L’existence ne cessera de nous surprendre

                     L’existence ne cesse et ne cessera de nous surprendre,

                     Jusqu’au dernier de nos jours découvrirons-nous ses beautés,

                     Ses formes,ses lumières et ses sourires,

                     Est-il plus véritable de dire que toujours elle nous éblouira,

                     Que sans cesse elle surprendra notre amour,

                     Emporterons-nous ses images,ses précieux instantanés de vérité,

                     Nous ne rejeterons ses instants de souffrance,

                     Feront-ils aussi la richesse de nos éternels souvenirs,

                     Car permanent aura été notre désir de vivre.



La personne optimiste

                     Entendons la personne toujours optimiste,

                     Elle messagère de l’espérance,

                     En son cœur un éternel sourire,

                     Pour ses sens un perpétuel plaisir,

                     Pour elle vivre est une chance,

                     Une incroyable opportunité de s’emplir de précieuses certitudes,

                     De mettre à l’épreuve la force de son amour,

                     L’optimiste fait des doutes ses alliés sur la voie de la connaissance,

                     Ensemble combattent-ils les peurs,

                     La personne optimiste vient du bonheur,

                     Elle y retourne,elle y est déjà.



Une saine folie

                     Une saine folie habite l’être en tout bonheur de son existence,

                     Est-il fou de faire fi des doutes,

                     D’ignorer les peurs,

                     N’entend-il que la volonté de son amour,

                     L’envie de ses sens avides de découvertes,

                     De plaisirs nourrisseurs d’une intime sérénité,

                     Une douce folie qui entrevoit déjà nombre de réponses pour ce cœur si candide encore,

                     Mais aussi si méfiant devant tous les possibles offerts par ces jours,

                     Faut-il vivre une saine folie pour élever au sublime l’œuvre de notre amour.



La nuit tombe

                     La nuit tombe mais n’oublie de laisser quelques traces de clarté,

                     Quelques points comme témoins d’une éternelle lumière,

                     La nuit ou l’amie du corps quand notre coeur retrouve le grand jour de son amour,

                     A l’un son précieux repos,

                     A l’autre la confidence de sa vérité.



Les critiques

                     Recevons sans crainte les critiques,

                     Devons-nous tous en recevoir,

                     Vivons-nous pour en faire notre expérience,

                     Telles des leçons de vie si utiles à notre amour,

                     Nos erreurs font le sel de notre labeur,

                     L’existence est une science qu’il nous convient d’en saisir la divine essence,

                     Qui fait fi des critiques,saurait presque en sourire,

                     Connaît déjà une pure sagesse en sa conscience,

                     Quand est-il si loyal et respectueux de son semblable,

                     Qu’il soit encore et pour toujours libre de vivre plénitude et allégresse,

                     Les critiques n’entameront son envie de vivre,

                     Cet éternel plaisir de rendre sourire,

                     De témoigner alors la si grande richesse de son cœur.



Le conseil

                     Devons-nous entendre le conseil,

                     Aimer le recevoir,en faire notre savoir,

                     Le conseil n’est toujours bon,

                     Faut-il évaluer ce semblable qui nous le rend,

                     Le conseiller au plus vrai de notre cœur à notre tour,

                     Le conseil oui,ou l’entraide des âmes qui se reconnaissent en cet empire de la connaissance,

                     Qui savent vivre l’identique expérience tout au service de leur amour,

                     Ainsi de ces jours leur infinie science,

                     En elle le précieux conseil trouve sa divine inspiration.



Du bien et du mal

                     Vivons-nous ces jours pour discerner le bien et le mal,

                     Pour perdre peu à peu cette innocence,

                     Seul état de notre enfance,

                     Quel serait notre mérite,

                     L’intérêt de cette vie si elle n’était que paradis,

                     Notre éternité a ce désir d’exigence,

                     Ce travail en conscience,ce besoin de certitudes,

                     Ce devoir auprès de l’espérance,

                     Nous endurerons la souffrance,

                     Evaluera-t-elle la richesse de nos pensées,

                     Puissions-nous ne nourrir trop de regrets avant de mourir,

                     N’avoir fait du mal qu’un ensemble de rejets,

                     Et du bien une nouvelle richesse en notre cœur.



Au fond de tous les coeurs

                     Au fond de tous les cœurs se cache un pardon,

                     Trésor commun à tous qui jamais ne sera volé,

                     Un divin bien qui au contraire doit,au yeux de tous,de mille éclats briller,

                     Témoigner la force d’un amour qui alors ne connaît plus la peur,

                     Sait-il venir d’une éternité qu’il rejoindra sans davantage de regrets,

                     En ce cœur exulte une joie de vivre,

                     Un être libre de vivre plénitude et allégresse,

                     Riche de ce pardon qu’il accorde en toute sincérité,en toute humilité,

                     Une âme heureuse.



Le bonheur de l’être qui n’attend le bonheur

                     Ah quel bonheur vit l’être qui n’attend le bonheur,

                     Le moindre plaisir reconnu par ses sens lui indique sa présence,

                     Il jouit des couleurs,des formes,

                     Du jeu des ombres et lumières,

                     L’harmonie se propose à sa conscience,

                     Il la reçoit avec tous les honneurs dus à son éminence,

                     Il rend le sourire à ce semblable qui sait aussi si bien vivre,

                     N’ignore-t-il que son amour grandit au sein de ces instants d’allégresse,

                     Car l’existence offre mille chances à qui la comble d’une pure sagesse.



Rien d’impossible

                     A l’être si sûr de vivre pour s’emplir de certitudes,

                     Rien d’impossible,

                     A lui si conscient de taire ses doutes,de surmonter ses peurs,

                     Rien d’impossible,

                     N’est-il utopique,n’est-il fort naïf,

                     Sait-il tous les possibles de son intime bonheur,

                     Ainsi sa volonté toute guidée par le savoir de son cœur,

                     A cet être oui,vraiment rien n’est impossible,

                     Car veut-il,le temps venu,quitter ces jours sans le poids inutile de nouveaux regrets.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie