Il n’est plus grand bonheur

                     Il n’est plus grand bonheur que de connaître son éternité en son coeur,

                     De n’être bridé par aucune peur,

                     D’avancer en ces jours sûr de la force,de la puissance,de la divinité de son amour,

                     Son incroyable pouvoir de guérison,

                     Par ses mots ou ses dons qu’il rend à notre être,

                     Quand il ne dit plus l’espérance mais tant de certitudes,

                     Oui l’amour alors,à l’oeuvre de notre bonheur. 



La vérité première

                     La vérité première ne se dit,elle se dévoile par les voies de la pensée,

                     Quand la conscience prend courage de rencontrer l’évidence,

                     Quand elle cherche et découvre dans le moindre de l’existence nombre de certitudes,

                     Nombre de révélations qu’elle pose en ce coeur qui en fait son bonheur,

                     Faut-il être grand sage,en son âme si parvenu pour offrir les mots de la vérité première,

                     Plus sûrement en toute joie se révèle-t-elle sous les traits d’un amour libéré,

                     Qui offre à son être vive sincérité et réelle humilité.



Posons notre regard

                     Posons notre regard,

                     Retenons un instant le temps plus longtemps,

                     Simulons une parenthèse d’un éternel présent,

                     Voyons enfin les évidences de l’espérance,

                     Les élémentaires d’une divine création,

                     Comprenons mieux les secrets dévoilés par le sage,

                     Laissons venir en notre être l’étonnante allégresse,

                     Que notre coeur baigne serein et libre dans les eaux de plénitude,

                     L’instant sera précieux en notre mémoire,

                     Reviendra-t-il sans cesse nous rappeler au bonheur,

                     A tous les possibles de notre amour vérité.



Brisons les chaînes du doute

                     Ne laissons le doute nous envahir,

                     Est-il le gardien de notre prison des peurs,

                     De notre cellule des incertitudes,

                     Libérons-nous de son emprise,

                     Par la force de notre amour faisons tomber les murs de notre intime souffrance,

                     Que notre conscience se réjouisse de retrouver l’amie espérance,

                     Laissons tomber les guenilles de nos regrets,

                     Vêtons notre apparence des habits de joie,

                     Viendra à nous l’amitié en toute la beauté de son allégresse,

                     Nous présentera-t-elle l’humble désir,le sincère plaisir,

                     Eux issus de la noble confrérie de sagesse,

                     Oui,brisons les chaînes du doute,

                     A nous la liberté de vivre notre amour.



Notre ambition

                     Quelle plus grande ambition pouvons-nous souhaiter à notre destinée,

                     Si ce n’est quitter cette existence sans plus de regret,sans plus de doute,

                     Mais riche d’un amour maintenant accompli,

                     Une ambition toute liée à notre volonté d’exaucer les vœux de notre éternité,

                     D’être l’artiste,l’éminent créateur de notre œuvre des certitudes,

                     Le porteur perpétuel d’un bonheur enfin reconnu.



Sommes-nous nés pour changer

                      Sommes-nous nés pour changer,

                      Pour taire ces doutes,

                      Pour combattre ces peurs geôlières de notre bonheur,

                      Pour exulter en ces jours tout le divin de notre amour,

                      Pour entendre tous les messages de l’espérance via les signes de l’existence,

                      Pour comprendre sa science au coeur même de la souffrance,

                      Pour deviner l’oeuvre de vérité en toute forme de vie de cette densité,

                      Au sein de la fleur comme au centre d’un regard,

                      Toute la pureté d’une évidente éternité,

                      Sommes-nous nés pour changer,

                      Pour évaluer notre réelle humilité,

                      Notre complète sincérité,

                      Pour rendre à l’oubli toute forme de regret,

                      Sommes-nous nés pour enfin aimer.



Il n’est jamais trop tard pour retrouver sa gloire

                     En ce cours des jours il n’est jamais trop tard pour retrouver sa gloire,

                     Pour s’offrir au plus sincère repentir,

                     Pour prendre conscience de sa divinité,

                     Pour enfin comprendre la première importance de son amour,

                     Il n’est plus grand plaisir que d’assouvir son essentiel désir,

                     Qui entend l’appel de l’espérance retrouve le chemin de sa vérité,

                     Sait vivre pour se sublimer,

                     Son travail de création alors,tout voué à son oeuvre d’élévation.



L’au revoir sans l’adieu

                     L’être plein d’espérance dit toujours au revoir,

                     Ignore-t-il le terme adieu,

                     Ce que sa mémoire a retenu jamais ne sera oublié,

                     Point de tristesse en sa sagesse,

                     Point de fin en son destin,

                     Sait-il ses jours mais sait-il surtout son éternité,

                     Sait-il son amour clef d’évidence en son existence,

                     Sait-il son pardon témoin de sa noblesse,

                     Sa joie de vivre preuve de son intime allégresse,

                     L’être plein d’espérance dit au revoir et n’oublie de mentionner à bientôt.



Village,ô cher village

                     Village,ô cher village,tu poses en mon âme une vive émotion,

                     Quelles traces d’un vif passé retiens-tu,

                     Es-tu point d’ancrage de mille et mille souvenirs en mille et mille mémoires,

                     Heures de souffrance ou de joie,

                     De bonheur d’enfance ou d’adultes tant de jouissances,

                     Est-ce ce riche passé qu’entend mon coeur maître de ma vérité,

                     Me dévoile-t-il ton intime identité,

                     Pittoresque es-tu si beau village,

                     Oui ton histoire fait ton fort et riche caractère,

                     Tant de courages,de puissantes volontés ont dressé tes murs,

                     Tant de sueurs pour aujourd’hui éveiller notre bonheur,

                     O cher village mon amour toujours parcourra l’éternité de tes rues,

                     Posera son allégresse en la place de ta divine sagesse.



Généreux

                     N’est généreux qui veut,

                     Car sommes-nous au prime abord prisonniers,

                     Prisonniers des peurs,enferrés par les doutes,

                     Est généreux qui a retrouvé son intime liberté,

                     Nous retenons notre amour,

                     Ne s’offre-t-il à ces jours pour rencontrer son évidence,

                     Pour libérer sa vérité,

                     Ce que nous donnons fait la richesse de notre coeur,

                     Déclare la renaissance de notre bonheur,

                     Devient sans mal généreux celui qui accueille en tout plaisir cette vie,

                     En tout délice de mille et mille souvenirs pour son éternité,

                     Lui combattant héroïque du moindre regret,

                     En route vers la gloire de son âme accomplie.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie