Enfant de la sagesse

                     La sagesse possède toutes les langues,

                     Elle universelle,elle de tous les temps,

                     Est-elle en tous les êtres,

                     Mais combien l’entendent,

                     Combien la comprennent,

                     Combien la renient,

                     Naissons-nous avec elle en notre coeur,

                     Par elle tous les possibles de notre bonheur,

                     Tous les pouvoirs de notre amour,

                     Oui chacun est enfant de la sagesse,

                     Soyons dignes de cette divine filiation.



Réparer sa faute

                     Réparer sa faute ou faire de l’erreur un si grand honneur,

                     Le cœur se révèle alors à sa réelle valeur,

                     Fut-il trahi par l’inconscience ou la peur,

                     Est-elle ainsi cette destinée,il ne faut la renier,

                     Accepta-t-elle la faute pour mieux rendre son évidence,

                     Pour provoquer l’éveil spirituel,

                     Pour élever l’être vers son primordial,

                     Ne le sait-il,il doit le savoir,

                     Il est amour,doit-il réparer sa faute,

                     Se surprendra-t-il de rencontrer le pardon.



La vie ne salit

                      La vie ne salit,est-il fou de le dire,

                      Faut-il donc posséder une âme vide d’espérance,

                      Pour un seul instant,penser ainsi,

                      Non la vie nourrit les destinées d’une bienfaisante vérité,

                      Il ne faut blâmer ces jours d’être les servants de notre amour,

                      Non cette vie faut-il la vivre,

                      Que si peu soient nos regrets lors de nos éternelles retrouvailles,

                      Chassons dès maintenant tous ces doutes,

                      Qu’ils ne nourrissent notre méfiance,

                      Que si grande soit notre confiance,

                      La vie ne salit,pas même les plus impurs,

                      La vie nous grandit.



L’artiste et l’indicible

                     Le peintre et ses couleurs,

                     Le poète et ses mots,

                     Le musicien et ses notes,

                     Tous ces autres détenteurs du don,

                     Oui tous expriment l’amour,

                     Par leur passion traduisent-ils sa divine grandeur,

                     Son éminente car première valeur,

                     Cette vérité au-delà de notre réalité,

                     Une évidence qu’ils ont en conscience,

                     Qu’il faut aimer,qu’il faut jouir de pouvoir vivre,

                     L’existence est un don alors même malgré la souffrance,

                     Ainsi serait-il le grand mystère,

                     Pour tous ces artistes l’indicible se dévoile pourtant en toute la beauté de leur art.



Vanité

                    Vanité,

                    S’appellerait-elle orgueil,grande importance se donne-t-elle,

                    O combien pourrions-nous nous passer d’elle,

                    Folle qui s’impose à notre sincérité,

                    Retient prisonnière notre pure humilité,

                    Voile notre vérité,

                    Ignore en fait notre bonheur,

                    N’assouvit jamais notre soif d’aimer,

                    Bien davantage pure égoïste,

                    L’existence peut se passer de la belle et plaisante vanité,

                    Elle flatte notre égo,aucun besoin n’en a-t-il,

                    La confiance se suffit à l’appel de l’espérance.



L’être épris de vérité

                     L’être épris de vérité n’a que ce seul devoir de ne quitter son état de sincérité,

                     De réelle humilité,

                     Ne sait-il trahir,

                     Jouit-il de vives certitudes,

                     Suit-il le chemin de l’espérance,

                     Sûr de rencontrer la gloire de sa destinée,

                     Son amour n’est illusion,mais le cœur même de toutes ses pensées,

                     Sait-il déjà retrouver en toute confiance son éternité,

                     Quand son existence aura rendu complète copie de son devoir de vérité.



Le jardin de notre coeur

                     Nous appartient-il que le jardin de notre cœur soit si fleuri,

                     A nous le droit de devenir jardinier de notre amour,

                     Que nombreuses soient les roses de nos certitudes,

                     A nous le devoir de détruire les mauvaises herbes des doutes,

                     Que se taisent les oiseaux des regrets qui planent encore au-dessus des terres de notre espérance,

                     Qu’ils voient cette lumière qui illumine notre être,

                     Qui anime notre sourire,

                     Oui que mille couleurs prouvent l’éclatant de notre bonheur,

                     Qu’il en soit ainsi du jardin de notre cœur.



Si nous disions ses mots

                     Combien pourrait-il,

                     Si plus souvent nous voulions,

                     Si nous disions ses mots,

                     Si nous offrions son partage,

                     Si nous accordions sa clémence,

                     Si nous imposions son pardon,

                     Si nous retrouvions notre première mémoire,

                     Si nous entendions notre conscience,

                     Notre cœur en vérité,

                     Combien serait puissant alors,

                     Le pouvoir de notre amour.



L’amie divine de notre patience

                     Tout arrive mais patience devons-nous nous accorder,

                     L’évidence ne se propose que pas à pas,

                     Doit-elle,avec progrès constant,pénétrer notre conscience,

                     Dire son essentielle importance,

                     En toute chose de l’existence pose-t-elle nombre d’indices,

                     Nombre de preuves d’une réalité bien au-delà de cette provisoire densité,

                     Vibrons déjà au cœur de notre être par tous les pouvoirs de cette vérité,

                     Qu’elle pénètre nos pensées,

                     L’espérance est guide de nos jours,

                     L’amie divine de notre patience.



Ce jour que notre coeur réclame

                     Ce jour,que notre cœur réclame,viendra en son temps,

                     Quand il aura place au sein de notre destinée,

                     Est-il prévu mais point planifié,

                     Doit-il être nommé par l’espérance,

                     Fera-t-il signe alors à notre conscience,

                     Serons-nous si sûr qu’il ne sera trop tôt ou trop tard,

                     L’oeuvre du temps doit s’accomplir,

                     L’expérience doit s’offrir,

                     Pourquoi faut-il encore souffrir,

                     Eveillons-nous,ouvrons-nous à l’évidence,

                     Viendra plus vite ce jour que notre cœur réclame,

                     Le jour de l’amour.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie