L’art de lire

                     L’art de lire ou entendre ces autres pensées,

                     Les proposer à notre vérité,

                     Les faire nôtres ou les rejeter,

                     Mais l’œuvre des mots est une science qui enseigne notre conscience,

                     Qui secoue notre ignorance,

                     Qui nous propose de rencontrer la connaissance,

                     L’art de lire ou retenir les messages de l’espérance,

                     En chaque livre,en chaque ligne,

                     Qui connaît son cœur saura trouver pour lui son bonheur.



Le temps

                     Précieux temps qu’il est fou de perdre,

                     De n’en reconnaître l’éternelle valeur,

                     Lui et ses jours au service de notre amour,

                     Est-il le professeur d’évidence via les cours de l’espérance,

                     Le temps créateur de souvenirs,fournisseur de tant d’images,

                     Seront-elles support de notre connaissance,

                     Le temps ne perd aucun de ses instants,

                     Dans le plus anonyme,le plus discret de ses moments,

                     Se dévoile notre vérité,

                     Mille preuves de notre divinité.



A l’ami de nos blogs

                      Jiji57 était son nom d’artiste en notre monde Unblog,

                      Mais depuis décembre ce maestro des mots œuvre en son éternité,

                      Joignons nos pensées vers sa vérité,

                      Paix à ton âme mon ami,

                      Car au-delà des mots partagés via nos blogs,

                      Une véritable amitié nous rassemblait,

                      Ton humour,tes coups de gueule,enfin bref ta sincérité vont nous manquer,

                      Salut à toi l’artiste.

http://jijicinqsept.unblog.fr/



Rajeunir sans cesse

                     En ces jours de notre vie devons-nous apprendre à vieillir,

                     Il n’est rien de plus inexorable,

                     Tôt ou tard nous retrouverons l’énergie de notre éternité,

                     Accompagné d’un amour plus affermi ou non,nous vieillirons,

                     N’ayons l’insolence de renier ce fait,

                     Ne perdons ce temps accordé à notre conscience,

                     Faisons nôtre l’évidence de l’espérance,

                     En toute sagesse évoluons vers notre vieillesse,

                     Comprendrons-nous vite que nous rejoignons notre perpétuelle jeunesse,

                     Connaître ou retrouver sa vérité est en son cœur rajeunir sans cesse,

                     Là réside tout le bonheur de notre intime allégresse.



A nous l’impossible

                     A nous l’impossible,

                     A nous tous les miracles de l’amour,

                     A nous les voeux exaucés de notre éternité,

                     A nous la réalité de nos divines pensées,

                     A nous les vertus de notre volonté,

                     A nous le sourire de notre intime sincérité,

                     A nous toute la noblesse d’une pure humilité,

                     A nous la liberté de vivre plénitude et allégresse,

                     A nous la vérité de l’éminente sagesse,

                     Elle en notre coeur pour notre plus grand bonheur,

                     A nous les voies de l’espérance,

                     A nous les joies de l’existence,

                     A nous tous les possibles de ces jours.



Puisse le doute chasser tous nos doutes

                     Puisse le doute chasser tous nos doutes,

                     Doutons encore,serons-nous plus près de notre intime vérité,

                     Verrons-nous s’éloigner nombre de nos peurs,

                     Doutons encore nous les élèves de cette école des jours,

                     Douter ou s’ouvrir aux mystères de l’existence,

                     Qui ne doute n’entend les conseils de l’espérance,

                     Point de doute sur ce fait,sommes-nous nés pour de nouveau douter,

                     Pour faire fi de toute entrave au progrès de notre amour,

                     Pour nous libérer des fausses sagesses,

                     Du mensonge de tant de dogmes,

                     Pour enfin nous faire apôtres de la pure sincérité,

                     Disciples de la plus noble humilité.



Notre premier nécessaire

                     Il est des nécessaires en cette existence,

                     Des vives priorités en nos pensées,

                     Des premières importances en notre conscience,

                     Cette urgence de suivre l’espérance,

                     Devons-nous sans doute pardonner,

                     Sans regret donner,en toute confiance partager,

                     Offrir la confidence de notre amitié,

                     Dévoiler notre sincérité,prouver notre humilité,

                     Nous faut-il,en tout premier nécessaire,simplement aimer.



L’enfer,mais quel enfer

                     L’enfer,mais quel enfer,

                     Si ce n’est le pays des doutes ou cet empire des regrets,

                     En ce lieu d’une perpétuelle nuit luisent pourtant les étoiles de l’espérance,

                     En cet enfer,s’il faut l’appeler ainsi,toute élévation est possible vers la divine lumière,

                     Faut-il lever le regard de son cœur vers ces lumineux symboles d’un possible bonheur,

                     Qui a cette intime volonté,

                     Qui entend cette naissante évidence,

                     A déjà quitté l’enfer.



L’orgueilleux

                     L’orgueilleux est seul sur le chemin de sa vérité,

                     Son insolence ne crée la véritable amitié,

                     N’aime-t-il qu’à moitié,méprise-t-il cette autre humilité,

                     Ne devine-t-il cette autre sincérité,

                     Voile-t-il son apparence d’une fausse beauté,

                     Est-il sourd aux messages de l’espérance,

                     L’orgueilleux ignore la première et divine valeur de son coeur,

                     Ne considère-t-il son amour qu’à la seule lueur de ces jours,

                     Pourtant en son for intérieur devine-t-il de nouveaux regrets pour son éternité,

                     Puisse-t-il au plus tôt connaître l’éveil et laisser à l’oubli ces instants fous de son orgueil.



Notre véritable plaisir

                     Notre véritable plaisir n’est-il de vivre libre de tout doute,

                     De toute peur,

                     D’avancer si sûrs de notre amour,

                     De ne craindre l’incertitude des jours,

                     Toute rencontre inattendue d’une souffrance,

                     Ainsi va l’existence et ses péripéties,

                     Ne sont-elles que richesses de notre expérience,

                     Ne gâchons notre plaisir de vivre,

                     Nous vivons cet amour pour toujours,

                     En cette courte parenthèse d’un temps compté,

                     Mais surtout en la divine réalité de notre éternité.



12

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie