Se tromper encore et alors

                     Se tromper encore et alors,

                     L’existence fournit son expérience,

                     Quelle folie de le dire,

                     Pourtant nos erreurs nourrissent notre bonheur,

                     Ainsi l’oeuvre de ces jours,

                     Ainsi,face aux épreuves,la force de notre amour,

                     Lui maître et guide sur le chemin de notre vérité,

                     Ouvrons-nous à notre première évidence,

                     Notre éternité saluera nos victoires sur tous ces périls,

                     Nous dévoilera une part de sa divine science.



Rien ne se compare tout est différence

                     Rien ne se compare tout est différence,

                     En chaque élément de cette réalité son apport à l’œuvre de l’existence,

                     Ce qui est vérité pour l’un ne l’est pour l’autre,

                     Ce qui est évidence pour celui-là ne l’est pour celui-ci,

                     Se danse alors la valse des contraires,

                     Des opposés voués à se retrouver,

                     A se complaire dans le même amour,

                     Voilà pourquoi en ces jours,

                     Rien ne se compare tout est différence.



Je suis né pour grandir

                     Je suis né pour grandir,

                     Je viens de l’évidence pour rencontrer l’espérance,

                     En mes bagages une ancienne connaissance,

                     Que mes dons la retrouvent,

                     Que ma volonté ouvre le livre de vérité,

                     Que mes pensées lisent de nouveau ces précieux mots,

                     Que mon être applique enfin ce savoir en ses jours,

                     Que mon amour habille sans retenue mon apparence,

                     Mon avenir sera si fier de son passé,

                     Puisse cette réalité devenir le mérite reconnu en mon éternité,

                     J’aurai si bien grandi,grand merci accorderai-je à ma naissance.



La parole s’envole

                     La parole s’envole,croit-on qu’elle sera oubliée,

                     Pourtant en bien des mémoires elle aura laissé sa trace,

                     Quand violente elle fut,

                     L’écho d’une seule mémoire sans cesse reviendra troubler son auteur,

                     Tôt ou tard il s’en repentira pour soulager cette conscience blessée par son passé,

                     Quand de sagesse fut la parole,

                     Pas à pas fera-t-elle la gloire de son créateur,

                     Demeure-t-il anonyme,pourtant l’éternité confirmera son mérite,

                     La parole s’envole mais jamais n’est-elle oubliée,

                     Les souvenirs d’un seul être auront su la retenir.



Le bon sens

                     Le bon sens ou cette faculté de traduire l’espérance,

                     De faire des doutes les points d’ancrage d’une nouvelle sagesse,

                     D’éloigner toute peur de l’œuvre de notre bonheur,

                     Le bon sens témoigne la sérénité de notre être en son intimité,

                     Car sait-il vivre pour exulter son amour,

                     Pardonner pour enfin s’affirmer,

                     Le partage lui est si grande évidence,

                     Oui lui l’heureux porteur de l’esprit de bon sens.



Elle vérité

                     Elle si présente,elle si noble,elle si divine,

                     Pourquoi la fuir par toute la force de nos mensonges,

                     Par toute la faiblesse de nos peurs,

                     Par tout le néfaste de nos doutes,

                     Elle maîtresse-guide de notre amour,

                     Elle peut offrir sa connaissance,

                     De l’existence toute sa science,

                     Oui elle vérité,

                     Voyons déjà toute la magnificence de son espérance,

                     Sera-t-elle le précieux conseil,le divin en notre coeur,

                     L’artiste géniale de notre mémoire,

                     Ou l’oeuvre incommensurable de notre bonheur.



Nos secrets

                     En chaque être nombre de secrets,

                     Peurs accumulées,

                     Doutes envahissants en cette intimité,

                     Les certitudes doivent se battre pour trouver place,

                     Ces secrets n’en sont,notre amour les connaît,

                     Les traduit sur notre apparence,

                     Notre regard ne sait mentir,

                     Nul besoin de secrets en notre conscience,

                     Elle ne trouve plénitude que dans l’entière vérité,

                     Faisons état de nos secrets,

                     Viendra à nous les premières sagesses,

                     Nous présenteront-elles l’élégante allégresse.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie