L’effort est toujours utile

                     L’effort est toujours utile,

                     En lui se repoussent nos limites,

                     S’extasie notre volonté,

                     Se découvrent nos dons endormis,

                     Abandonnés par notre ancestrale mémoire,

                     Près d’autres vies assoupis,

                     L’effort nourrit l’expérience,

                     Conseille cette conscience en mal d’espérance,

                     L’effort est toujours utile quand il n’est seulement que seul devoir,

                     Mais l’expression de tout un savoir,

                     Plus effort alors,que plénitude et allégresse,

                     Quand se nomme-t-il sagesse.



A tout être de cette existence alors en souffrance

                     Qui offre compassion à tout être de cette existence alors en souffrance,

                     Est une âme en toute l’expression de son amour,

                     Ainsi son émotion,ainsi son cœur en pleurs pour cet impossible bonheur,

                     Majesté végétale sacrifiée,innocence animale maltraitée,

                     Son semblable en mal d’espérance,

                     Condamnera-t-elle l’indifférence,

                     Dira-t-elle son espérance,offrira-t-elle son sourire,

                     Témoignera-t-elle sa noblesse spirituelle,

                     Ses sincères et humbles pensées sont déjà d’un secours que saura lui révéler son intime vérité.



Le messager musical

                     Le messager musical a rejoint son éternité,

                     A ceux qui ne l’ont remarqué,à ceux qui l’ont oublié,

                     Que s’ajoute à leur évidence toute sa science,

                     Tout son génie au service de notre connaissance,

                     Le messager musical offrait ses notes à l’œuvre de l’existence,

                     Subtil est son art du mélange des genres,

                     Que ne perdure la différence,il nous faut comprendre,

                     Il nous faut accepter le poids de nos jours,

                     Ne sont-ils que juste labeur pour l’accompli de notre amour,

                     Ainsi l’originalité,le plaisir partagé,l’inaccessible humilité,

                     L’éminente sincérité du messager musical,

                     Maintenant près du divin Roi,lui Son précieux prince.



Les deux unis

                     L’amour ou ces opposés à jamais liés,

                     L’un toujours en fuite reviendra au terme de ses aventures,

                     Quand l’autre toutes illusions abandonnées l’accueillera en ce confort de son pardon,

                     Les deux toutes certitudes retrouvées se reconnaîtront âmes sœurs,

                     Loin du seul désir du sexe de cette existence,

                     Sauront-elles l’évidence d’une pure jouissance en leur conscience,

                     La réalité d’une commune éternité,

                     Les deux unis témoigneront le Un divin,

                     Leur amour accompli et revenu près de la source de sa naissance.



Narcisse est roi

                     En ce bon et beau présent il faut se plaire et plaire,

                     Narcisse est roi en ces modernes temps des faux sentiments,

                     L’ostracisme est à son comble pour qui n’est disciple du dieu mode,

                     Quelle importance d’être vêtu de l’exacte élégance,

                     Dieu que je préfère l’habit du cœur qui toujours rend plaisante toute apparence,

                     Qui fournit ample bonheur à cet être humble,

                     En vrai doué d’un esprit des plus sincères.



En l’éternité de nos souvenirs

                     En l’éternité de nos souvenirs toujours vient à nous l’être de notre amour,

                     Se présente à notre volonté la douce apparence,

                     L’évidence amie de notre conscience,

                     L’âme sœur qui rejoint le chemin de notre espérance,

                     Les heureux associés d’une plaisante réalité,

                     Les amants de tous les temps,

                     En l’éternité de nos souvenirs le un se fait deux,

                     Tôt le deux se fait un,

                     L’amour rassemble les êtres en son unique et divin ensemble.



L’arbre en fleurs

                     L’arbre en fleurs ou cet être végétal qui révèle les couleurs de son bonheur,

                     Sorti d’un repos qui se voulait torpeur,

                     L’espérance a réveillé son cœur,

                     Son corps plus de bois mais réceptacle de toute chaleur,

                     Créateur de fleurs et de feuilles,

                     Témoin évident d’une éternelle régénérescence,

                     Trait d’union entre une terre et son ciel,

                     L’arbre en fleurs n’a les doutes de ses humains congénères,

                     Quand nulle ombre ne s’oppose à la grandeur d’une ramure,

                     L’arbre en fleurs s’offre en toute splendeur aux jours de cette si belle aventure.



Les mystères de noble Terre

                     Viennent à nous les mystères,

                     Les énigmes d’une si vieille Terre,

                     Réceptacle d’ancestrales mémoires en mal d’évidences,

                     Réalité offrant ses jours à notre amour,

                     Soyons si dignes de son hospitalité,

                     D’un accueil qui ne serait être notre écueil,

                     Est-elle mer avec nombre de soubresauts,

                     Oui mais mère de nos corps bientôt héros,

                     Vainqueurs des doutes et des peurs,

                     Créateurs sur les chemins de leur destin d’un éternel bonheur,

                     Car nos corps de prime abord âmes,

                     Viennent sur noble Terre se nourrir de ses précieux mystères,

                     De ses énigmes qu’elles sauront dire si divines.



L’apaiseur de souffrance

                     L’apaiseur de souffrance ne ternit sa conscience,

                     Ne renie sa vocation,

                     Il suit sans faillir le chemin de son destin,

                     Il a le remède de l’espérance,

                     Ses mains ont le toucher des certitudes,

                     Grande est sa science,

                     Humble connaissance tout au service de l’œuvre de vie,

                     Est-il porteur d’un amour qui ne dit son nom,

                     Lui l’apaiseur de souffrance en ce royaume des jours.



L’être sans amour

                     L’être sans amour demeure en l’hiver de sa vérité,

                     En l’inconnu de son lendemain,

                     Nulle clairvoyance en ce cœur sans bonheur,

                     Sur son chemin de vie lourd est son pas sous ses habits de peur,

                     Sans expression est ce visage qui n’élève son regard vers les cieux de son éternité,

                     Qu’il pardonne déjà cet être sans amour,

                     Qu’il partage ou qu’il rende ce sourire,

                     Aimera-t-il vivre,

                     Sera-t-il en toute conscience des couleurs d’une nouvelle saison,

                     Dévoilera-t-il sa sincérité,son humilité près des fleurs de l’espérance,

                     Douces choses témoins d’une lumière revenue sur ce monde libéré des ombres,

                     Taira-t-il enfin tous ces doutes,

                     Saura-t-il ses jours à l’œuvre de son amour.



12

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie