps,

                     Avance serein et sûr de suivre le bon chemin.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie