Les énergies

                     Les énergies nous portent,

                     Nous attirent,nous repoussent,

                     Nous ne devons les ignorer,

                     Mais les respecter,voire les adorer,

                     Les maîtriser par tout le potentiel magnétique de notre cœur,

                     Lui aussi appelé amour,

                     Pouvons-nous alors suivre le fil directeur de leurs ondes,

                     Les énergies viennent de la source et y retournent,

                     Apportent-elles la vérité et la reprennent,

                     Elles vibrent tant en notre sein qu’elles créent l’intense émotion,

                     Qui les combat au contraire,par toute son inconscience,

                     Se voit détruit en son espérance,

                     Les énergies ont la force et la puissance de leur éternité.



Quand nous perdons un des nôtres

                     Quand nous perdons un des nôtres le présent se pause,

                     Notre être intime rencontre ses essentielles pensées,

                     Essaie de trouver évidence en sa vérité,

                     Sur quel flot d’énergie s’en vont nos souvenirs,

                     Sur quelle intense vibration se retrouve notre amour après le devoir de ces jours,

                     Quand nous perdons un des nôtres,

                     Comprenons-nous qu’il ne faut tricher,

                     Mais avancer en toute sincérité,

                     Par l’art de l’humilité créer notre œuvre,

                     Sera-t-elle présentée à l’appréciation de l’éternité,

                     Passe si vite le temps de cette réalité,

                     Qu’il ne nous faut attendre davantage.



Par la lumière de mon amour

                       Par la lumière de l’amour,

                       Eclairer mon chemin,

                       Aveugler mes doutes,

                       Resplendir mon pardon,

                       Le rendre évidence en cette existence,

                       Laisser mes peurs en chemin,

                       Elles insensibles à la pure clarté,

                       Parasites de ma personnalité,

                       Oui par la lumière de l’amour,

                       Avancer vers l’horizon de mon éternité en toute sincérité de mon être,

                       Enfin humble et sûr de ma volonté de m’élever vers la vérité.



Quand le savoir rencontrera l’ignorance

                     Quand le savoir rencontrera l’ignorance,

                     Quelle paix habitera l’intime des êtres,

                     Grande confiance auront-ils en leurs pouvoirs,

                     En la force,qu’ils sauront maintenant divine,de leur amour,

                     Plus de doute en leur espérance,

                     Plus de regret en leurs souffrances,

                     Sans limites sera leur pardon,

                     Pourtant plus grande sera leur exigeance envers leur existence,

                     Parenthèse de jours toute consacrée à l’élévation de cette pure évidence,

                     A l’application de cette somme de certitudes,

                     A la réelle volonté d’aimer,

                     En toute conscience,en tout bonheur de vivre,

                     En toute connaissance de leur éternité.



Notre livre

                     Auteurs d’un grand livre sommes-nous dès les premiers temps de notre existence,

                     Chaque jour rédigeons-nous une page de cette œuvre,

                     L’histoire est complexe,la destinée incertaine,

                     Mais notre pouvoir créatif est sans fin,

                     Si grande est notre inspiration,

                     Chaque mot a le sceau de l’éternité,

                     Son édition est divine,

                     En notre cœur l’émotion certaine d’une passion déjà acquise,

                     Tous les personnages ne quitteront jamais notre mémoire,

                     Sont-ils créés,que notre amour retient leur visage,

                     Oui cette œuvre est nôtre,notre précieux livre.



Le plus fort

                     Le plus fort a nombre d’exigences,

                     Cette force est un don de l’existence,

                     Le plus fort ne doit rendre l’intolérance,

                     Etre en paix en sa conscience,

                     Offrir sa vigueur,sa facilité au bien de ses semblables,

                     Cette puissance,cette sûreté évaluent cette autre force,

                     De son amour est-elle,

                     Le plus fort sûr de l’intense valeur de son âme renverse les montagnes,

                     Est un guide qui sait son incroyable destinée,

                     Se souvient de son voeu en l’éclatant de l’éternité.



Nulle larme ne se perd

                      Nulle larme ne se perd,

                      La souffrance aurait sa science,

                      La vérité du sage est sans pitié,

                      Faut-il connaître la douleur pour rendre éminente valeur au bonheur,

                      L’existence prétend cette évidence,

                      L’âme si sûre de son amour a donc si souffert et ne veut plus souffrir,

                      Ainsi est sans faille sa confiance en l’espérance,

                      Sait-elle que pardonner,

                      Que partager,

                      Sait-elle qu’aimer.



La mer des mystères

                     Combien est vaste cette mer des mystères avant d’apercevoir l’horizon des certitudes,

                     Nombre de tempêtes des doutes faut-il affronter,

                     Surmonter par toute la force de la conviction,

                     Retrouver enfin,par le droit fil d’une vive sérénité,le sens attendu,

                     Ou entendu en ce cœur qui sait ne point se tromper,

                     Si fiable est l’instinct de clairvoyance de la divine espérance,

                     Point d’abîme possible pour le navigateur en son être intime si tranquille,

                     A-t-il déjà si souvent traversé cette vaste mer des mystères.



L’intime devoir

                     Naissons-nous avec un devoir,

                     Bien davantage un vœu en notre vérité,

                     Faut-il vivre,

                     Faut-il s’exalter avant de l’exaucer,

                     Car faut-il aimer,

                     Rendre force à notre passion,

                     Allégresse à notre sagesse,

                     Plénitude en notre intimité,

                     Faut-il vivre sans peur,

                     N’accorder le temps aux regrets,

                     Que notre mémoire voue toute son éternité à ce devoir,

                     Toute humilité à ce si précieux vœu.



Le pouvoir des années

                     Les années passent,

                     Rassemblent les jours et les mois en ces annales du passé,

                     Feront-elles le bilan d’une existence,

                     Prouveront-elles la force d’un amour,

                     Diront-elles la vérité d’une âme,

                     Tout le bonheur acquis d’un cœur,

                     Les années ne savent mentir,

                     Témoigneront-elles au juge appelé mort,

                     Tous les vices comme tous les torts,

                     Les réussites sincères,

                     Les humbles pensées et les nobles actions,

                     Ainsi le pouvoir éternel des années.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie