L’eau de l’amour

                     L’eau de l’amour prendra toujours forme du vase de ton âme,

                     Ne crains de le remplir,

                     Grand bonheur sera le tien,

                     Quand il s’ajoutera au réservoir de ton éternité,

                     Puisses-tu ne plus connaître la soif,

                     Puisses-tu par la force de ton intime évidence,

                     N’avoir ce besoin de quérir l’eau des certitudes,

                     Seras-tu pour toujours près de la source du divin amour.



Il n’y a d’invisible qu’aux aveugles en leur coeur

                      Il n’y a d’invisible qu’aux aveugles en leur cœur,

                      Aux ignorants de l’espérance,

                      Aux infidèles de leur intime évidence,

                      Qui ne perçoivent la vérité témoignée par le silence,

                      Qui se refusent aux mots de leur amour,

                      Lui maître de leur vérité,

                      Lui si présent en cet invisible,

                      Guide si clairvoyant au-delà de l’apparence,

                      Si avide de précieuses certitudes,

                      Nourricières de son plus précieux désir,

                      Approcher l’exacte divinité de sa naissance spirituelle.



L’âge présent sait mais se tait

                     L’âge présent sait mais se tait,

                     Si grande est sa mémoire mais qui la consulte,

                     Qui fait l’effort de l’évidence,

                     Qui se laisse guider par l’espérance,

                     Qui examine avec honnêteté l’âge passé,

                     En l’existence de chacun l’âge présent prédomine en toute spirituelle amnésie,

                     Certes ne faut-il retrouver les regrets,

                     Mais en ces années révolues notre cœur a laissé sa trace,

                     A reçu nombre de leçons d’amour,

                     Parlons-nous d’une seule vie,

                     D’un âge passé oui qui ne se compte en jours,

                     Combien peut-il enrichir notre âge présent,

                     Pour le si grand bien de notre âge futur,

                     A lui le bonheur d’accueillir alors ces essentielles certitudes.



L’harmonie

                     L’harmonie en cette vie est une science de l’équilibre,

                     Obéit-elle à la loi du juste milieu,

                     Point n’en faut mais toujours un peu plus,

                     Quel artiste de l’art de l’amour faut-il être,

                     Pour témoigner ou indiquer sa beauté,

                     Tant de talent spirituel doit se manifester en ce paraître,

                     L’harmonie offre le pardon,

                     L’écoute ou le précieux conseil,

                     Son chantre chante les mots universels,

                     Se sait-il enfant du divin,

                     Alors héritier de l’éternité.



Cette vérité tant recherchée

                     Cette vérité tant recherchée,

                     Aperçue sans la reconnaître par certains,

                     Quand d’autres la rencontrent et la saluent avec toute bienveillance,

                     Avec elle nouent-ils une sincère amitié,

                     Leur indique-t-elle l’horizon de l’espérance,

                     Fait-elle œuvre en leur conscience,

                     Si présente maintenant en leur mémoire,

                     Si grande devient leur connaissance,

                     Sa science nourrit leur évidence,

                     La vérité ne se recherche,

                     Apparaît-elle sur le chemin choisi par notre amour.



Celui qui sait

                     Celui qui sait doit pouvoir,

                     Ce savoir doit-il transmettre,

                     Ces jours alors si utiles à sa vérité,

                     Il connaît la science de l’amour,

                     Par tous ses talents lui faut-il l’expliquer,

                     La vulgariser en tout son art,

                     Apporter ces preuves que les cœurs sauront reconnaître,

                     Ainsi le vœu qui le fit naître,

                     Ainsi tout l’original de sa destinée,

                     Ainsi l’œuvre de son existence,la réussite de son chemin de vie,

                     Celui qui sait doit pouvoir,pour peu de vouloir,

                     D’entendre les certitudes en sa mémoire.



Puisse ta jeunesse resplendir

                     Puisse ta jeunesse resplendir,

                     Vite chasser ses doutes,

                     Ne trop s’emplir de regrets,

                     Qu’elle soit animée par une inédite espérance,

                     Qu’elle porte en elle l’âge idéal que retiendra ton éternité,

                     Et si ta jeunesse était de toute ton existence,

                     Ta vieillesse saurait l’accueillir et rire de tout cœur pour ce temps sans âge,

                     Comme un pied de nez à ces jours et leur folie de compter,

                     Malgré un corps en fin de règne,

                     Elle saurait sa jeunesse perpétuelle en son être spirituel,

                     Puisse ta jeunesse porter haut les couleurs de ton amour.



Ce quotidien turbin

                     Sans ce quotidien turbin,

                     Serions-nous plus libres de découvrir nos talents,

                     De les faire jouissance de notre existence,

                     Verrions-nous mieux l’horizon de l’espérance,

                     En totale fusion avec les évidences de notre intime conscience,

                     Aimerions-nous mieux,

                     Vivrions-nous sans peurs et sans doutes,

                     Point si sûr disent nos jours,

                     Mettent-ils à l’épreuve notre amour,

                     Là est leur mission,leur devoir,

                     Imposent-ils ce turbin qui pourtant pourrait rencontrer le meilleur de nos dons,

                     Nous offrir alors ce plaisir de vivre afin enfin de savoir aimer.



Point trop de mots

                     Point trop de mots ne faut-il,

                     Les meilleurs,les plus porteurs,

                     Les mots-clés sont-ils de vérité,

                     Naturelle est leur élégance,

                     Ils s’assemblent sans mal pour chanter l’étonnante rime,

                     Car sont-ils un ensemble si harmonique,

                     Leur lecture entraîne au cœur de l’être une divine mélodie ,

                     Qui la retient pour toujours la chanter,

                     Point trop de mots non,

                     Maix ceux qui chantent l’amour éternel,

                     Sans effort le poète les rapporte,

                     N’est-il doué pour créer un roman sans fin,

                     Mais qu’importe,

                     Il est de prime abord,des mots,un musicien.



L’impatiente parole

                     Quelle impatiente parole qui si souvent précède la pensée,

                     Aime-t-elle tant s’emplir de regrets,

                     Qu’elle doute davantage,

                     Qu’elle prenne patience,

                     Qu’elle soit en harmonie avec sa conscience,

                     Qu’elle soit porteuse des mots de vérité,

                     Des paroles sincères qui précèdent les actes emplis d’humilité,

                     Puisse enfin la parole être en osmose avec la pure pensée,

                     Celle qui guide vers le plaisir de vivre,

                     Vers l’envie d’aimer.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie