L’ami du silence

                     Qui se fait l’ami du silence ne craint la solitude,

                     Ouvre-t-il cet autre sens qui n’est de ces jours,

                     Qui n’appartient à ce corps mais connaît le besoin de notre amour,

                     Pour lui est-il en perpétuelle mission,

                     A la recherche permanente d’évidences pour son éternelle conscience,

                     Au sein du silence dévoile-t-il la richesse de sa quête,

                     Rend-il profonde allégresse par les pensées d’une féconde sagesse,

                     Grand bonheur anime alors l’ami du silence,

                     Dieu aime-t-il cet instant de solitude,

                     Seul en apparence mais en si nombreuses compagnies en son plus intime,

                     Si précieux est ce sens en vrai témoin de notre origine juste divine.



Les enfants de la vie

                     Sommes-nous tous les enfants de la vie,

                     Les imprudents garnements qui font fi de l’autorité ascendante,

                     Qui en toute innocence oublient les conseils d’une mère,d’un père,

                     Eux le couple perpétuel,

                     De leur divinité sommes-nous les initiés,

                     Que le nombre de nos jours nous accorde cette évidence,

                     Quitterons-nous cette enfance sans peur,en l’absence de tout doute,

                     Retrouverons-nous dès ce temps l’amour inconditionnel car si pur et sans fin,

                     Nous les enfants de l’éternité.



L’être libre ne cherche fortune

                     Ainsi l’être libre ne cherche fortune,

                     A quoi bon le plein de pognon quand on connaît la valeur de son pardon,

                     Quand son cœur déclame les mots nobles de leur racine divine,

                     Cet être connaît sa richesse,

                     Lui cupide qu’en sagesse vit forte et humble allégresse,

                     Jouit de tant de certitudes en sa luxueuse plénitude,

                     Ainsi l’être libre dévoile la fortune de son amour en ses jours,

                     L’ample félicité de son éternelle vérité.



L’éternité de tes souvenirs

                     Ta mémoire s’évade de ce temps compté,

                     Elle précède ton vrai départ vers cet ailleurs,

                     Vers ton éternel bonheur,

                     Es-tu déjà de ton enfance,des premiers pas sur le chemin de l’espérance,

                     Quand tu souriais sans doute et sans peur,

                     Quand tu aimais de tout ton cœur,

                     Quand ton innocence exultait tout le vrai de ta conscience,

                     Tu retrouves ce passé toi qui n’es plus de ce présent,

                     Si grande sera ta joie quand les images de toutes tes saisons auront retrouvé ta raison,

                     L’éternité de tes souvenirs.



Que s’élèvent nos êtres

                     Que s’élèvent nos êtres,qu’ils voient ce monde en hauteur,

                     Si grande sera leur joie au-dessus des couleurs,

                     En vrai retrouveront-ils leur originel bonheur,

                     Celui du temps qui ignore les jours,

                     De leur amour en toute son évidence,en toute sa divinité,

                     En tous ses secrets alors dévoilés,

                     Que s’élèvent nos êtres hors de cet unique paraître,

                     Qu’ils libèrent leurs consciences en mal d’espérance,

                     Tôt rencontreront-elles l’éminente,l’essentielle connaissance.



Ce chemin est le tien

                     N’aie de regrets,n’aie de doutes,ce chemin est le tien,

                     Il est la voie choisie par ta vérité,

                     Admets cette évidence,rencontreras-tu l’espérance,

                     Sois toi,rien que toi,

                     Que passent les erreurs,déjà le passé les rend à l’oubli,

                     Fais fi de toute peur et souris,

                     A chacun sa conscience,à chacun son bonheur,

                     Notre amour l’exige,il nous faut vivre,

                     Offrons-nous ces jours,soyons libres.



En sa jeunesse comme en sa vieillesse

                     Faut-il vivre la vieillesse pour enfin comprendre la patience,

                     Pour,sans doute en conscience,accorder l’indulgence,

                     Pour vivre en toute sérénité une pure sagesse,

                     Ou s’offrir pour un dernier présent une véritable allégresse,

                     Il ne faut attendre la vieillesse pour comprendre notre éternelle jeunesse,

                     Combien de jours pour évaluer notre amour,

                     Tant ou peu,serons-nous surpris par les réponses accordées par la divine vérité,

                     A chacun,à tout instant,la volonté d’aimer en sa jeunesse comme en sa vieillesse.



Le jardin de mon amour

                     J’apporte l’engrais de ma sincérité,de mon humilité au rosier de ma vérité,

                     J’offre le labeur de mon cœur à la terre de mon bonheur,

                     Est-ce mon devoir,est-ce mon exigence,

                     Est-ce le vœu de mon espérance,

                     Nul autre ne saura mon besoin,

                     De ma conscience seront les couleurs de ce jardin,

                     Les images en préambule de mon intime paradis,

                     De mon amour tous ses atours en ces jours.



L’ami de la vie

                     Qui préserve l’innocence animale,

                     Cet être qui,en ce printemps,construit le confort de sa descendance,

                     Cet ami de la vie oui connaît la vérité de sa conscience,

                     A l’oeuvre de l’existence,en son plus petit comme en son plus grand,

                     Devons-nous faire une profonde révérence,

                     Cet ensemble forme la réalité hôte de notre amour,

                     Accordons profond respect à toute forme de ces jours,

                     Soyons les amis de la vie,

                     En toute l’expression divine de notre conscience,

                     En toute la connaissance de notre vérité.



A l’enfance meurtrie,prisonnière de la maladie

                     A l’enfance meurtrie,prisonnière de la maladie,

                     Je veux dire l’espérance,

                     Je veux rendre le sourire,

                     Le plaisir en sa conscience,

                     Pourquoi ces jours de souffrance,

                     Pourquoi cet affront à son innocence,

                     A sa mère,à son père je dirai pourtant l’éternité de son amour,

                     Malgré cette enfance meurtrie,prisonnière de la maladie,

                     Elle connaîtra la liberté de sa divinité.



12

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie