Les étoiles

                     Les étoiles ont ce symbole d’inaccessible,

                     Tout aussi rappellent-elles à notre être que luit toujours l’éternelle lumière,

                     Vers elles notre être recherche l’évidence,

                     Elève sa conscience en toute confiance,

                     En appelle à l’espérance,

                     Les étoiles tels des anges envoyés par le Dieu soleil,

                     Nous rassurent pour notre essentiel sommeil,

                     En ce repos nécessaire de nos pensées,

                     Elles,qu’elles se libèrent de cette lourde densité,

                     Qu’elles retrouvent sans peur notre vérité,

                     Qu’elles s’éveillent sans doute à la lumière d’un nouveau jour pour notre amour.



Le droit à l’innocence

                     Pour chacun le droit à l’innocence,

                     A chacun le choix de retrouver l’esprit de son enfance,

                     La liberté de connaître de nouveau ces premiers enthousiasmes devant l’œuvre de l’existence,

                     De suivre,sans doute aucun,la voie de l’espérance,

                     La volonté de comprendre le pourquoi du comment de la divine science,

                     L’innocence ou ne plus trahir notre amour en ce cours des jours.



Sans violence doit naître la vérité

                     Sans violence doit naître la vérité,

                     Sans imprudence doit-elle s’imposer,

                     En toute patience élever nos pensées,

                     Se révéler en toute évidence en nos consciences,

                     Nous conduira-t-elle sous les divins cieux de l’espérance,

                     Nous rendra-t-elle la plus belle apparence,

                     Aurons-nous pour toujours le sourire de notre amour,

                     Première et essentielle est l’œuvre de la vérité,

                     Sommes-nous ses couleurs,

                     Les artisans rénovateurs de son originel bonheur.



Notre bonheur s’impatiente

                      Le bonheur pourquoi l’attendre,

                      N’est-ce lui qui s’impatiente,

                      Qui entend notre désir mais qui ne voit rien venir,

                      N’est-il prêt à accorder tout plaisir à notre volonté,

                      Le bonheur ne fuit nos jours,

                      Bien au contraire est-il bien ancré en notre amour,

                      Allons sans peur vers son évidence,

                      Que grande soit sa présence en notre conscience,

                      Admirons sa divine prestance sous les traits de sa fidèle inspiratrice,

                      Elle aussi nommée espérance,

                      Bien moindre sera notre souffrance quand le bonheur sera notre unique perspective,

                      Le but de toute une éternité alors reconnu en notre actuelle existence.



Autant de pays

                     Autant de pays,

                     Autant de nouveaux horizons,

                     Autant de supports pour notre imagination,

                     Autant de points d’ancrage pour nos certitudes,

                     Autant de liens pour notre espérance,

                     Autant de biens pour notre conscience,

                     Autant de richesses pour notre existence

                     Autant de visages pour notre amitié,

                     Autant de sourires pour notre cœur,

                     Autant de passions pour notre amour,

                     Autant de sujets pour nos pensées,

                     Autant de souvenirs pour notre éternelle mémoire,

                     Voyageons sans peur aucune sur cette Terre aux mille couleurs.



Le moindre du moindre

                     Le moindre du moindre ou aimer autant que l’on est aimé,

                     Soyons alors bien davantage,aimons bien plus encore,

                     Témoignons tout le noble de notre cœur,

                     Tout le divin de notre être véritable,

                     Ne retenons les mots de l’esprit fourbe,jaloux,malintentionné ou frustré,

                     Puisse-t-il voir en notre sincérité,en notre humilité,

                     En notre franc sourire le reflet de son erreur,

                     Les larmes de son amour,qu’il aime vraiment à son tour,

                     Point d’utopie en ces mots,

                     Mais la vérité de notre commune éternité.



Vivons-nous pour retrouver notre vérité

                     Vivons-nous pour retrouver notre vérité,

                     Pour l’embellir de nombre d’évidences,

                     Cueillons en son nom les fleurs de l’espérance,

                     Offrons ce bouquet de couleurs à notre éternité,

                     Saura-t-elle les rendre perpétuelles,

                     Car nos souvenirs sont impérissables,

                     Ainsi l’œuvre de joie de tous nos jours,

                     Que tant de nouvelles certitudes animent notre amour,

                     Que tant de riches passions nourrissent notre expérience,

                     La souffrance même ne pourra rendre à l’oubli cette existence.



12

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie