Que désire ce coeur qui soupire

                     Que désire ce cœur qui soupire,

                     Que devienne réalité l’ambition de son amour,

                     Se fait-il corps pour se nourrir auprès de ces jours du précieux de l’espérance,

                     En ce cœur alors cet éminent désir de s’emplir,

                     Jusqu’au bout de ce temps compté,de tant d’évidences,

                     De tant de certitudes qui tairont ses doutes,annihileront ses peurs,

                     Feront enfin son bonheur,

                     Lui diront les premiers secrets de sa divinité.



Le premier secret du bonheur

                     Le premier secret du bonheur est s’aimer,

                     Est volonté d’ouvrir tous ses sens à cette existence,

                     Ne veut-elle notre souffrance,

                     Mais notre pleine conscience d’être amour,

                     D’accepter ces jours en toute confiance,

                     Qui combat ses peurs,éloigne ses doutes,

                     Connaît la divine vérité de son bonheur,

                     L’espérance est son guide vers l’évidence de son éternité.



Le cours de l’existence

                     Sommes-nous nés ruisseau de l’innocence appelé à devenir rivière de l’adolescence,

                     Serons-nous fleuve adulte,

                     Long sera notre parcours par monts et vallées des doutes et souffrances,

                     Toujours le courant de nos jours rencontrera la mer d’éternité,

                     Voguerons-nous en paix,tant de certitudes alors en notre être,

                     Riche d’une nouvelle expérience si utile à notre amour,

                     Ainsi en va-t-il du cours de l’existence.



Vivre c’est apprendre à aimer

                     Vivre c’est apprendre à aimer,

                     Ce pourquoi nous sommes nés,

                     Ainsi le rôle de cette existence,

                     Notre devoir envers l’espérance,

                     Entendons ses messages,voyons ses signes,rejoignons son évidence,

                     Nos jours se proposent à notre amour,

                     Cette éminente volonté,

                     Ce vœu formulé hors du temps,hors des doutes,bien loin de tout regret,

                     Notre cœur en garde la divine trace,

                     Prenons-en enfin conscience,

                     Vivre c’est apprendre à aimer.



L’oubli fait son tri

                     L’oubli,sans scrupule aucun,fait son tri,

                     L’amour lui résiste,

                     Non ses passions demeureront en nos souvenirs,

                     Ce qui a eu l’agrément de nos sentiments ne sera prisonnier de l’oubli,

                     Qu’il réussisse sa basse œuvre,

                     Notre éternelle mémoire saura un jour le surprendre,

                     Il n’est fou de le dire,seul l’oubli sera oubli,

                     S’ouvriront les portes de sa geôle du temps compté,

                     S’envoleront les jours,la moindre des heures,portés alors par leur vérité,

                     Si fort sera l’attrait magnétique vers les annales de leur immortalité.



La tolérance

                     La tolérance anime l’être si loin de toute indifférence,

                     Qui n’oublie de surprendre sans cesse sa connaissance,

                     Qui sait l’existence riche de mille et mille sciences,

                     Toutes définissent que rien n’est figé,tout est appelé à évoluer,

                     A rencontrer le secret premier,

                     La tolérance n’ignore ce fait,

                     Comprend-elle que l’amour est une quête perpétuelle de nouvelles couleurs,

                     De nouvelles apparences,de bien d’autres évidences,

                     Oui la tolérance connaît son ignorance.



Une bonne conscience

                     Une bonne conscience ou un cœur libre des doutes,

                     Si loin maintenant des regrets,

                     Il vit son temps et sait aimer pour toujours,

                     Une bonne conscience anime l’être artiste de son amour,

                     Vers lui tous les dons de ses sens,

                     Pour lui tous les fruits de l’existence,

                     Que de délices portés par tous ces souvenirs,

                     Que de plaisirs en perspective d’une divine éternité.



A chaque présent reçu

                     A chaque présent reçu rendons notre gratitude en toute l’expression de notre apparence,

                     Que par elle toute la grandeur de notre cœur se témoigne,

                     Qu’elle s’affiche par ce sourire,par cet évident plaisir de vivre,

                     L’amitié ainsi s’offre en partage,

                     Par son offrande dit sa passion,son importance,

                     Qu’elle se pose en notre conscience,

                     Rendons-lui le salut de notre intime émotion,

                     Les mots ou les gestes,les larmes tous guidés par le don de notre amour.



Quelques êtres

                     Quelques êtres,sont-ils des grandes âmes et changent-ils le cours de l’existence,

                     Influencent-ils tant de consciences,

                     Sont-ils premiers acteurs de la destinée commune,

                     Témoignent-ils le choix proposé à chacun de s’élever vers l’apogée de son amour,

                     En ce point de non-retour vers les doutes,en tout oubli des regrets,

                     Ces êtres portés par les plus nobles certitudes,

                     Sont nos précieux guides sur le chemin de notre bonheur,

                     Leurs divines certitudes se proposent à la volonté de notre cœur.



Pink Floyd,les mots d’un fan

                     Syd Barrett fut l’introduction,nous voici avec la conclusion du Floyd,

                     Quel parcours pour une œuvre si particulière,

                     Une musique qui n’appartient plus à ses compositeurs,

                     Par sa puissance évocatrice,son pouvoir élévateur,

                     Elle est un don à tous.

                     Gilmour et Mason se savent-ils mandater pour clore enfin cette mission en quelque sorte spirituelle,

                     Ils le font en beauté,

                     En ressuscitant les notes quasi divines de leur ami Wright,

                     Fallait-il les mots de Waters pour ce faire,sans doute oui,

                     Au fond de lui,sûrement,nombre de regrets,

                     Mais l’histoire est finie,le temps rendra son bilan,dira la richesse du plaisir partagé,

                     Pink Floyd appartient maintenant à l’éternité.



12

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie