Ce mot qui ne devrait exister

                     Il est ce mot qui,malgré toute sa noblesse,ne devrait exister,

                     Paix,la paix oui,

                     Ce mot qui veut exprimer la fraternité entre les êtres,

                     Le sens commun retrouvé,

                     Le respect et la reconnaissance de cet autre semblable,

                     Des nations qui se savent sœurs,

                     Des Hommes conscients de l’inestimable valeur de leur liberté,

                     Née des bienfaits de cette entente cordiale,

                     La paix est une évidence torturée par l’histoire,

                     Battue,humiliée par la folle guerrière,

                     Oui elle la guerre,

                     Cet autre mot qui ne devrait exister,

                     Que d’ailleurs le langage de l’amour ignore,

                     Qu’il ne saurait jamais prononcer.



S’être tant trompé

                     S’être tant trompé pour enfin tant comprendre,

                     Faire fi alors de l’insolence,

                     S’emplir sans fin de vive connaissance,

                     S’offrir la liberté d’aimer,

                     De partager,de vivre allégresse et plénitude,

                     La liberté du cœur témoigne la vérité de l’âme,

                     Tant d’erreurs passées oui,

                     Pour un réel bonheur présent,

                     Ainsi toute la science de notre existence,

                     Sa divine évidence.



La fin de l’année

                     La fin de l’année entraîne sa dernière saison vers un nouveau cycle,

                     L’année rend son bilan au temps,

                     Compte ses regrets,

                     Essaie d’oublier ses doutes,

                     En appelle à l’espérance,

                     Voit déjà la lumière de sa suivante,

                     Pense-t-elle à l’éternel présent à l’instant de rendre ses mois au passé,

                     Quelle sera sa place au sein de cette infaillible mémoire de l’existence,

                     En cette fin oui,

                     L’année offre nombre de certitudes,

                     De l’existence une riche nouvelle étude,

                     Que deviendront ces jours au sein du grand amour.



En ce royaume

                     Amis de la fraternité,nous n’avons de patrie,

                     Nous convient-il pourtant d’annoncer,

                     Nous,citoyens libres d’aimer,de partager ou d’aider,

                     Notre appartenance à cet unique pays appelé vérité,

                     Mais est-il bien davantage un royaume sans monarque,

                     La liberté s’y impose de sa seule majesté,

                     Ainsi sommes-nous sujets du noble amour,

                     Oui sur ces terres de certitudes laissons-nous guider par les princes de l’espérance,

                     Demeurons confiants en l’art des chevaliers de la sagesse,

                     Sûr est notre chemin en ces provinces nommées plénitude ou allégresse,

                     Jusqu’aux confins de notre horizon,

                     Nous surprendrons-nous de découvrir cet autre univers s’une seule saison,

                     D’un seul présent,l’éternité,

                     En ce royaume oui mes amis,

                     Les voies de notre unique et précieuse destinée.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie