Que grandisse ton espérance

                     Que grandisse ton espérance,

                     Perdurera ton sourire,

                     Nulle souffrance n’entachera ton plaisir de vivre,

                     Tu auras vécu,tu auras retenu mille souvenirs,

                     Tu auras compris que la mort même n’est la fin de l’existence,

                     Mais la preuve,l’éminente évidence du perpétuel de ton amour,

                     Tes jours,alors,à son oeuvre,à l’ouvrage de sa divinité retrouvée,

                     Que grandisse ton espérance,

                     Tu es vie,tu es amour pour toujours.



Nulle distance trop lointaine

                     Nulle distance trop lointaine pour qui voyage sur les voies de l’espérance,

                     Qui parcourt le chemin des jours guidé par son amour,

                     Résolu à sa joie,nourrit de mille couleurs ce coeur qui rejoint son originel bonheur,

                     Ainsi voyage sa conscience en cette terre de l’existence,

                     En cette réalité toute prête à nourrir sa sincérité,

                     A combler son humilité,

                     Puisse notre être retenir en ses souvenirs tant de plaisirs,

                     Assembler tant de plaisants instants pour son perpétuel présent,

                     Dieu que ce voyage aura formé son éternelle jeunesse.



Vois ce beau

                     Vois ce beau,cette élégance,

                     Cette humble prestance,

                     Entends ces sincères mots,

                     Ce regard qui ne peut mentir,

                     Comprends que tout mensonge,toute trahison nuirait à cette beauté,

                     Brillance d’une âme en cette magnificence,

                     Es-tu si sûr que je parle d’une apparence,

                     Plutôt de cet être en son plaisir de vivre,en sa capacité d’aimer,

                     En tout le sublime de sa vérité toute exprimée.



Nos pensées libérées

                     Quand nos pensées libérées s’élèvent vers notre vérité,

                     Quelle allégresse en notre être,

                     Quelle pure sagesse envahit tout notre paraître,

                     Notre éternité se confond avec notre réalité,

                     L’oubli des choses seules de ce temps nous rapproche d’un essentiel tout bonnement perpétuel,

                     Que dansent,que chantent nos pensées libérées,

                     Savent-elles la divinité de notre destinée,

                     La fin du parcours de nos jours lors du parfait de notre amour.



Tant d’objets

                     Tant d’objets,

                     Tant de traces de notre passé,

                     Tant de jalons pour notre être sur son retour,

                     Pour le pourquoi de ses jours,

                     Que rendra-t-il à son amour,

                     Tant d’objets pour nous guider,

                     Pour éveiller nos souvenirs,

                     Que saurons-nous retenir,

                     Qu’offrirons à notre évidence tous ces plaisirs,

                     De nos souffrances qu’en dévoilera notre conscience,

                     Tant d’objets pour l’oeuvre de notre mémoire,

                     Pour notre éternité tout le sens de cette réalité.



Vivons et recevons

                     Vivons et recevons,

                     L’existence peut être richesse pour notre sagesse,

                     Pouvons-nous être violence ou insolence,

                     Tôt alors affronterons-nous la souffrance,

                     Saurons-nous les doutes et regrets,

                     Comprendrons-nous nos erreurs,

                     En vrai toutes nos peurs,

                     Recevrons-nous le pardon,

                     Tant de bras tendus pour nous tirer de l’abandon,

                     Vivons et recevons,

                     Chaque jour est un don pour notre amour.

 



Notre passé nous fait prisonniers

                     Notre passé nous fait prisonniers,

                     De notre vérité retrouvons sa liberté,

                     Rendons notre présent à toute notre volonté,

                     Brisons les chaînes de cette folle peur,

                     Que s’émancipent enfin nos précieux dons,

                     Qu’ils soient les artistes de notre bonheur,

                     Les témoins divins de tout notre pardon,

                     De tous les temps venants que soient si utiles leurs jours,

                     Qu’ils présentent à notre éternité l’aspect premier retrouvé de notre amour.



A la rencontre des comédiens

                     A la rencontre des comédiens s’éveille notre intime évidence,

                     Comprend-elle que si fausse est l’apparence,

                     Derrière le jeu,aussi subtil soit-il,une âme s’exprime,

                     Un regard qui ne peut maquiller une vérité qui par lui se dévoile,

                     Que sortent mille mots par cette voix,

                     Que s’affichent mille expressions sur ce visage qui cache son âge,

                     Que dansent les couleurs de son habit,

                     Jamais pourtant le comédien ne peut travestir le contour de son amour,

                     Mieux encore,influence-t-il l’expression de tout son dramatique,

                     Ou d’une joie qui sait n’obéir à aucune loi.



Qui taira l’absence

                     Qui taira l’absence,

                     Elle si vivante en nos pensées mais résolue à voiler la joie de notre existence,

                     Qui taira l’absence en plein coeur de notre souffrance,

                     Qu’elle devine ce progrès vers le salut de l’espérance,

                     Qu’elle sache que ces jours laisseront place à l’éternité de notre amour,

                     L’absence alors revenue de toute son ignorance saura la vérité d’une divine réalité,

                     Les amants,les amis réunis tairont pour toujours les doutes et regrets de l’absence.



Le fruit du labeur de nos aînés

                     Contemplons le fruit du labeur de nos aînés,

                     Saurons-nous une part du pourquoi de cette réalité,

                     Pourquoi user nos corps si ce n’est pour nourrir notre intime évidence,

                     Nul hasard ne décrète notre naissance,nous les enfants de l’existence,

                     S’ajoutent les jours à l’expérience de notre amour,

                     S’additionnent les souvenirs pour notre éternelle mémoire,

                     Par le mérite de nos aïeux saisissons ces indices,

                     Traduisons ces langages,

                     Par ces pierres savamment posées déchiffrons les précieux messages,

                     Parlent tant ces formes,ces élévations vers les cieux de l’espérance,

                     Furent versés sur cette terre de nos pas sueur et sang pour les ans venants,

                     Ne soyons davantage en cette folle ignorance,

                     Suivons sans crainte le chemin de notre destin,

                     Soyons dignes de ces volontés passées,

                     Que divine saveur est le fruit du labeur de nos aînés.



12

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie