Le caractère

                     Le caractère,faut-il en avoir,

                     Faut-il le libérer de toute peur,de toute anxiété,de toute doute,

                     Faut-il affirmer la divinité de notre amour,

                     Notre éternité au-delà de ces jours,

                     Embrassons cette existence sans retenue,sans folle timidité,

                     Soyons notre vérité,

                     Vivons l’ambition même du plus intime de notre personnalité,

                     A nous le pouvoir d’exaucer notre vœu premier,

                     Aimer enfin en toute liberté,

                     En toute juste expression de notre caractère.



Qui a tort,qui a raison

                     Qui a tort,qui a raison,

                     Nul ne détient l’entière vérité,

                     Mais nombre témoignent la force de leur amour,

                     Avancent sans plus de peurs en leur cœur,

                     Entendent-ils les divins conseils de l’espérance,

                     Savent-ils vivre pour rendre une utile expérience à leur conscience,

                     Ceux-là oui faut-il les suivre,

                     Nul doute qu’ils ont plus raison que tort.



L’être cupide de grandeur

                       L’être si cupide de grandeur est-il adulte en son âme,

                       Ce besoin de reconnaissance ne nourrit-il nombre de doutes,

                       Ne voile-t-il nombre de regrets,

                       Lui est-il si difficile d’être anonyme en son existence,

                       En tout le plaisir de son intime science,

                       Sera-t-il l’idole d’un temps bien vite révolu,

                       Mais qu’en sera-t-il de sa divine célébrité au sein même de son éternité,

                       Qu’il se soucie bien davantage du succès perpétuel de l’oeuvre de son amour,

                       Toujours ses nouveaux jours diront sa véritable grandeur.



Notre trace laissée

                      Puisse notre trace laissée ne fourvoyer nos suiveurs,

                      Que sans mal ils posent leurs pas en nos empreintes,

                      Qu’à notre suite ils suivent le chemin de leur vérité,

                      Que tôt ils aperçoivent l’horizon de l’espérance,

                      Qu’un bonheur grandisse sans doute aucun en leur conscience,

                      Grande est notre responsabilité,

                      Que juste soit la direction donnée par notre destinée,

                      Puissions-nous être aujourd’hui les voyageurs accomplis de notre amour,

                      Les témoins privilégiés d’un heureux parcours.



Toujours notre vérité se dévoilera

                     Pouvons-nous maquiller le visage de nos doutes,

                     Porter mille habits sur le corps de nos regrets,

                     Toujours tôt ou tard notre vérité se dévoilera,

                     Puisse-t-elle révéler notre sincère humilité,

                     Notre humble sincérité,notre divinité retrouvée,

                     Cessons vite le port d’une fausse apparence,

                     Soyons l’exact de notre connaissance,

                     Qu’au plus utile nous soit cette existence,

                     Ne perdons plus ce précieux temps,

                     Affichons enfin notre première et éternelle élégance,

                     Sans folle retenue puissions-nous apparaître sous les traits,

                     En toute prestance,

                     De notre amour.



N’oublie pas qui tu es

                     N’oublie pas qui tu es,

                     Ne laisse personne dire qui tu es,

                     Sois conscient de ton potentiel et ne l’annihile par une peur inconsidérée,

                     Te connaître alors et offrir le sourire à ton paraître,

                     Avance sur ce chemin de vie par tous les pouvoirs de tes dons,de tes talents,

                     Oui accorde-toi cette liberté,

                     L’ultime plaisir d’aimer,

                     Personne ne peut s’y opposer,

                     A toi bien seul la volonté de ton éternité.



Notre enfance

                     Sommes-nous si sûrs de perdre à jamais notre enfance,

                     Cet espace de temps tout voué au plaisir de vivre,de découvrir,

                     Cette innocence qui n’entend encore l’appel de l’espérance,

                     Mais entreprend déjà l’oeuvre de connaissance,

                     Est-il heureux cet être qui conserve cet état premier de l’enfance,

                     Sait-il ne jamais mourir si ce n’est qu’en son corps,

                     Conserve-t-il en son coeur cette éminente évidence,

                     Lui l’éternel enfant,

                     Qui sans cesse redécouvre son amour.



La joie est là

                     La joie est là,tapie dans l’ombre de notre cœur,

                     Elle l’héritage de toute une éternité,

                     Don de la source divine,

                     Se manifeste-t-elle quand nous prenons conscience que nous ne sommes qu’amour,

                     Qu’artistes de l’œuvre de vie,

                     Quand nous voyons tous les possibles de nos dons premiers,

                     Eux guérisseurs de toutes les peines et souffrances,

                     Vainqueurs de tous les doutes,

                     Clairvoyants vers la destinée de notre bonheur,

                     La joie illumine l’être si conscient de sa divinité.



Les yeux et leur vérité

                     Les yeux caressent,les yeux sourient,

                     Les yeux parfois noirs pour leur regard disent leur colère,

                     Emplis de souffrance prêts alors à verser leurs larmes,

                     Les yeux ont ce pouvoir des plus sincères,

                     Sont-ils premiers témoins de l’âme,

                     Si loin du mensonge de l’apparence,en eux l’image d’une conscience,

                     Sont-ils maquillés que pourtant disent-ils encore leur vérité,

                     Les yeux reflètent la lumière de notre cœur,

                     Puissent-ils briller de tout l’éclat de notre bonheur.



L’être qui apprend

                     L’être qui apprend doit entendre,

                     Doit voir,doit contempler,

                     Doit ressentir au-delà de l’apparence,

                     Poser sur tout le sens de sa conscience,

                     Viendra à lui en toute harmonie la connaissance,

                     L’allégresse en ses pensées,

                     La sagesse en ses paroles,

                     Saura-t-il être l’élève de l’éminent professeur,

                     Du maître qui ne l’est,

                     Car est-il liberté,enseignant de sincérité,témoin d’humilité,

                     Lui qui se nomme amour,

                     Suivons son divin cours en nos jours.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie