Les vrais amis

                     Les vrais amis passent outre nos colères,nos inconsciences,

                     Identifient nos doutes,atténuent nos regrets,

                     Entendent sans impatience notre confidence,

                     Saluent notre courage,soulagent nos souffrances,

                     Partagent les pensées les plus sincères,

                     Font œuvre sans mal de pure humilité,

                     Sont-ils conscients de vivre un autre aspect de l’amour,celui noble de l’amitié,

                     Soyons si dignes et fidèles en cet éminent échange,

                     Demeurons de vrais amis.



La folle demande

                     En notre plus intime souhait la folle demande,

                     Le voeu de vivre toujours,

                     De n’être soumis qu’à la seule volonté de notre amour,

                     Serait-elle requête d’un autre temps,

                     Bien ancrée en notre mémoire,la folle demande l’appelle en nos jours,

                     Qu’elle s’exauce enfin par toute l’utilité de cette réalité,

                     La folle demande ou tous les possibles de notre éternelle connaissance,

                     Au plus près de notre actuelle conscience.



Les grandes âmes

                     Les grandes âmes ont ceci de commun,

                     Cette humilité vivement liée à leur être,

                     Cette étonnante sincérité témoin de vives certitudes,

                     D’une noble spiritualité,

                     Souvent disent-elles le nom de fraternité,

                     Elèvent celui de liberté au panthéon de leurs priorités,

                     Les grandes âmes ne sauraient trahir leur amour,

                     Cette vérité maîtresse de leur destinée,

                     Car mère de leurs jours,

                     Les grandes âmes n’ignorent vivre pour accomplir leur meilleur,

                     Rendre toute la richesse d’une étonnante espérance,

                     D’une profonde évidence en leur conscience,

                     Témoigner l’éternel sourire à leurs semblables,

                     Les grandes âmes ne doutent,

                     Elles sont.



La souffrance en ces jours

                     Devons-nous prendre conscience que la souffrance est de ces jours,

                     Qu’elle ne soit l’objet de notre déni,

                     Tôt ou tard elle saura nous surprendre,

                     Mettre en pratique nos théoriques certitudes,

                     Evaluer la force de notre espérance,

                     Dévoiler la splendeur de notre cœur,

                     La souffrance serait ainsi l’agent intransigeant de l’existence,

                     L’imperturbable juge de notre amour.



L’examen de vie

                     Rendrons-nous la copie de l’examen de vie,

                     Quelle sera notre note,

                     Serons-nous reçus,

                     Aurons-nous ce certificat d’aptitude spirituelle,

                     Pourrons-nous prétendre rentrer en l’université éternelle,

                     Parfaire notre science de l’amour,

                     Quelle garantie nous offrira notre somme de jours,

                     Quelle richesse d’une expérience dira le bien-fondé de notre étude,

                     La vérité de notre intime évidence décidera le progrès de notre élévation,

                     Nous convient-il d’être,encore et toujours,

                     De sincères étudiants assidus aux cours des sentiments,

                     Au-delà même des équations de souffrance,

                     Pour notre cœur alors tant de réjouissances.



L’intime contrat de confiance

                     Le bonheur est un contrat de confiance entre l’être et son existence,

                     Passe les doutes,les peines et les souffrances,

                     Continue-t-il de sourire à ses jours,

                     S’étonne-t-il des couleurs d’une aube,

                     Du spectacle inouï d’un crépuscule,

                     Devine-t-il la grandeur d’âme de son semblable,

                     Crée-t-il sans peine l’oeuvre de l’amitié,

                     Etonnante est sa sérénité,infaillible est son humilité,

                     Quittera-t-il cette réalité riche d’un bonheur garant de son amour.



L’armée des sens

                     Faut-il perdre la moitié d’un sens pour en apprécier la valeur,

                     Le pouvoir ou la grande chance de le posséder,

                     Ce sens est vie,il exprime cette densité enfant de notre énergie,

                     De notre intime volonté,

                     De ce temps que notre corps ne saurait connaître,

                     Entend-il,voit-il,touche-t-il,goûte-t-il,

                     Sent-il cette existence jusqu’au plus infime de son apparence,

                     L’armée des sens alors tout au service de l’évidence,

                     Premiers guides sur la voie de l’espérance,

                     Disent-ils le plaisir de vivre,le désir d’aimer.



Notre don

                     Ce que l’on donne avec joie et sans le moindre regret fait notre gloire,

                     Prouve l’éminente valeur de notre coeur,

                     Notre don est fruit de notre amour,

                     Lui l’agent divin de notre être,

                     Qu’il soit libre de témoigner notre vérité,

                     De rapporter l’héritage de notre éternité,

                     En ce que l’on donne se libère-t-il de la prison de notre égo,

                     Que sommes-nous si ce n’est qu’amour.



Héros

                     Il ne faut être héros pour connaître la gloire,

                     Sommes-nous tous braves parmi les braves,

                     Soyons les courageux protagonistes de la divine aventure,

                     Les guerriers sans violence de l’existence,

                     Armons-nous de toute la puissance de l’espérance,

                     Pour peu de notre volonté,quelle force en notre conscience,

                     Soyons dignes de notre destinée,

                     Nous les enfants de l’amour,issus de l’éminente source,

                     De l’originelle pensée,

                     Pouvons-nous connaître la gloire,

                     Soyons héros de notre spirituelle histoire.



Notre hôte le temps

                     Ainsi sommes-nous entrés dans l’existence,

                     Nous faudra-t-il un jour en sortir,

                     Soyons dignes et reconnaissants près de notre hôte le temps,

                     Certes compte-t-il les jours,mais nous permet-il d’évaluer notre amour,

                     Le temps est l’intendant de la maison de vie,

                     L’agent divin tout dévoué à nos spirituels désirs,

                     Toutes ses chambres ont vue sur l’espérance,

                     Voyons les jardins de l’évidence aux mille couleurs du bonheur,

                     Pourquoi garder ces rideaux fermés,

                     Entendons les conseils de notre serviteur,

                     Rendons-lui toute notre sincérité,

                     Car bien assez tôt devrons-nous le saluer pour retrouver l’exigence de notre éternité.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie