A notre Pâque,à notre glorieux passage

                     L’être si sûr de posséder la vie pour toujours ne craint la mort,

                     Dévoile-t-il son amour au sein de ses jours,

                     Si-tôt pensé,si-tôt témoigné,

                     Au diable si-tôt les regrets,

                     En vrai cet être sans cesse ressuscite l’élégance d’une entière espérance,

                     Enfant d’une libre et heureuse conscience,

                     Cet être a le souvenir de sa Pâque,

                     Glorieux passage quand toute une divine vérité fut révélée en son cœur,

                     Eternel est son intime bonheur,

                     Oui pour cet être si sûr de posséder la vie pour toujours,

                     Maître d’un amour au-delà de toute mort.



Il faut vivre

                     Il faut vivre,

                     Perdurer le plaisir,ne tarir les envies,

                     Il faut chasser les doutes,

                     S’en remettre aux conseils de l’amour pour guider nos jours,

                     Que cette destinée soit fleur aux tendres couleurs en notre éternité,

                     Il faut vivre mais il n’est si fou d’accorder notre pardon aux auteurs de notre souffrance,

                     Prisonniers à perpétuité de la geôle des regrets,

                     Combien se portent mal leurs consciences en mal d’évidence,

                     N’ont-ils voulu entendre l’espérance,

                     Pour de longues vies ont-ils perdu leur intime confiance,

                     Il leur faudra vivre pour nourrir ce cœur en mal de bonheur,

                     Pour nous alors dès ce présent,sans peur aucune,il faut vivre,il faut aimer,

                     En va-t-il de notre retour tout en félicité vers notre divinité,

                     Il faut vivre.



Quand cessera le règne de la violence

                     Quand cessera le règne de la violence,

                     Quand s’éveilleront à leur vérité les consciences,

                     Quand enfin le message de l’espérance sera révélé,

                     Traduit pour exprimer toute sa divinité,

                     Heureux seront les êtres libres enfin de toutes ces ancestrales tendances,

                     Velléités de dominer,de soumettre par tant de faux paraîtres,

                     De retarder encore l’œuvre accomplie de l’amour en ces jours,

                     Quand cessera le règne de la violence s’ouvriront les portes éternelles sur ce monde des saisons,

                     Du temps compté mais si sûr alors de ne plus être oublié.



Le printemps revient

                     Le printemps revient,

                     Annonce la résurrection du végétal,

                     Que s’émerveille minéral,animal et nous autres les semblables,

                     Les êtres en mal d’espérance,

                     Voyez ce printemps ne trahir sa promesse d’un autre an,

                     Est passé l’été et sa jouissance,

                     L’automne et son apaisement,

                     L’hiver et son repos,

                     Mais a grandi en chacune de ces nobles saisons l’esprit du doute,

                     Quand la lumière se fait moindre,

                     S’affaiblit aussi l’éclat du bonheur jusqu’à s’éteindre en cette nuit des peurs,

                     Le printemps revient,

                     Puisse-t-il inspirer en nos cœurs la mélodie du plus plaisant refrain,

                     Que notre âme retrouve enfin son divin entrain,

                     La permanence en sa conscience d’un éternel printemps.



Ce qui est uni en ces jours

                     Ce qui est uni en ces jours le sera toujours,

                     Ce qu’a semé la passion en la terre de cette réalité connaîtra la moisson de son éternité,

                     Vaste récolte de joie quand si sincère fut l’humble labeur,

                     Quand fit-il fi des doutes de toute une souffrance,

                     Taisons les regrets saurons-nous notre vérité,

                     Cette existence est une chance pour notre conscience,

                     Dès ce temps soyons à l’œuvre de notre bonheur,

                     Unissons en ces jours ce que désire notre amour,

                     Ce qu’exige la volonté de notre divinité.



Heureux visages

                     Combien d’heureux visages,

                     Combien d’êtres point avares de leur sourire,

                     Dieu qu’ils donnent,

                     Qu’ils offrent,pour notre rencontre,fort plaisir,

                     Quelle sincérité alors en leur cœur,

                     Jouissent-ils d’un vrai bonheur,

                     Sont-ils épargnés de toute souffrance,

                     Qu’importe alors ils sourient,

                     Ils s’accordent le plaisir de vivre,

                     Ils saluent notre présence,

                     Rendons sans faillir ce sourire,

                     Lui l’habit incroyable qui crée l’élégance sur toute apparence.



J’irai,nous irons

                     J’irai,nous irons,

                     Nul ne peut contraindre le choix de sa destinée,

                     Chacun est à l’œuvre de son amour,

                     Voici pour lui les outils de ses jours,

                     J’irai,nous irons par les voies décidées par notre intime volonté,

                     Sait-elle notre éternité,

                     Sait-elle les besoins d’un cœur pour son plus grand bonheur,

                     Sait-elle tant d’exigences,

                     Tant de certitudes,tant de courage vers l’espérance,

                     Viendra la fin du chemin,

                     J’irai,nous irons à la rencontre de notre ultime vérité en toute divinité exprimée.



Le coupable silence de l’homme de Dieu

                     Homme de Dieu où est ta foi,que sont tes certitudes,

                     Quand l’envie de ton corps n’offre que souffrance à cette autre âme,

                     Tu négliges ta vérité,tu trahis ta propre divinité,

                     Ce lieu commun de tout être,de chacun de tes semblables,

                     Eux comme toi à l’œuvre de leur amour,

                     Ainsi le bénéfice de tous leurs jours,

                     Comprends-tu cette évidence toi le guide sur le chemin de l’espérance,

                     Mais tu n’es plus digne de cette excellence,

                     Homme de Dieu peux-tu recevoir le mérite d’un seul pardon,

                     Ton éternité regrettera ton silence.



Chemin de vie partagé

                     L’amour a ses certitudes que seule la destinée connaît,

                     Chemin de vie partagé,l’éternité ainsi en avait décidé,

                     Ces jours seraient aussi ceux de l’humble ami,

                     De l’amant tant désiré,de l’âme sœur toute en sincérité,

                     Mais aussi ceux de l’animal chéri pour la pureté de son innocence,

                     Par eux,avec eux notre amour savait qu’il grandirait,

                     Suivrait sans faillir les voies de l’espérance,

                     Ne trahissons nos bienheureux nôtres,

                     Sommes-nous aussi l’ami,l’amant ou l’âme sœur,

                     Aux côtés du cher animal soyons si dignes de la confiance octroyée par notre destinée.



Le miroir des jours

                     En ce miroir des jours se mire notre amour,

                     En ce tableau de cette réalité se pose notre vérité,

                     Sommes-nous divins,soyons alors si sereins,

                     Nul défaut n’apparaîtra sur cette apparence,

                     Qui sait cela s’offre la beauté d’une profonde humilité,

                     Les couleurs d’un concret bonheur feront le fond de ce support des purs reflets,

                     En ce miroir des jours voyons le sourire sur le visage de notre être,

                     Toute la richesse d’une réelle allégresse révélée par ce noble paraître.



12

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie