Nous sommes libres

                       Nous sommes libres,

                       Libres de rencontrer notre vérité,

                       De retrouver notre divinité,

                       Libres d’exulter un amour qui attend tant de ces jours,

                       Que notre conscience se fasse amie de cette existence,

                       Puissions-nous ne retourner en notre éternité chargés de mille regrets,

                       Découvrons ce bonheur qui saura nous révéler notre valeur,

                       Entendons ces mélodies,vibrons en ces harmonies,

                       Voyons ces couleurs,touchons ces douceurs,

                       Vivons sans doute aucun,sans peur aucune,

                       Viennent à nous les secrets de notre origine,

                       Nous sommes libres oui,libres d’aimer.



Le complice du temps

                       Est-il heureux cet être loin des bruits,des futiles plaisirs,

                       Il entend le silence,de l’existence toute sa confidence,

                       Ses pensées dirigent leur puissance vers le soulagement de toute souffrance,

                       Viennent à lui les mots de ses amis hors de toute apparence,

                       Mais comprend-il le message,le symbole déposé par cet animal,

                       Admire-t-il l’élégance de ce végétal,

                       Sait-il le mouvement de ses branches jamais dû au hasard,

                       Apprécie-t-il les courbes harmonieuses du minéral,

                       Saurait-il nommer la divinité de leur artiste sculpteur,

                       Cet être est complice du temps,

                       Reçoit-il ses jours telles des offrandes à son amour,

                       Ainsi son évidence,

                       Ainsi la clef de son plaisir de vivre,

                       De son intime joie.



Le jardin de l’existence

                       Qui veut s’emplir de vives connaissances doit pénétrer le jardin de l’existence,

                       Rencontrer le maître de l’espérance,

                       Lire tant de livres des certitudes que si grande sera son évidence en sa conscience,

                       Comprendra-t-il l’essentiel en son amour,

                       Témoignera-t-il tout l’honneur de son être en son pardon,en sa compassion,

                       Sera-t-il à on tour jardinier de sa vérité,

                       Tant de fleurs et mille couleurs prouveront son intime bonheur,

                       Combien voudront pénétrer ce paradis d’allégresse entretenu par un maître de sagesse,

                       Devront-ils être si dignes de son éminente amitié.

 



La vie en partage

                       Quand les peuples tant nourris s’éveilleront du long sommeil de leur ignorance,

                       Verront-ils la cruauté semée par leur inconscience,

                       Sauront-ils l’horreur de leur oubli,

                       Le déshonneur de leur cupidité,

                       La cruauté de leurs seuls désirs,

                       La souffrance de leurs semblables plus maîtres de leur destinée,

                       Ils s’évadent de cette folie,

                       Quitte à mourir faut-il essayer de vivre,

                       Qui sommes-nous pour ne pas leur tendre la main,

                       Comment juger celui qui réclame le droit d’exister,

                       En va-t-il de notre devoir,

                       De la volonté de notre amour,

                       De la seule exigence de notre intime vérité,

                       Comprenons enfin l’oeuvre de l’espérance,

                       A tous,oui,la vie en partage.



Quand le coeur se déleste

                     Faut-il que le coeur se déleste,

                     Que les doutes s’évanouissent,

                     Que les regrets disparaissent,

                     Faut-il alors que le blues s’installe,

                     Rencontrera-t-il l’espérance,

                     De leur échange naîtra l’évidence,

                     Le coeur connaîtra son bonheur,

                     Faut-il parfois pleurer pour éveiller la joie,

                     Cet état d’allégresse enfant d’une intime sagesse,

                     Quand l’existence nous indique notre chance,

                     Nous enseigne en confidence qu’il faut vivre pour nourrir cet amour,

                     Cette vérité guide de notre éternité.

 



Qui par ses sens rencontre l’harmonie

                     Qui par ses sens rencontre l’harmonie est si heureux en sa vie,

                     Tout enrichit son expérience,tout est divine science,

                     Tout affirme que l’on ne fait le tour de l’amour,

                     Est-il infini et créateur en toute forme de vie,

                     Est-il maître de nos jours,

                     Lui pardon,compassion car guide sublime en nos consciences,

                     Révélateur pour notre coeur de l’éternel bonheur,

                     Offre-t-il son temps,ces parenthèses d’une rapide réalité,

                     Faisons nôtre cette éminente évidence,

                     Par nos sens rencontrons l’harmonie,

                     Soyons si heureux en notre vie.



Qui est détaché de son immédiate actualité

                     Qui est détaché de son immédiate actualité,

                     Du plus futile de son présent,

                     Est si proche de son coeur,

                     De la divinité de son intime vérité,

                     Construit-il sans doute son oeuvre spirituelle,

                     Mille et mille certitudes animent son être,

                     Pour beaucoup viennent-elles d’un temps révolu déjà passé par le filtre de l’éternité;

                     Qui est détaché de son immédiate actualité,

                     Se complaît-il en tous les possibles d’un probable avenir,

                     D’un perpétuel plaisir,

                     Cet être est-il en toute la confidence de son amour,

                     En ces jours et pour toujours.

 



L’être et son bonheur

                     L’être sans doute,sans peur et loin de tout regret n’attend plus le bonheur,

                     Il le connaît déjà,il vit en son sein,toute conscience en sa confidence,

                     Le bonheur guide ses pas,lui révèle l’espérance en toute image de l’existence,

                     Cet être alors disciple du bonheur ne vit que pour et par son amour,

                     Ainsi sa compassion,ainsi son pardon,ainsi toute sa connaissance,

                     Toute sa science révélée en ses jours,

                     L’être et son bonheur retrouvé vit en la vérité de son éternité.



12

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie