Les ailes du coeur

                     Qui ouvre si grand les ailes de son cœur s’envole sans peur vers l’horizon de son parfait bonheur,

                     Si plaisant sera son voyage au dessus des terres de ces jours,

                     Nulle tempête des doutes ne contraindra son parcours au long cours,

                     Chacun de ses repos sera instant de plénitude,

                     Plages d’allégresse qui nourriront sa sagesse,

                     Quand mille couleurs digérées en ses pensées,

                     Repartira-t-il vers le sublime de sa destinée,

                     Quand sans ailes enfin,son cœur sera ange de vérité en son éternité.



Instants pausés

                     Faut-il courir pour apprécier la vie,

                     Faut-il toujours presser le pas pour s’accorder le plaisir,

                     Passe plus vite le temps mais qu’en retiennent nos pensées,

                     Que se repose notre corps notre âme saura le remercier,

                     Que vers ces heures sagement comptées les mots de l’espérance s’avancent,

                     Qu’ils présentent leur éminence,qu’ils conseillent notre conscience,

                     Qu’ils éloignent les inutiles soucis,

                     Eux chantres des regrets,complices des doutes,

                     Oui en ces instants pausés que se révèle à notre être son intime vérité.



A l’heure du défi

                     A l’heure du défi se révèle l’être à l’urgence de sa conscience,

                     A l’appel de son ignorance reçoit-il les réponses de l’espérance,

                     Grandit pour lui en ce présent l’arbre de son éternité,

                     Que soit grande sa croissance en ces jours,

                     En va-t-il de la vérité de son amour,

                     A l’heure du défi se révèle l’être à la divinité de son originelle naissance,

                     Prouvera-t-il la grandeur,l’éminente valeur de son âme,

                     Sera-t-il le guide,l’esprit prophète de nombre de ses semblables,

                     Changera-t-il le cours de l’histoire,lui l’être à la précieuse influence,

                     Lui si noble car éveilleur d’un bonheur pour chacun ancré en son cœur.



Il y a un siècle de cela

                     Il y a un siècle de cela,

                     C’était hier,c’était nos pères,nos frères,

                     Au royaume de l’ignorance ont-ils rencontré que la souffrance,

                     Quelle puissante et incroyable volonté leur fallait-il témoigner pour n’oublier l’espérance,

                     Pour ne s’offrir à l’oubli de la folie,

                     Ou quelle intime résistance en ces cœurs d’abord voués au bonheur,

                     Tous furent héros,tous méritent notre mémoire,

                     De l’insouciant au plus vaillant,

                     Du déserteur au chantre de l’ultime honneur,

                     Tous ont accordé leurs plus sincères pensées à leur amour,

                     A leur mère,à leur sœur,à leur progéniture,à leur vie pour toujours,

                     Il y a un siècle de cela,ils étaient la vie comme nous aujourd’hui.



La différence

                     La différence ou la beauté de l’existence,

                     Il n’est plus grande ignorance que de se refuser à la différence,

                     Qui chante la vie entend la musique des couleurs,

                     La divine mélodie du bonheur,

                     Nul ostracisme dans le cœur de l’altruiste,

                     Du disciple de la vérité qui révèle son amour à la lumière de ses jours,

                     Qui l’élève à son parfait par les voies sacrées de la différence.



Que ne cesse notre persévérance

                    Que ne cesse notre persévérance,

                    L’évidence attend notre conscience,

                    Semons encore les champs de notre existence,

                    Riches seront les récoltes de notre espérance,

                    Au diable les peurs,à l’oubli les doutes,

                    Soyons les disciples du maître amour,

                    Quérons sa sagesse,s’empliront nos êtres d’une inédite allégresse,

                    D’une sérénité garante d’une puissante envie de vivre,

                    D’un puissant désir d’aimer,

                    Saurons-nous sa vérité bien au-delà de ces jours,

                    Saurons-nous qu’en toute simplicité,à son image,nous sommes amour.



En nous

                     En nous quelle grandeur,quelle splendeur,

                     Quel infini,quelle divinité qui ne se dit,

                     Quelle espérance qui n’attend que notre évidence,

                     Quel bonheur que ne saisissent nos sens,

                     Si ce n’est celui de notre cœur,

                     En nous ces couleurs,

                     Cette lumière au grand jamais aveuglante,

                     Autour de nous la vérité d’une apparence,

                     Mais en nous toute l’éminence d’une conscience.



Le mot

                     Le mot et son sens,

                     Le mot et sa vérité,

                     Le mot et notre conscience,

                     Le mot et notre humilité,

                     Le mot est une vibration,

                     A son seul son se troublent nos sens,

                     Le mot est outil pour nos émotions,

                     Qu’il n’en soit le maître,

                     Qu’il soit digne de notre noblesse,

                     Qu’il ait cette attitude témoin de notre intime sagesse,

                     Qu’il ne soit en la voix de notre insolence,

                     D’une inutile violence,

                     Que le mot dise,que le mot clame,qu’il poétise notre joie,

                     Notre amour qui ne veut que resplendir en ces jours.



Devant le spectacle

                     Devant le spectacle se complaît en chacun son imaginaire,

                     S’évadent les pensées,quittent-elles ce seul intérêt terre à terre,

                     Le spectacle,enfant des arts,se joue des évidences,

                     Son auteur chantre de l’espérance,

                     Par son talent en partage,se libérait d’une folle souffrance,

                     Pour ce temps fait-il chanter les mots,danser les sons,

                     Offre-t-il l’allégorie par mille images ou nombre de formes,

                     Le spectacle pour chacun ouvre les portes d’une vérité qui autrement ne sait s’exprimer,

                     De l’amour le spectacle en dessine les contours,

                     Modèle son corps  tout en chair de réjouissance,

                     Qui n’aspire qu’à la pure jouissance des sens,

                     Qu’à l’allégresse d’une sagesse enfin vêtue de plénitude,

                     Le spectacle dévoile pour notre conscience tout le bonheur d’une divinité quasi retrouvée,

                     Pour peu de libérer tous les possibles,tous les sincères d’un cœur voué au plus grand honneur,

                     Verra-t-elle son nom gravé dans le marbre de l’éternité.



Qui oserait définir l’amour

                     Qui oserait définir l’amour,

                     Faut-il retrouver trace de sa première naissance,

                     Faut-il être si pur en sa conscience,

                     Savoir son divin et l’exprimer si bien,

                     Le témoigner en vive sincérité,en réelle humilité,

                     Le laisser transparaître par tous les sens de son apparence,

                     L’amour exact ou si véritable est éternelle jouissance,

                     Qui oserait définir l’amour,

                     Serait-il,cet insolent,son témoin éminent en ces jours,

                     L’être choisi au sein des vivants pour les guider,les élever vers leur sacré,

                     Leur providentielle destinée.



Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie