L’ignorance

                      L’ignorance ou l’objet même de notre existence,

                      En elle l’intense désir de rencontrer la connaissance,

                      De parfaire un amour qui n’ose affirmer sa divinité,

                      L’ignorance quittera son état d’innocence,

                      En notre volonté de délivrer notre coeur de ses peurs,

                      Par les vertus de nos dons tous voués à l’oeuvre de notre bonheur,

                      Nous nous élèverons  vers le parfait de notre espérance délestés de toute ignorance,

                      Riches d’une nouvelle sagesse,garante d’une inédite allégresse,

                      Vivons,aimons,

                      Que plaisir soit l’oubli de notre ignorance.



Fils de liberté

                     Je suis fils de liberté,

                     Enfant de la divine pensée,

                     De son amour je suis l’héritier,

                     Que ne me quitte cette conscience en ma quête de l’espérance,

                     Qu’en toute confiance je m’élève enfin vers les cieux d’évidence,

                     En toute vérité je rejoindrai ma noble ascendance,

                     Je suis fils de liberté,

                     A moi donc tous les pouvoirs de briser les chaînes de la peur,

                     N’ai-je en mon coeur cette volonté de connaître le plus pur bonheur,

                     Me faut-il enfin quitter tous ces doutes,

                     Oui je suis enfant de l’amour.



Le chagrin te quittera

                     Le chagrin te quittera,la joie de nouveau te guidera,

                     L’espérance te proposera le plaisir de vivre,

                     Pourras-tu encore de mille envies jouir,

                     Seras-tu à l’oeuvre de ton bonheur,

                     Combattant pour ton coeur de toute peur,

                     Ainsi va l’existence et ses instants de souffrance,

                     S’évalue en eux ton intime volonté,

                     Ton courage de rendre gloire à ton éternité.



Les paroles du vieil homme

                     Il me vient en mémoire les paroles de cet homme,

                     Je suis vieux mais je suis heureux,

                     Nul regret n’encombrait ses souvenirs,

                     Il avait aimé,il aimait et savait le dire,

                     Il avait combattu toute haine en l’offrant à l’oubli,

                     Là était son secret,

                     Il ne faut poursuivre son passé,

                     Mais bel et bien avancer vers la gloire de son amour,

                     Pour lui vivre tous ces jours,

                     La souffrance elle-même pourra se taire,

                     Qui connaît l’apaisement en son âme,

                     L’offre tout aussi à son corps,

                     Il était vieux mais était heureux,

                     Jamais je ne douterai qu’il ne l’est en son éternité.



Cette voix qui vous touche l’âme en plein coeur

                      Et cette voix qui vous touche l’âme en plein coeur,

                      De quelle divine inspiration est-elle l’artiste,

                      Elle qui éveille nos intimes vibrations,

                      Qui nous offre le meilleur pour notre bonheur,

                      Qui nous rend libres d’apprécier cet instant de grâce,

                      Ce présent d’une exacte plénitude,

                      Est-elle muse du génie chantre de sagesse,

                      Par ce pouvoir de créer en notre amour une pure allégresse.



Le temps et la vie

                     Le temps et la vie ou les éternels amis,

                     Sont-ils aussi les perpétuelles conscience et existence réunies,

                     Sont-ils deux pour témoigner le divin d’un seul,

                     D’une vérité pure qui les assemble,

                     Mieux qui les rassemble par les vertus d’un souhait originel,

                     Le temps et la vie ou l’oeuvre oui de l’amour,

                     D’un seul coeur qui aspire au plus éminent bonheur,

                     Qui exulte cette chance d’acquérir une nouvelle expérience,

                     Bienheureux binôme en mission en ces saisons,

                     Pour rencontrer enfin ce guide parfait nommé espérance.



D’aussi loin peux-tu venir mon ami

                     D’aussi loin peux-tu venir mon ami,

                     Toujours seras-tu mon frère sur cette Terre,

                     Mon semblable en âme,

                     En confidence me diras-tu tes différences,

                     Tes doutes en conscience ou tes regrets en souffrance,

                     Seras-tu surpris de découvrir les mêmes peines en mon existence,

                     Mon ami,mon frère,mon semblable,

                     Suivons ensemble le chemin de l’espérance,

                     Retrouvons,par les voies d’une identique joie,

                     Les traces de notre éternelle mémoire,

                     Emplissons  la besace de nos souvenirs de tant de certitudes pour notre amour,

                     Sommes-nous amis,sommes-nous frères,

                     Sommes-nous semblables pour toujours,bien au-delà de ces jours,

                     Bien au-delà de l’horizon de cette Terre.



A la boussole de mon coeur je confie mon bonheur

                     A la boussole de mon coeur je confie mon bonheur,

                     A la science des jours je confie mon amour,

                     A l’espérance je confie mon expérience,

                     A l’évidence je confie ma conscience,

                     Au ciel de mon éternité je confie la terre de mes certitudes,

                     A cette réalité je confie mes pensées,

                     A mon être en ce corps je confie la divinité de mon âme.



Ce corps,ce temple

                      Ce corps,

                      Ce temple,

                      Ce réceptacle de nos attentes,

                      L’objet même de toute une éternité,

                      L’abri pour tant de jours d’un amour,

                      Précieux véhicule parti à la rencontre de l’espérance,

                      Porteur d’un coeur avide de tant de bonheur,

                      Ne négligeons cette apparence qui vêt notre conscience,

                      En ce corps,en ce temple,

                      Entendons le précieux conseil,

                      La voix du divin devin,

                      Echangeons les pures énergies,

                      Puissions-nous quitter ce lieu de vérité riches de mille certitudes,

                      De mille évidences que n’oubliera notre perpétuelle mémoire,

                      En ce corps,en ce temple,

                      Que grandisse sans cesse notre intime allégresse,

                      Notre si grande joie d’être enfants de l’existence.



Notre serment

                     En notre coeur ce serment,

                     Ce voeu premier exprimé en notre éternité,

                     Est-il à l’origine de tous ces jours,

                     Porteur de ce pouvoir maître de tous nos vouloirs,

                     Qu’exprime sa pensée divine,

                     Qu’il nous faut libérer notre amour,

                     Serons-nous si surpris de taire nos peurs,

                     De quitter nos doutes pour toujours,

                     Libre oui,libre enfin,en toute joie d’un serment qui entrevoit son présent,

                     Hors du temps maintenant,

                     En toute vérité de ce voeu premier alors exprimé.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie