L’art de la danse

                     L’art de la danse ou quand le corps se libère dans les bras de son âme,

                     Fait fi de toute réalité,

                     Rejoint un instant sa vérité ou fait œuvre de liberté pour ses pensées,

                     Ses membres se mouvent sans autre retenue,

                     Les liens de la densité se desserrent en toute confiance,

                     En tout désir de plaire à sa conscience,

                     La raison s’en remet à l’imagination,

                     L’harmonie offre sa guérison,

                     Les regrets s’effacent,

                     Les souvenirs se pausent,

                     L’art de la danse ou l’envol,d’un court moment,

                     De notre amour vers les cieux de son éternité.



Les bienheureuses retrouvailles

                     Si particulier est ce jour choisi par l’amitié,

                     Elle rassemble ces êtres qui se connaissent et se respectent,

                     Il n’est folie de le dire,qui s’aiment,

                     Ils se rencontrent alors en toute joie,

                     En toute reconnaissance à l’existence d’avoir permis ces bienheureuses retrouvailles,

                     Deux destinées si liées ne peuvent que se retrouver,

                     Comme un appel du plus profond de leur cœur entendu par l’évidence,

                     Traduit par l’espérance,

                     Ils se retrouvent en ce jour si particulier que n’oubliera jamais leur éternité.



Donneurs ou receveurs

                     Naissons-nous pour transmettre la vie,

                     Bien plus encore pour partager l’amour,

                     Ne renions cette divine mission,

                     Nous sommes pour toujours vie et amour,

                     Soyons responsables de cet éminent héritage,

                     Que naisse l’enfant de nos certitudes,

                     Traçons-lui la voie de sa plénitude,

                     Qu’il aime,qu’il vive sans peur et sans doute à son tour,

                     Les âmes à jamais liées se rendent sans faillir le témoin en cette course des jours,

                     Donneurs ou receveurs,

                     Courons en tout honneur vers notre éternel bonheur.



Qu’exigera le prisonnier à son geôlier

                     Qu’exigera le prisonnier à son geôlier le temps de l’éternité revenu,

                     Les rôles s’inverseront-ils,ou deux cœurs alors se comprendront-ils,

                     Quelle œuvre de vérité se présentera entre ces deux évidences,

                     Quel pardon dira ses précieux mots entre ces deux consciences,

                     Se surprendront-elles de suivre l’identique chemin de l’amour,

                     Si loin sera le temps des souffrances,des ignorances,

                     Sauront-elles rejoindre enfin le divin destin.



Le sens de notre coeur

                     Ainsi nos yeux ne sauraient tout voir,

                     Par le sens de notre cœur voyons-nous tellement plus,

                     Perçoit-il ce bonheur à portée de volonté,

                     Est-il si conscient que nous avons cette faculté d’aimer,

                     De partager une commune vérité,

                     L’être alors le plus doué se souvient de son éternité,

                     Par ce sens si bien utilisé,

                     Il traduit les précieux messages inscrits dans les couleurs du temps,

                     Les propose-t-il à l’art de ses dons,

                     Précieuse sera son œuvre,

                     Mais tous pouvons-nous être artistes,

                     Développons ce premier sens et emplissons notre âme de l’éminente évidence.



Ainsi va le monde

                     Ainsi va le monde,ainsi va la marche des jours,

                     Ainsi se propose l’évidence à notre amour,

                     Ainsi passons-nous ce temps pour le profit de notre expérience,

                     Ainsi se nourrit donc de cette existence notre conscience,

                     Ainsi va le monde,ne soyons utopiques,ne soyons naïfs,

                     N’ayons davantage peur,avançons en cette réalité sans autre velléité,

                     Ayons pourtant la volonté de suivre le chemin de l’espérance,

                     Ainsi va le monde et le rythme fou de sa modernité,

                     Mais en notre cœur les purs désirs de notre bonheur,

                     Hors de ce temps,hors de ces futiles intérêts,

                     Ainsi va le monde,mais quelle importance quand se propose en tout instant,

                     En toute situation les divines certitudes de notre éternité,

                     Ainsi va le monde,ainsi toujours va le progrès de notre amour.



L’abus

                     L’abus,fol abus,combien est-il l’ennemi de nos envies,

                     Le faux ami de notre plaisir,

                     Brise-t-il notre liberté de vivre toute plénitude,

                     Tout désir d’exulter nos dons,

                     A sa suite le dégoût de vivre,l’ensemble des sens bridés,

                     Frustrés de ne vivre une saine jouissance,

                     Si bénéfique à notre conscience,

                     Eux les guides experts sur le chemin qui mène vers le royaume des certitudes,

                     Voie sublime nommée espérance,

                     Vivons-nous pour faire ce grand voyage,

                     En toute confiance et  si forts devant toute forme d’abus.



Décembre,mois de l’espérance par excellence

                     L’imagination nous offre ses mille et mille inspirations,

                     Pour rendre à l’hiver les couleurs qui lui font tant défaut,

                     Alors décembre,mois de l’espérance par excellence,

                     Présente aux âmes artistes le sacré de son Noël,

                     Veut-il que naisse l’évidence que rien ne meurt,

                     Le présent est enfant de l’éternel temps,

                     Passent les saisons,grandissent les consciences,

                     En ce repos des jours retrouvons le pur de notre amour,

                     Voyons ces créations lumineuses,

                     Qu’elles nous guident vers l’intimité de notre vérité,

                     Vers le beau et son divin posés là en notre cœur.



Le mensonge ne serait toujours illégitime

                     Ainsi le mensonge ne serait toujours illégitime,

                     Aurait-il sa vertu,

                     Par lui comprendrions-nous qu’il ne faut toujours tout dire,

                     Qu’il faut parfois laisser au silence ces vérités qui accentueraient une souffrance,

                     Poseraient tant de doutes en une conscience,

                     Ralentiraient un processus d’élévation d’un être bien trop fragile en son amour,

                     Viendront les jours où sera-t-il alors si lucide,

                     En ses pensées prêt à entendre les paroles de la clairvoyance,

                     Le temps sait prendre son temps,

                     Le mensonge serait parfois son plus précieux allié.



Cette volontaire souffrance

                       Qui davantage que notre inconscience ou notre ignorance nous fait le plus grand mal,

                       A nous la volonté de notre bonheur,

                       Sommes-nous libres de nous souvenir,

                       Sommes-nous vie bien avant notre naissance,

                       Depuis sommes-nous enfants de l’espérance,

                       En besoin profond d’exulter notre amour,

                       En désir sincère de le confronter à toutes ces jouissances,

                       Ne devons-nous nier ces plus intimes souhaits,

                       Rendons-nous à notre première évidence,

                       Pourquoi cette volontaire souffrance,

                       Pourquoi s’infliger tout ce mal quand tant de bien pouvons-nous vivre,

                       En tout sourire,en toute confiance de notre éternité retrouvée.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie