Notre ennemi

                     Si l’ennemi existe,est-il en nous,

                     Peut-il s’appeler doute ou regret,

                     Peur ou inconscience,

                     S’évertue-t-il de rendre difficile ce chemin de vie,

                     Oui nombreux sont ses masques,

                     Nous appartient-il de le dévoiler,

                     De le combattre sans fin,

                     Vertu du pardon est pour nous-mêmes,

                     Envers cet ennemi d’abord nôtre,

                     Combien craint-il l’incroyable volonté de l’espérance,

                     La force inouïe de l’amour.



Tout être est responsable

                     Tout être est responsable,

                     L’est-il dès sa naissance,

                     Adulte en prend-il toute conscience,

                     Parfois par les voies de la souffrance,

                     Des doutes ou des sévères regrets,

                     Vient alors en son esprit son intime évidence,

                     De sa vérité toute son ample exigence,

                     Evalue-t-il enfin la divine valeur de son amour,

                     Lui son éternel héritage.



Quand l’exemple est noble

                     Quand l’exemple est noble,sincère et humble,

                     L’âme retient sa leçon de vérité,

                     Celle qui s’en moque,poursuit le chemin de l’ignorance,

                     L’exemple passe sans davantage de peine,

                     Il sait le temps empli de patience,

                     L’exemple est guide vers le sublime de la connaissance,

                     Vers les délices de l’amour reconnu,

                     Sublimé et élevé en vive priorité,

                     Pour le bonheur de notre cœur,

                     Retenir de l’exemple son meilleur,

                     Toute la science de sa conscience.



L’être en son mensonge

                  La vérité,tôt ou tard,rattrappe l’être en son mensonge,

                  Quand malgré la force de son art de mentir,

                  L’intimité de son cœur lui ordonne les mots vrais de l’amour,

                  Doit-il retrouver toute sincérité en ses jours,

                  Pour une idéale sérénité en son éternité,

                  Le mensonge,toujours,compte son temps,

                  Car jamais ne peut-il être perpétuel,

                  L’âme a tant besoin de vérité.



Une journée de bonheur

                       Une journée de bonheur aura si grande importance en notre coeur,

                       Rendra à l’oubli de si nombreuses,

                       Ces journées anodines,sans plus d’espérance,

                       Sans davantage de souffrance,

                       Mais elle si étonnante,grande est sa valeur,

                       L’amour la retient,

                       L’élève au plus grand intérêt de notre être,

                       L’instant était d’allégresse,

                       De vive plénitude,

                       D’un heureux et sincère sourire sur notre apparence,

                       D’une grande évidence en notre conscience,

                       La vie rendait son essentiel en quelques heures,

                       L’amour à notre humeur dévoilait sa prééminence,

                       Belle et précieuse journée.



Entre l’enfance et la vieillesse

                     Entre l’enfance et la vieillesse que de tourments,

                     Que de doutes,

                     Que de questions sans réponses,

                     Comme oubliées quand soudain elles se retrouvent,

                     L’expérience rend connaissance,

                     La vieillesse en fait sa sagesse,

                     Quand l’enfance était toute allégresse par sa pure innocence,

                     Entre ces états oui,la vie et sa grande évidence,

                     Trouver trace de son éternité,

                     Rendre divinité à son amour.



La franchise

                     La franchise connaît son éminente qualité,

                     Mais sait-elle qu’elle n’est toujours la meilleure ambassadrice de la vérité,

                     Quand les mots doivent être pesés,

                     Ne trop choquer,

                     Ne blesser par une immédiate arrivée,

                     La franchise doit parfois se soumettre à patience,

                     Trouver la subtilité en sa bienfaisante utilité,

                     Il est des silences où la franchise peut s’affirmer en toute prestance.



La parole des premiers temps

                     La parole des premiers temps de notre ère a changé le monde,

                     Pas à pas le transforme-t-elle aujourd’hui encore,

                     Malgré les mensonges,malgré la manipulation,

                     La parole des premiers temps retrouve liberté et totale indépendance,

                     Elle n’est une religion,

                     Mais une évidence qui en chaque cœur ne demande qu’à s’éveiller,

                     A s’émanciper de ses peurs et de ses doutes,

                     Tous peuvent dire ses mots,

                     Pour peu de connaître vive sincérité,réelle humilité en leur être,

                     La parole des premiers temps est de tout temps,

                     Car divine est-elle.



Son nom est espérance

                     Sommes-nous élèves,

                     Apprenons-nous sans cesse,

                     Ainsi ces jours pour la connaissance de notre amour,

                     Ainsi cette existence et son étude en notre conscience,

                     Le maître est vie,son nom est espérance,

                     Si dur est-il parfois par son imposée souffrance,

                     Nous faut-il retenir les leçons de ses doutes,

                     Mais son message est joie et courage,

                     Veut-il nous ouvrir à la réalité de nos dons et talents,

                     A la volonté de construire notre bonheur évident,

                     Divine est sa vocation,

                     Notre professeur d’amour.



Notre zèle

                     Zélés nous faut-il être,

                     Vive ardeur en l’expression de notre savoir,

                     En l’application de nos dons et talents,

                     Ainsi se présente notre plaisir de vivre,

                     Notre passion en ses jours,

                     Sont-ils les outils utiles de notre amour,

                     Vers sa reconnaissance,vers son élévation,

                     Mais point trop zélés près de l’ami,

                     Près de l’amant,âme compagne toute adorée de nos sentiments,

                     Non près d’elle,seul tout le naturel de notre volonté suffit à notre bonheur.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie