Reconnais ton privilège

                     Reconnais ton privilège sauras-tu ton bonheur,

                     Ta chance est de vivre,ton pouvoir est d’aimer,

                     Vois ton plaisir,rejoins ton savoir,

                     Point de fausses luttes en cet empire des ignorances,

                     Point d’inutiles combats en ce royaume des seules apparences,

                     Honore ton acquis,

                     L’esprit de ta lutte se doit de vouloir vaincre tes seules peurs,

                     Réduire la somme de tes seuls doutes,

                     Reconnais ton privilège,toi l’élu de la vie,

                     Toi le membre éternel de l’amour.



L’enfant si peu ordinaire

                     Te souviens-tu de l’enfant si peu ordinaire,

                     Tu vois,je crois qu’il savait le temps tout à son affaire,

                     Comprenait-il le sens de son existence sur cette Terre,

                     La richesse d’un savoir,héritage d’un passé qu’ignorait encore son innocence,

                     Mais que sa folie en témoignait déjà tout le magistral,

                     Si vive était cette espérance en sa conscience,

                     Ancestrale connaissance déjà évidence au coeur de ses sens,

                     Cet enfant,tu sais,est aujourd’hui le héros de ses jours,

                     Le témoin vivant de tous les possibles de notre intime amour,

                     Il chantait la vie,il la chante encore,

                     En son éternité il la chantera toujours.



Qui saura comprendre

                     Qui saura comprendre,traduire cette vérité en nous,

                     Que les mots sont incapables de révéler,

                     Faut-il saisir notre personne,

                     Dévoiler de notre être toute sa sincérité,

                     Son aspect le plus noble,

                     L’âme soeur ou cet ami des plus frères saura-t-il comprendre,

                     Traduire cette vérité en nous,

                     Offrir toute évidence à notre conscience,

                     Libérer en cet empire des espérances notre coeur d’amour.



Toi l’inconnu

                     A quoi penses-tu toi l’inconnu seul en cet instant de ton présent,

                     Où voyage ce regard qui ignore ma présence,

                     Quel bonheur ou quelle souffrance en ta conscience,

                     Quels doutes ou quelles peurs retiennent ton envie sur le chemin de ton existence,

                     Quelles certitudes te guident sans faillir sur la voie de l’espérance,

                     De toi,l’inconnu,je ne saurai tes évidences,

                     Moi ton semblable en quête d’absolu en ces jours,

                     De vérités révélées pour mon amour.



Vivre

                     Vivre ou se découvrir,

                     Exposer aux jours la réalité de notre amour,

                     Dévoiler à ce présent nos erreurs du passé,

                     Présenter nos peurs à notre nouvelle volonté,

                     Vivre ou se révéler,

                     Désir profond,immuable de retrouver sa divinité,

                     Vivre ou cette conscience que si utile est cette existence dans les pas de l’espérance,

                     Car ainsi est le désir,la vérité la plus absolue de notre éternité.



Suis-je si sûr de me connaître

                     Je veux connaître le monde mais suis-je si sûr de me connaître moi-même,

                     Pourquoi je vis,pourquoi je ris,pourquoi je pleure,

                     Dois-je comprendre que mes émotions traduisent l’état de mon âme,

                     Elle en mal de jours pour fortifier son amour,

                     Me connaître alors,ou retrouver en cette réalité l’identité de mon être en toute son éternité,

                     Il me faut vivre,il me faut aimer,

                     Faire preuve au sein de cette existence,auprès de mes semblables,

                     Du sens profond de mon pardon,de ma compassion.



Si belle est-elle

                     Si belle est-elle mais quelle tristesse en ce regard,

                     Est-ce cette intime sagesse alors abandonnée par l’espoir,

                     La beauté met à l’épreuve l’être en son intégrité,

                     La plaisante apparence ne doit ignorer sa spirituelle élégance,

                     Si beau ce corps pourtant peut-il intriguer,

                     Devenir que le support du parfait plaisir,

                     L’habit de l’être né pour jouir,

                     Mais en lui aussi tant de doutes,

                     De peurs geôlières d’un précieux bonheur,

                     Oui si belle est-elle,ma semblable,mon amie en ces jours,

                     En vrai ma soeur éternelle,

                     Elle,comme moi,comme nous,en quête d’évidences pour son amour,

                     Puisse enfin son regard témoigner cette intense joie,

                     Cette vérité retrouvée,

                     La beauté de son entière divinité.



A chaque être

                     A chaque être ses particularités,ses différences,

                     Est-il choisi par l’existence pour animer ses jours,

                     En ce temps compté chaque être présente son amour,

                     Tout l’acquis de sa conscience mais aussi ses doutes et peurs,

                     Chaque être connaît son éternel bonheur,

                     Pour autant a-t-il oublié sa divine origine,

                     A chaque être tout l’utile de cette vie,

                     Au gré des évidences,

                     Des choix offerts par l’espérance retrouvera-t-il en partie sa mémoire,

                     En vérité bien plus il aimera.



Le disciple de la vie

                     A l’être si conscient d’être le disciple de la vie,

                     Dont l’esprit entend et comprend les paroles de l’amour,

                     Ainsi la félicité en son coeur,

                     La source de tout son bonheur,

                     A cet être nulle religion,nulle appartenance identitaire,

                     Si ce n’est cette conscience d’être un parmi ses frères,

                     Est-il en ces jours en quête d’harmonie,

                     En quête de certitudes pour son éternité,

                     Son seul maître est maîtresse,elle se nomme espérance,

                     En ses divins pas suit-il le chemin de sagesse qui le mènera vers son originelle vérité.



L’artiste du sourire

                     Aux êtres en souffrance il est le conteur d’histoires,

                     Le porteur d’espoir,

                     L’artiste du sourire,le créateur de plaisirs,

                     L’ange qui ne quittera leurs souvenirs,

                     L’ami des jours pour prendre soin de leur amour,

                     Aux êtres en souffrance il est le frère d’âmes qui éloigne les pleurs,

                     Lui sans peur en son coeur,

                     Aux êtres en souffrance il fait don de son éternelle joie à leur conscience.



12

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie