Sa vie est vôtre

                     Soyez heureux enfants de Dieu,Sa vie est vôtre,

                     Cette réalité n’est que l’exutoire de Son éternité,

                     Enfin serez-vous allégés de vos peurs,

                     Libres de vos regrets,

                     Par l’entremise de l’espérance si conscients de votre amour,

                     Le saurez-vous avide de ces jours,

                     Comprendrez-vous que vivre en ce temps compté vous rendra à l’évidence de votre vérité,

                     Soyez heureux enfants de Dieu,

                     A votre apogée serez-vous révélés à votre propre divinité.



Connais-tu ce passé

                     Connais-tu ce passé maître de tes regrets,

                     Créateur de tes doutes,

                     Ne le blâme davantage,il t’offre la connaissance,

                     En ce présent même t’enseigne-t-il par l’oeuvre de ses jours,

                     L’éternité te propose la science de l’existence,

                     Au terme de cette étude sauras-tu ta chance,

                     Percevras-tu ton origine juste divine,

                     Comprends ce passé,

                     Sois si humble alors en ce coeur tout de sincérité,

                     Si sincère en cet être tout d’humilité,

                     Sauras-tu ta vérité.



Salue les jours hôtes de ton amour

                     Salue les jours hôtes de ton amour,

                     Cette réalité toute au service de ton éternité,

                     Le temps entend ta conscience et te propose l’espérance,

                     Offre-lui patience et reconnaissance,

                     Que grandisse ton corps sans oubli de ton coeur,

                     Que nulle souffrance n’entrave la marche glorieuse de ton bonheur,

                     Que te soit si précieuse cette expérience,

                     Qu’elle te rende vive et précieuse évidence,

                     Qu’elle te dévoile la divine beauté de ton intime vérité.



Parle encore et toujours le menteur

                     Parle encore et toujours le menteur,

                     Depuis longtemps a-t-il perdu tout honneur,

                     L’espoir même de son intime bonheur,

                     Mais veut-il retrouver la gloire,

                     Le feu des projecteurs qui sauront indiquer sa fausse grandeur,

                     Se sait-il abandonné par sa propre vérité,

                     Qu’il devra affronter avec grande peur son éternité,

                     Mais le menteur n’a que faire d’une quelconque exigence,

                     A-t-il encore le souvenir d’avoir entendu sa conscience,

                     Qui sait voir au-delà de cette cynique apparence,

                     Devine une profonde peine révélée pourtant en ce regard,

                     Le temps passe et ne sait s’arrêter,il est déjà trop tard,

                     Cet amour est trahi,renié et bafoué,que rendra-t-il de ces jours,

                     Le menteur parle encore et toujours,

                     Malgré ce coeur qui pleure,

                     Qui pourtant,fort tôt,réclamera le retour de son honneur,

                     L’espoir même pour son intime bonheur.

 



Qui était cet être

                     Qui était cet être,ma mémoire ne veut l’oublier,

                     A ses côtés mon âme a retrouvé une part de sa vérité,

                     Mon coeur un bonheur qu’il disait inespéré,

                     Cet être,sans doute,connaissait tout de sa divinité,

                     A son contact toute forme de vie de nouveau resplendissait,

                     Sous ses doigts la souffrance taisait son ignorance,

                     Il défiait le temps,il témoignait un éternel présent,

                     A tous réclamait-il l’effort d’espérance,

                     L’éveil de chacun en sa conscience,

                     Affirmait-il les jours offrandes à notre amour,

                     Qui était cet être,mon frère,mon père,

                     Mon semblable,mon guide,mon ami des plus sincères,

                     Mais jamais,au grand jamais,mon maître.



Ces futiles,ces inutiles

                     Avons-nous connu l’envie,le désir des plus fous,

                     Avons-nous exalté jusqu’à l’excès tous nos sens,

                     Avons-nous accumulé tant de richesses que nous avons renié toute forme de sagesse,

                     Avons-nous rencontré la gloire en tout oubli de notre coeur,

                     Avons-nous asséché les racines divines de notre arbre du bonheur,

                     Avons-nous dépensé tant d’existences à en perdre l’éminence de notre conscience,

                     A en vivre sous le joug de mille souffrances,

                     En ignorance permanente des signes de l’espérance,

                     Mais ainsi tout le précieux du temps de ces jours,

                     Se défaire de tous ces futiles,ces inutiles qui voilent l’apparence,la splendeur de notre amour.



A nous

                     A nous l’évidence,à nous la clef des mystères,

                     A nous le plus secret pouvoir sur cette Terre,

                     A nous la noble volonté d’emplir au plus juste les annales de cet éther,

                     Mille et mille précieux souvenirs que saura conserver notre perpétuelle mémoire,

                     Car à nous l’éternité,à nous toute divinité retrouvée,

                     A nous tous ces jours pour saluer notre amour,

                     A nous la saine conscience de notre immortalité,

                     Saluons l’existence,entendons l’espérance,

                     Vient à nous notre gloire toute à son apogée.



Le temps de cette existence

                     Ne néglige le temps de cette existence,

                     Ces jours sont ta chance,

                     Nourrissent-ils ta conscience,

                     Sauront-ils te présenter l’espérance,

                     Rendre honneur à ton intime et éternel bonheur,

                     Cette réalité n’attend que l’éveil de ta sincérité,le courage de ton humilité,

                     Le temps de cette existence s’offre à ton amour,

                     Se veut-il qu’évidence pour le sens de ton coeur,

                     Cet espace de vie fort utile pour tous les possibles de tes plus nobles dons,

                     En vrai sont-ils si divins,

                     Oui en ce temps de cette existence puisse ton être retrouver tout son honneur,

                     Qu’il exerce son pardon sans plus de doutes,sans plus de regrets,

                     Le temps de cette existence n’est que volonté de te rendre à ta vérité.



Je serai libre

                     Je suis né libre,

                     Hors du temps et ses événements,

                     Bien avant la souffrance,bien avant l’espérance et son ample évidence,

                     Je suis né libre et je veux retrouver cette liberté,

                     Cet état premier de toute sincérité,de réelle humilité,

                     Je veux retrouver ma vérité,la vérité,

                     Saurais-je le dire,le clamer,je veux être digne de ma divinité,

                     Telle cette âme pure guide de ses semblables,

                     Âme parvenue que retient l’histoire des Hommes,

                     Des êtres sur cette Terre en mal de jours pour leur amour,

                     Sauront-ils vivre pour taire ces peurs,

                     Sans oubli de leur éternel bonheur,

                     Seront-ils libres d’aimer,enfin dignes de leur divinité,

                     Suis-je leur frère,à leur instar aurai-je été père ou mère,

                     Aurai-je rassemblé mes destinées pour parfaire ce pardon,

                     Pour rendre honneur à mon nom,

                     Je serai libre,

                     Hors du temps et ses événements,

                     Sans plus besoin de l’espérance et son ample évidence.



Ce que nous sommes en vérité

                     Ce que nous sommes en vérité est si bien caché,

                     Un peu de notre être profond se dévoile sur cette apparence,

                     Sur ce visage par le témoignage de ce regard,

                     Mais cet essentiel de nous-mêmes,notre connaissance éternelle,

                     Nos erreurs de tant de temps,nos doutes accumulés,

                     Nos certitudes soutenues,

                     Cet ensemble revenu par les jours d’une nouvelle existence s’abreuver près de la source d’espérance,

                     Puisse-t-il enfin se révéler en cette réalité,

                     Puissions-nous ne plus rien cacher,

                     Ouvrir notre coeur sans plus de peurs,

                     Sans plus de regrets pour notre intime bonheur.



12

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie