Nos nombreux choix

                      En ce temps de nos jours se proposent de nombreux choix,

                      L’éminente conscience de ne trahir le voeu de toute une éternité,

                      Le choix alors d’aimer,

                      Ou de vivre par tous les excès,

                      De jouir quitte à vite périr,

                      Le choix de l’inconscience donc,qui tôt ouvre les voies de la souffrance,

                      Pourtant nos pensées veulent s’éveiller à l’évidence,

                      Trouver le chemin de l’espérance,

                      Faut-il toujours assouvir ce profond désir,

                      Formulent-elles l’appel du coeur,

                      Quand se propose cette vive importance,

                      Plus d’autre choix que de soumettre notre volonté à cette forte envie,

                      Que de construire l’oeuvre du bonheur,

                      Oui nombreux sont les choix,

                      Mais un seul saura nous rendre heureux,

                      Car jamais nous conduira-t-il vers les plus obscurs regrets,

                      Le choix d’aimer est notre essentielle priorité.



Vivre et combattre

                      Vivre et combattre ou le pourquoi de tous ces jours,

                      Vaincre toutes ces peurs qui brident notre amour,

                      Puisse cette  évidence être maîtresse en notre existence,

                      Libérons notre conscience sur le chemin de l’espérance,

                      Combattons ces doutes,combattons ces ennemis de notre intime confiance,

                      Combattons les geôliers d’un coeur qui pleure son bonheur,

                      Vivre et combattre ou retrouver le droit fil de notre mémoire,

                      Pour notre vérité toute humilité,toute sincérité,

                      Au terme de cet éminent combat,

                      Toute la joie d’une pure sérénité,

                      Toute la liberté d’une exacte plénitude,

                      Toute la divine sagesse d’une merveilleuse allégresse.        



Le vice

                     Le vice faut-il tant le blâmer,

                     Témoin des joies d’une intense vie,

                     Ne veut-il qu’en ces jours intensément jouir,

                     Se fait-il piéger par l’excès,

                     Se voit-il délaisser par une conscience endormie,

                     Abandonner par un amour reclu en son oubli,

                     Le vice perdu en cet être porté par tant de peurs,

                     Mal guidé par tant de doutes,

                     Doit-il retrouver le sens de son espérance,

                     Ne plus perdre le temps de cette précieuse existence,

                     Pourquoi cette souffrance pour si peu de jouissance,

                     Qu’il abandonne ce vice à la mémoire de ce seul passé,

                     Qu’il aime enfin,connaîtra-t-il le plus noble plaisir.



En quel étrange se nourrit notre ignorance

                     En quel étrange se nourrit notre ignorance,

                     Taisons notre surprise,

                     Rencontrons toute science en cette existence,

                     Plus d’étrange pour qui retrouve son divin sens,

                     Qui libère tout son amour pour  la plus grande joie de ses jours,

                     Qui découvre et comprend l’objet même de cette réalité,

                     Ce pourquoi est-il né,

                     Sait-il sa mémoire enfant de son éternité,

                     Fait-il fi de tant de peurs,

                     Aucun étrange n’handicape son bonheur,

                     Aucun doute ne le retient sur le chemin de son destin,

                     Il avance sans se perdre car guidé par l’espérance.



Notre ami optimiste

                     Ah l’optimiste,soyons son ami,

                     Lui qui voit bien plus que l’apparence,

                     Lui le disciple de l’espérance,

                     Lui si heureux en sa conscience,

                     Lui l’insoumis à la dictature des doutes,

                     Qui depuis longtemps n’oublie d’oublier ses regrets,

                     Lui le chantre du plaisir de vivre,

                     Enfant de la joie,porteur de vives certitudes,

                     Qui en notre regard découvre toujours notre amour,

                     Puisse l’optimiste trouver une juste et éternelle place en notre mémoire.



Rien ne se possède

                      Rien ne se possède si ce n’est cette intime vérité,

                      En ce coeur qui nous rend conscience,

                      Pour cet amour qui connaît notre éternité,

                      Au-delà de ces jours rien ne se possède,

                      Que la science de toute une expérience,

                      Plus près du divin toujours,

                      Mais combien de vies encore pour ignorer l’espérance,

                      Pour sans elle avancer vers notre gloire,

                      Sans autre souci d’une quelconque possession,

                      Pour vivre enfin pour le seul intérêt de notre perpétuel bonheur.



Notre conviction

                      En notre conviction le réel de notre mémoire,

                      Son éveil quand apparaît l’évidence,

                      Sa joie soudaine dit-elle à notre conscience,

                      Quelles certitudes nomme-t-elle à notre réalité,

                      Quel savoir d’une riche éternité,

                      Notre conviction ou notre guide en ce voyage de notre amour,

                      En cette quête d’une nouvelle et riche expérience,

                      Mais que savons-nous de son bien-fondé,

                      Notre conviction peut-elle être dans l’erreur,

                      Qu’elle soumette notre peur sur cette route des jours,

                      Qu’elle offre l’espérance au moindre de nos doutes,

                      Puisse notre conviction retrouver son premier souvenir,

                      Et conduire notre être vers ses plus profitables plaisirs,

                      Pour de purs instants de bonheur que retiendra notre coeur.



Le bon orgueil

                      Le bon orgueil ou cette intime confiance,

                      Cette prestance qui cite son espérance,

                      Qui décrit la beauté de ses certitudes,

                      Qui combat sans mal tant de doutes,

                      Qui reçoit ces jours telles des offrandes à son amour,

                      Le bon orgueil n’ignore tous les possibles du bonheur en son coeur,

                      Il partage sa joie par toute l’expression de ses dons,

                      Par toute la sincérité de son sourire,

                      Par toute l’évidence d’un plaisir de vivre,

                      Par toute l’élégance d’une apparence hors de toute mode,

                      Le bon orgueil définit un divin style,

                      Combien peut-il être d’une folle originalité,

                      Se révèle-t-il chez cet être qui a le souvenir de son éternité,

                      Qui jubile de vivre encore,

                      De vivre toujours pour témoigner le merveilleux de son amour.



L’être résigné

                     Il n’est plus grande erreur en ces jours que d’abdiquer devant le sort,

                     A tel présent sans courage,tel avenir sans sourire,

                     Sans plus de certitudes,sans plus de joies en ce coeur,

                     Sans plus de volonté pour ce bonheur,

                     Pour cet amour qui attendait tant de tous ces jours,

                     L’être résigné a perdu ses sens,

                     Il ne voit l’horizon de l’espérance,

                     Ne touche tout le délicat de l’existence,

                     N’entend les mots de l’évidence,

                     Il faut vivre et construire sa destinée,

                     Il ne faut cesser d’aimer,

                     Car tel est le voeu premier de notre éternité,

                     Jamais,au grand jamais il ne faut se résigner.



L’amour n’est un savoir

                     Le sage n’affirme savoir aimer,l’amour n’est un savoir,

                     Il ne définit aucune science,il n’est une somme de connaissance,

                     Est-il là posé en notre conscience,

                     En la seule attente de notre volonté,

                     Impatient du départ de nos peurs,

                     Lui l’hôte de nos certitudes,

                     Guide précieux vers la destinée de notre espérance,

                     N’ayons l’insolence d’opposer trop de doutes à sa divinité,

                     Découvrons enfin son éternelle vérité,

                     Nul n’apprend à aimer,

                     Si l’amour est un savoir,à tous la divine science.



12

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie