L’esprit de notre désir

                     Passent les jours tous à l’œuvre de notre amour,

                     Change alors pas à pas l’esprit de notre désir,

                     Veut-il se complaire dans le loisir,veut-il jouir,

                     En viendra-t-il à ne vouloir qu’aimer,

                     Notre être se soumettra à l’évidence de son cœur,

                     Prendra-t-il conscience de l’éternité de son intime bonheur,

                     Se saura-t-il enfant du divin,

                     Voudra-t-il en être si digne et si loyal,

                     Il aimera.



Sans l’esprit de revanche

                     Puisse l’esprit de revanche nous quitter,

                     Ne fera-t-il jamais notre gloire,

                     Ne rendra-t-il la force de notre amour,

                     Avec lui tout l’impossible de notre progrès spirituel,

                     La négation de nos acquis éternels,

                     Sommes-nous nés en ces jours pour rendre évidence à notre capacité de pardonner,

                     Pour témoigner enfin la noblesse de notre intime personnalité,

                     L’esprit de revanche ne serait qu’une entrave,

                     Le guide si peu fiable sur le chemin de l’espérance,

                     Un voile posé sur le visage de notre conscience,

                     Le faux-ami de notre sincérité,

                     Pouvons-nous encore sourire à la vie si mal accompagné de l’esprit de revanche.



Toute vérité et son doute

                     Toute vérité fut dévoilée par le doute,

                     Car toujours nous faut-il remettre en cause l’évidence,

                     Malgré l’œuvre de l’espérance,il nous faut attendre que toute vérité se présente à nos sens,

                     Notre cœur se nourrit de vives certitudes,

                     Créatrices d’une inédite joie qui plus jamais ne le quittera,

                     Telle est sans doute l’utilité de ces jours,

                     Annonciateurs alors de toute vérité à notre amour.



Le génie et son caractère

                     Le génie souvent est accompagné d’un puissant caractère,

                     Est-il ainsi,au prime abord,si mal compris,

                     Il est porteur d’un message,

                     Au plus profond de son être est-il si sûr de ce devoir lié à jamais à ses dons,

                     Mais l’impatience toujours trouble sa conscience,

                     Doit-il se faire ami du temps,avant d’offrir toute sa vérité aux jours de cette réalité,

                     Connaîtra-t-il enfin les joies d’une plénitude tant attendue,

                     Surprendra-t-elle son caractère d’une inédite sagesse,

                     Le génie aura,pour le bien de nombre de destinées,laissé sa trace.



Que veut signifier avoir la foi

                     Que veut donc signifier avoir la foi,

                     Si peu pour celui qui ne connaît la joie,

                     Celle-là même qui anime l’être qui en tout lieu voit l’horizon de l’espérance,

                     Riche de tant de certitudes en sa conscience,

                     N’ignore-t-il la divinité de son amour,

                     Doit-il en être digne,témoigner cette éminente origine commune à tous,

                     Naîtra à sa suite,à l’écoute de ses paroles,à l’observation de son œuvre,

                     Une nouvelle joie en nombre de cœurs,

                     Auront-ils donc retrouver la foi,

                     Le plaisir de vivre maintenant et pour toujours,

                     Ils aimeront.



Notre essentiel

                     Nous pouvons échouer,nous pouvons prospérer,

                     Toujours il nous faut vivre,il nous faut aimer,

                     La réussite de notre coeur est notre première importance,

                     Nous rendrons-nous vite compte que tout le reste est fort futile,

                     Voire pour une part si inutile,

                     Le bonheur se contente souvent de peu,

                     Son essentiel n’est que passion,

                     N’est qu’amour qu’il lui faut partager,

                     Qu’il se doit,en toute évidence,vivement témoigner.



Le primordial aveu

                     Est-il le primordial aveu,

                     La vérité qui doit être dite,

                     Ces mots qui ne peuvent demeurer que pensée,

                     Que l’unique bien d’une profonde solitude,

                     Que la richesse de l’être intime,

                     Précieux trésor que retrouvera notre éternité,

                     Non,notre amour doit s’avouer,

                     Sortir enfin de ses peurs,de ses doutes,

                     Vivre en tout sourire sa divine liberté.



Les grands classiques

                     Les grands classiques traversent les âges,

                     Sont-ils porteurs d’une éminente évidence,

                     Guides vers les vérités de l’espérance,

                     Sont-ils fruits du talent du grand génie,

                     Lui sans doute porteur d’une éternelle connaissance,

                     Ainsi sa trace laissée sur le parcours du temps,

                     Longtemps encore indiquera le possible chemin vers les meilleurs destins,

                     Son œuvre n’est plus sienne,elle est bien de l’existence,

                     Une balise sur la voie d’une possible,voire probable allégresse,

                     Les grands classiques seraient fruits d’une pure sagesse,

                     Leurs auteurs,ont-ils vécu dans le seul but de les poser au sein de cette réalité.



Rien n’est banal

                     Rien n’est banal,

                     En tout un mystère propose son secret,

                     Ainsi le bonheur de qui prend son temps,

                     Sait poser un instant son regard sur ce futile,

                     Sur cet inutile dont le charme pourtant offre cette évidence,

                     Le beau connaît l’espérance,

                     L’existence est un ensemble en perpétuel mouvement,

                     Un vaste engrenage dont le plus petit élément possède son importance,

                     Rien n’est banal pour qui cherche et trouve toujours les preuves de son éternel amour.



Le voeu premier de se retrouver

                     Quelle évidence unit deux êtres,

                     Une vérité enfouit en ces cœurs,

                     Ont-ils ce vœu de se retrouver,

                     De joindre quoi qu’il arrive leurs destinées,

                     L’amour toujours retrouve les êtres à jamais liés en leur éternité,

                     Les énergies portées par la plus sincère passion font fi de toute réalité,

                     Elles fusionnent de nouveau pour rendre à ce provisoire présent,

                     Tous les pouvoirs de leurs sentiments premiers.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie