Notre gloire

                     Seule la gloire de notre âme est éternelle,

                     Toute autre n’est que de ce temps,

                     Alors éphémère,n’aura-t-elle que ce luxe de demeurer en cet immédiat passé,

                     Quand notre amour recevra tous les honneurs d’une divine reconnaissance,

                     Pour tant de vérités semées en ces jours,

                     Pour avoir témoigner une réelle sincérité,une vive humilité,

                     Pour cette œuvre de pardon,de compassion,

                     Pour avoir accorder toute exigence à l’espérance,

                     Pour cette éminente valeur rendue à cette nouvelle expérience,

                     Notre amour,oui,connaîtra son éternelle gloire.



La saison de transition

                    Voici la saison de transition,

                    Voici pour nos pensées la plus belle saison,

                    S’éloigne le tumulte des longs jours,

                    Arrive le repos des plus courts,

                    Que ferons-nous de cet immédiat passé,

                    Que rendrons-nous à ce proche avenir,

                    L’automne offre sa sagesse,

                    Son état transitoire porteur d’une douce allégresse,

                    Une vive plénitude emplit nos sens,

                    Un déclin se dessine en toute élégance,

                    Le monde végétal se plie à cette exigence,

                    L’espérance s’habille de nouvelles couleurs,

                    L’automne,comme ses soeurs-saisons,oeuvre pour notre intime bonheur.



Le travailleur de vérité

                    A chacun la liberté de construire sa réalité,

                    D’oeuvrer pour son intime vérité,

                    N‘est courageux que celui qui travaille pour l’oeuvre de son coeur,

                    Se sait-il l’artiste d’un bonheur hors de toute contrainte,

                    Ne sera-t-il l’esclave d’un inutile et impitoyable labeur,

                    Pourtant Dieu que sa fortune grandit,

                    Est-il riche d’un amour en constante élévation,

                    Heureux est-t-il lui le travailleur de vérité,

                    Si sincère,si humble,

                    Aura-t-il mérité une douce et sereine retraite en ce pays baigné d’une divine lumière,

                    En sa conscience la mort même n’est une peur,

                    De cet être telle est sa réalité,

                    Telle est sa liberté de vivre en toute vérité.



Le plus puissant des vivants

                     Le plus puissant des vivants doit faire œuvre d’humilité,

                     Témoigner la plus vivace sincérité,

                     Sa destinée impose à son être le feu des pouvoirs,

                     Evalue cette autre force,

                     N’est-elle que volonté de sa conscience,

                     En vérité la puissance de son cœur,son éminence,

                     Plus que tout autre a-t-il ce devoir,

                     Etre le guide,le précieux visionnaire,le prophète de l’espérance,

                     A ses semblables doit-il rendre tous les possibles à leur quête du bonheur,

                     Combattre les peurs sur le chemin de leurs jours,

                     Offrir tous les accès à l’essentielle connaissance,

                     Le plus puissant des vivants ne doit trahir le vœu éternel de son amour.



Croire est folie

                     Croire est folie,

                     Faut-il ressentir,

                     Faut-il voir,

                     Faut-il entendre,

                     Faut-il comprendre,

                     Faut-il partager,s’abreuver de vérité,

                     Faut-il faire oeuvre de compassion,

                     En vérité faut-il pardonner,

                     Offrir à son apparence toute humilité,

                     S’emplir alors de sincérité,

                     Retrouver simplement sa divinité,

                     Exulter enfin en ces jours tout le magnifique,

                     Tout l’éternel de notre amour.



La tristesse n’est que de passage

                     La tristesse n’est que de passage,

                     Quand la joie,en notre coeur,est un membre permanent,

                     L’agent actif en notre conscience,

                     Puissions-nous la laisser libre d’exercer tous ses talents,

                     La tristesse rôde à loisir près de ses dons,près de ses plaisirs,

                     Préservons notre joie de sa folle influence,

                     Armons-nous de toute volonté pour chasser à jamais la tristesse de notre coeur,

                     Vivons déjà en ces jours notre éternel bonheur,

                     Tout l’incroyable,tout le divin de notre amour.



Près du lac majestueux

                     Près du lac majestueux s’élèvent nos pensées,

                     Il nous faut nous pauser et libérer un instant notre âme vers sa vérité,

                     Vivons cet état de sérénité tel un don de l’existence pour l’oeuvre de notre conscience,

                     Pour notre regard s’offrent toutes les nuances des couleurs,

                     Nos sens s’éveillent et nous proposent tous les possibles du bonheur,

                     Près du lac majestueux une parenthèse d’éternité,

                     Une bouffée d’allégresse pour la plus grande joie de notre intime sagesse.



La trace laissée par le grand être

                     La trace laissée par le grand être,la grande âme,

                     Des siècles passeront qu’elle sera encore visible,

                     Nombre suivront toujours sa direction,

                     Seront-ils  sur le chemin de l’espérance,

                     Vers la paix pour leur conscience,

                     Pas après pas s’effaceront leurs doutes,

                     S’oublieront leurs regrets,

                     Lentement mais si sûrement seront-ils conduits vers l’évidence,

                     Vers la divinité de leur destinée,

                     Fortune d’un temps bien au-delà de ces jours,

                     Quand leur coeur témoignera sa précieuse vérité,

                     L’éminente valeur de son amour,

                     Bienheureux seront ces êtres qui ont un jour suivi la trace laissée par le grand être,

                     A leur tour pourront-ils devenir ces grandes âmes,

                     Ces guides précieux pour tous leurs semblables.



L’enfant X

                     Toi l’être sans lien de sang,

                     Toi porteur d’un corps que deux autres voudraient mort,

                     Pourtant tu es amour,ton ascendance est divine,

                     Le prouveras-tu en ces jours,

                     Diras-tu tout ton légitime,

                     L’espérance a tant besoin d’exigence,

                     Toi le mal-né clameras-tu ta vérité,

                     Ton honneur en ton bonheur,

                     Tu aimeras bien plus fort,bien mieux encore,

                     Ton intime vérité conjurera le mauvais sort,

                     Te sauras-tu enfant de l’éternité.



Les couples éternels

                     Mais pour chacun,en ces jours,le mariage,

                     L’association des âmes qui se reconnaissent,

                     Ainsi s’assemblent les sujets de la spirituelle fraternité,

                     Issus d’une identique vérité,

                     Voués ensemble à s’élever toujours plus haut vers les cieux de sérénité,

                     Pour ces bienheureux binômes les voies sans peine de l’espérance,

                     Leurs pensées ne sont que certitudes et bienfaisante confiance,

                     Heureux ces couples si humbles,si sincères,

                     En toute l’expression,le partage d’un amour maintenant reconnu éternel.



12

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie