Il ne faut trop penser à notre destinée

                     Est-il fou de le dire,il ne faut trop penser à notre destinée,

                     Ne trop s’inquiéter pour ces futures années,

                     Notre présent en sait suffisamment,

                     Soyons déjà en toute conscience de notre amour,

                     De cette divinité en notre coeur qui nous rend vie,

                     De cette science qui,au-delà de notre être,nous fait éternelle lumière,

                     Les mystères ont cette évidence,

                     Qu’il nous suffit de saisir par notre volonté d’entendre l’espérance,

                     Sera alors notre destinée,sans peur et sans doute,

                     En toute majesté de notre joie de vivre et d’aimer.



Les jeunes enthousiasmes

                     Les jeunes enthousiasmes ne comptent les jours,

                     Leur amour ne connaît encore les doutes,

                     Vierges de tout regret,ils affichent leur plaisir de vivre,

                     Leur envie de découvrir,

                     D’aimer si fort,d’aimer encore,

                     Ont-ils toujours la mémoire de leur savoir éternel,

                     Les jeunes enthousiasmes ne prononcent le mot fin,

                     Ils avancent sans juger les distances,

                     Seul le mot confiance demeure maître en leur conscience.



Notre ignorance

                     Nul ne peut cacher son ignorance,

                     En toute notre inconscience elle se dévoile,

                     Elle réapparaît malgré même notre silence,

                     Décrit-elle alors ce fort manque ou cette réelle souffrance,

                     Présentons-nous à l’espérance,

                     Sera-t-elle notre étonnante enseignante,

                     Ou notre précieux guide sur la voie de la connaissance,

                     Foin de l’ignorance,

                     Retenue maintenant par le passé,

                     Car sommes-nous dès lors tout dévoués à la destinée de notre vérité.



Un pas de plus

                     Un pas de plus sur la route de ces jours,

                     Un pas de plus vers l’éternel de notre amour,

                     Que tant de certitudes accompagnent ce glorieux retour,

                     Que tant de doutes se rendent à l’oubli,

                     Que chaque pas nous affirme que vieillir est retrouver sa jeunesse,

                     Devons-nous en cette avancée d’une bien provisoire réalité,

                     Déposer nos peines et nos souffrances,

                     Ont-elles suivi notre naissance,

                     Mais ne sont-elles que révélatrices de la force de notre être intime,

                     L’amitié et l’entraide nous proposent leur véhicule pour rendre plus facile notre parcours,

                     Pour plus vite retrouver la puissance de cet amour,

                     Pour rendre le plaisir complice de chaque pas sur le chemin de notre vie.



Accepter

                     Accepter ce que nous sommes est le grand essentiel,

                     Il n’y a de hasard en ce qui fait notre réalité,

                     Ce qui forme notre apparence,

                     Ce qui forge notre conscience,

                     Ce qui enseigne notre personnalité,

                     Il nous faut accepter,

                     Jamais les regrets ne nuiront à notre destinée,

                     Vaincrons-nous les doutes par ce haut fait,

                     Affirmerons-nous notre pouvoir d’aimer,

                     Demeurera notre joie en notre éternité,

                     Car nous aurons accepter.



Pas après pas

                     Pas après pas approchons-nous de notre vérité,

                     Accumulons-nous une somme d’expérience,

                     Avouera-t-elle la richesse de notre amour,

                     Dira-t-elle la si grande utilité de ces jours,

                     Ne regretterons-nous d’avoir entendu l’espérance,

                     De faire nôtre ses conseils au sein de notre conscience,

                     Pas après pas avançons-nous vers les certitudes de notre éternité.



Notre intime secret

                     L’avenir nous désire mais il attend le bon moment,

                     Souhaite-t-il nous rencontrer vêtus des habits de sincérité,

                     Animés par des pensées toutes guidées par l’humilité,

                     Avons-nous cette volonté de satisfaire notre éternité,

                     Que peut encore nous enseigner l’espérance,

                     Combien de temps pour construire notre temple de l’évidence,

                     Tel est l’objet de notre intime secret.



Déposons le fardeau

                     Déposons le fardeau,

                     Lui si lourd de doutes car empli de regrets,

                     Il rend si difficile le parcours de notre amour,

                     Sa charge est inutile,

                     Les lendemains nous diront qu’il ne sert notre besoin,

                     Déposons le fardeau et avançons sans peur vers l’apogée de notre destinée,

                     Le regard enfin levé vers les signes célestes de l’espérance,

                     Notre densité plus légère alors se fera complice de notre intime conscience.



Demeurons modestes

                     Quelle que soit notre richesse,demeurons modestes,

                     L’arrogance ne témoigne jamais la noblesse,

                     N’est-elle qu’apparence,

                     Faux désirs pour folle envie,

                     Faut-il préférer la folie créatrice,

                     L’excentricité toute guidée par un incroyable imaginaire,

                     Ou quand la vérité de l’être présente la noble prestance,

                     Qui sait,sans faillir,demeurer modeste.



L’objet de notre urgence

                     Ce qui est l’objet de notre urgence,de notre essentiel,

                     Doit rencontrer le meilleur de notre être,

                     Le pouvoir de nos dons,la clairvoyance de nos certitudes,

                     La bienfaisance de notre amour,

                     Car sommes-nous nés pour ce fait,

                     Ce voeu premier en notre mémoire,

                     Cet éminent désir en notre âme,

                     Il n’est plus grande importance en cette existence,

                     Saisissons notre grande chance de pouvoir vivre,

                     Ainsi aimons-nous.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie